Nous suivre Industrie Techno

Machine-outil : au Japon, c'est l'euphorie

Industrie et Technologies
De retour du salon japonais de la machine-outil (Jimtof 2004) qui a eu lieu du 1 au 8 novembre à Tokyo, Jean-Paul Bugaud, directeur général du Syndicat de la machine-outil français nous livre ses impressions.

- IT : quelle était l’ambiance au salon ? comment se présente le marché japonais de la machine outil ?

Jean-Paul Bugaud : Le parc d’exposition de Tokyo représente 75000m² bruts et le Jimtof qui le remplissait occupait 45300 m² nets pour 540 exposants. Pour une surface similaire il y a eu en 2002, 118000 visiteurs. Il y en avait 145000 cette année.

Le ratio visiteur/m² est intéressant. à noter car  il est de 1 environ en Europe et aux USA et de 3 au Japon. Il y avait véritablement foule dans les allées !. Mais ce salon est peu international : 12 000 visiteurs étrangers sur 145000 visiteurs.

Je vous signale  toutefois que le salon a été inauguré par Daniel Rivière, pdg de PCI en qualité de Président du Cecimo...

L’ambiance était donc excellente et  le climat économique, euphorique. Les constructeurs coréens vont réaliser leur plus haute production (record historique) en 2004.

Même chose pour les constructeurs taïwanais. Le Japon, dont la consommation intérieure était en berne depuis près de 10 ans est reparti à fond (+40% de commandes sur le marché intérieur en 2004). Le seul problème de tous ces gens est : comment vais-je réussir à construire toutes ces machines… ?. Ils nous ont demandé en plaisantant si nous avions de la capacité disponible pour cela.

IT : - quels sont les principales tendances techniques que le salon a mis en avant ?

Jean-Paul Bugaud : Peu d’innovations techniques, mais une continuité dans le progrès par petites touches. Machines plus petites donc moins chères, ayant moins de puissance installée, consommant moins d’énergie, réduisant les flux de liquide de coupe. N’oublions pas que nous sommes dans le pays qui a inventé le Kaisen. 

La seule machine innovante que j’ai vue est une machine hexapode horizontale installée sur une table qui a une course de plus de 2 mètres. (broche 70kW , 30 000 tours, 1g, 100m/min….) Cette machine est selon le constructeur destinée à la production aéronautique (panneaux et éléments de voilure).

Paradoxalement je n’ai pas constaté le grand saut vers l’usinage à sec auquel je m’attendais… excès de prudence sans doute car tous les ingrédients nécessaires sont réunis.

IT : Y avait-il des constructeurs français ?

Jean-Paul Bugaud : Très peu, quelques outilleurs sur les stands de leurs distributeurs, des fournisseurs de logiciel et… une CNC NUM sur le stand de leur partenaire Esprit avec qui ils ont développé une CN avec CAO intégrée.

- IT : les japonais sont ils toujours des ‘industrialisateurs’ hors pair ?

Jean-Paul Bugaud : Oui ce sont toujours les meilleurs dans ce domaine.. Leurs machines sont  toujours très bien finies et on voit que les aspects d’industrialisation ont été pensés très en amont dans la conception.

Propos recueillis par Mirel Scherer

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Energiency, Dillygence, Usitab et GPC System : quatre start-up pour doper l’industrie du futur à Clermont-Ferrand

Energiency, Dillygence, Usitab et GPC System : quatre start-up pour doper l’industrie du futur à Clermont-Ferrand

Dans la préfecture du Puy-de-Dôme, l’incubateur « Le Bivouac » vient d’accueillir quatre nouvelles jeunes pousses[…]

« L’automatisation de l’industrie française est trop lente ! », déplorent le Gimelec et le Symop

« L’automatisation de l’industrie française est trop lente ! », déplorent le Gimelec et le Symop

La machine-outil sous l'oeil du logiciel

Focus

La machine-outil sous l'oeil du logiciel

EMO 2019 : la fabrication additive sur le territoire de la machine-outil

EMO 2019 : la fabrication additive sur le territoire de la machine-outil

Plus d'articles