Nous suivre Industrie Techno

Machine-outil 2004 : le bilan

Industrie et Technologies
Après les salons regroupés sous la bannière Industrie 2004, le Symap et le Symo font le point sur l'évolution du marché et des technologie de la machine-outil en Europe.

Jean-Paul Nodier et Jean-Paul Bugaud, respectivement, président et directeur général du Symap (Syndicat de la machine-outil, du soudage, de l’assemblage et de la productique associé), Philippe Gravier et Vincent Schramm, président  et directeur général du Symo (Syndicat des entreprises de commerce international de la machine-outil, de la métrologie et de l’outillage mécanique) ont tiré les conclusion de neufs salons qui se sont déroulés fin mars sous la bannière Industrie 2004 dans les halls d’exposition de Paris Nord. Les voici en vrac.

- Moins 7% de visiteurs (selon les organisateurs) en 2004 par rapport à 2002 mais des visiteurs venus avec de nombreux projets intéressants. Dont on attends la matérialisation dans les mois qui suivent.

- Les importations de machines-outils : -9% en 2003 par rapport à 2002 pour un total de 760 millions d’euros (216 millions d’euros en formage, soit +6%, et 544 millions d’euros en usinage, -15%). Seules les machines d’électroérosion à fil et les machines laser connaissent une progression : +4% en valeur et +13% en nombre d’unités pour les premières, +23% en unités pour les secondes (-5% en valeur toutefois). Côté accessoires et outils de coupe, l’importation (en valeur) de systèmes de prise de pièce connaît une progression  de +19%, tout comme les parties et les composants pour les machines-outils avec +1%.

- La tendance technologique, délocalisation oblige, se fait  vers des machines de plus en plus automatisées, équipées de robots, vers les petites cellules capables de travailler sans surveillance pour faire l’économie d’un opérateur souvent chevronné qui pourra être mieux utilisé aux Méthodes. 

- Les machines multifonctions sont destinées aussi à un bel avenir : réduction des opérations, des équipements et des coûts grâce à la diminution des opérations de reprise voire à leur élimination.

- La robotique pénètre de plus en plus dans les PME : les robots sont fiables et faciles à programmer. C’est souvent une alternative à la délocalisation.

- L’industrie française de la chaussure est un exemple à ce point de vue : elle a repensé les processus pour les automatiser ce qui lui a permis de sauver une partie des… meubles.

- Les services Méthodes ont été réduits à la portion congrue chez les utilisateurs de machines-outils. Résultat : on passe aux constructeurs de machines une partie du travail d’analyse et d’essai d’une fabrication. Les constructeurs et les distributeurs sont obligés à se doter de services capables d’assurer les essais et de répondre avec une solution complète et chiffrée (engagement sur les résultats) à des cahiers de charges de plus en plus ficelés. Il faut savoir discuter avec les techniciens du client, en sachant que l’achat d’une machine n’est plus décidé par le technicien mais par le service Achats qui regarde surtout le prix de la machine ou de la solution.

- Les effets de cette évolution sont sentis par les sous-traitants : ils sont soumis à des pressions par les donneurs d’ordres pour réduire leurs coûts et adopter les solutions préconisées par les constructeurs. Un exemple : une machine multifonction réduit les coûts d’un certain pourcentage en fonction de la pièce à fabriquer ce qui veut dire que les sous-traitants doivent adopter cette solution. Mais ont-ils toujours les moyens financiers et humains pour le faire ?

- Les entreprises qui n’ont pas pu ou su s’équiper de machines à commande numérique ont disparu ou vont disparaître. Le parc machine français a vieilli d’un an en deux ans : l’âge moyen est de 18 ans, mais il faut tenir compte du fait que les ateliers gardent un certains nombre de machines d’ancienne génération pour la simple raison qu’elles ont été amorties.

- Marché de la machine-outil en France : le premier trimestre 2004 (ventes) a été meilleur que celui de 2003. Perspective pour le second trimestre : +5 à 10%.

- Allemagne : - 4% en 2003 ; +4% en 2004 surtout grâce à l’export (Chine surtout), le marché national étant à la baisse (-2 ou 3% en 2004).

- Espagne : 0% en 2004

- Italie et Suisse : en baisse mais les chiffres manquent encore.

- Japon : très fort redémarrage du marché intérieur de la machine-outil, après plusieurs années de crise aigue.

- Les enchères inversées semblent  repartir après une accalmie, pour le plus grand désarroi de fournisseurs d’équipements de production soumis à des pressions de prix incongrues. Des approches sans concertation aucune, qui ne peuvent pas déboucher sur des prestations de qualité : voir à ce titre le Livre Blanc publié par le Symap.

Mirel Scherer

Pour en savoir plus
- Le Livre Blanc du Symap ainsi que tous les chiffres sur le marché France 2003 de la machine à bois, de la machine métal, de matériels et de produits de soudage, de machines et de systèmes d’assemblage et de la robotique à www.symap.com;
- Contact : Nicolas Parascandolo
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

EMO 2019 : la fabrication additive sur le territoire de la machine-outil

EMO 2019 : la fabrication additive sur le territoire de la machine-outil

L'EMO, rendez-vous international dédié aux machines d'usinage, se tient du 16 au 21 septembre à Hanovre.[…]

[Vidéo] Naïo Technologies veille au grain avec son robot Dino

[Vidéo] Naïo Technologies veille au grain avec son robot Dino

De l'Alfa Romeo 8C à la Ford Mustang de Fast & Furious 6

De l'Alfa Romeo 8C à la Ford Mustang de Fast & Furious 6

+ grand + précis + rapide   : l'impression 3D repousse ses limites

Dossiers

+ grand + précis + rapide : l'impression 3D repousse ses limites

Plus d'articles