Nous suivre Industrie Techno

Lucibel veut révolutionner l’Internet haut débit grâce au Li-Fi

Lucibel veut révolutionner l’Internet haut débit grâce au Li-Fi

Le Li-Fi constitue une alternative aux ondes radio, qui peuvent être nocives pour la santé ou génératrices d’interférences dans certains environnements.

© Lucibel

Spécialiste français de l’éclairage LED, l’entreprise Lucibel a présenté ce vendredi 11 septembre un prototype de Li-Fi bidirectionnel haut débit, testé depuis plusieurs semaines par Sogeprom. L’entreprise a déjà entamé une phase d’industrialisation et entend commercialiser un premier produit courant 2016. Prometteuse, cette technologie doit encore relever plusieurs défis, notamment en matière de miniaturisation et d’intégration.

9 heures ce matin dans une salle de réunion au 3e étage du siège parisien de Sogeprom, promoteur immobilier du groupe Société Générale, Edouard Lebrun, directeur du programme Li-Fi de Lucibel, échange par Skype avec un de ses collaborateurs, resté au siège de Lucibel à Rueil-Malmaison. Jusqu’ici, la scène semble tout à fait banale… à un détail près. Cette communication Skype ne passe pas par un réseau Wi-Fi, mais par Li-Fi, un procédé de communication qui utilise la lumière LED comme signal sans fil pour transmettre des données.

Une capacité de 10 Mbit/s

Spécialiste de l’éclairage LED, Lucibel a convoqué la presse, ce vendredi 11 septembre, pour présenter son prototype de Li-Fi bidirectionnel et haut débit, testé depuis plusieurs semaines par les collaborateurs de Sogeprom. « Jusqu’ici, nous commercialisions des dispositifs Li-Fi en version unidirectionnelle bas débit. Une technologie notamment utilisée dans le commerce pour recevoir de l’information descendante sur un produit en particulier. Avec le Li-Fi bidirectionnel, on forme une boucle qui permet aux utilisateurs d’accéder à Internet », explique Frédéric Granotier, le PDG de Lucibel.

Concrètement, le prototype repose sur une lumière LED, branchée au réseau électrique et Ethernet du bâtiment, qui grâce à ses scintillements invisibles à l’œil nu va moduler et transmettre les données jusqu’à un récepteur branché par port USB à un ordinateur. Le signal ascendant est, quant à lui, renvoyé par infrarouge à un récepteur situé juste à côté de la lampe LED. La capacité de débit atteint 10 Mbit/s pour le débit descendant et entre 5 et 10 Mbit/s pour le débit montant.

Une technologie en cours d'industrialisation

Quel est l’intérêt de déployer un tel dispositif ? « Les avantages et applications de cette technologies sont multiples », estiment les porteurs du projet. Le Li-Fi constitue avant tout une alternative aux ondes radio, qui peuvent être nocives pour la santé ou génératrices d’interférences dans certains environnements. « Nous visons notamment les cliniques et les hôpitaux, mais aussi les écoles, par principe de précaution », détaille Edouard Lebrun, qui rappelle que : « dans certains pays européens, l’installation de bornes Wi-Fi est interdite dans les établissements scolaires ».

« On peut également imaginer un déploiement dans certaines structures industrielles, comme les sites pétrochimiques »
ajoute le directeur du programme. Deuxième argument : le Li-Fi permet de répondre aux problèmes de confidentialité des données. « De part la propriété de la lumière, le Li-Fi ne traverse pas les éléments solides comme les murs et les plafonds. Vous ne pouvez pas vous faire hacker vos données », assure Edouard Lebrun. Une caractéristique qui pourrait donc intéresser les centres de R&D, les sièges sociaux d’entreprise, le domaine de la défense ou encore les réseaux bancaires.  La technologie Li-Fi haut-débit offrirait par ailleurs une bande visible 10 000 fois plus large que la bande Wi-Fi. De quoi limiter les problèmes de saturation souvent rencontrés lors de salons professionnels. Dernier atout : le débit maximal théorique du Li-Fi serait de de 1 gigabit par seconde, « soit 10 fois plus que la limite théorique du Wi-Fi », assure-t-on chez Lucibel.

Fondée en 2008, la jeune entreprise a déjà entamé une phase d’industrialisation sur son site de Barentin, en Haute-Normandie. Le produit sera commercialisé dans le courant de l’année 2016 sous la forme d’un spot. Le prix de cette première offre n’a pas été révélé, mais selon Lucibel le surcoût lié à un tel équipement sera acceptable grâce aux économies d’échelles attendues. « Nous préparons d’autres produits pour l’année 2017, notamment des dalles lumineuses », ajoute Edouard Lebrun. De son côté, Sogeprom entend équiper six salles de réunion de son futur siège parisien de la technologie Li-Fi haut débit. « Nous prévoyons également un déploiement dans nos filiales régionales » précise Pierre Sorel, directeur général de Sogeprom, qui n’hésite pas à qualifier cette technologie de révolutionnaire.

Bientôt des récepteurs de la taille d'une clé USB

Malgré l'enthousiasme général et les opportunités prometteuses du Li-Fi haut débit, plusieurs défis doivent encore être relevés. Lucibel entend notamment intégrer toute la partie électronique dans le luminaire, y compris le récepteur du signal infrarouge. Les efforts seront également portés sur la miniaturisation du récepteur, qui reçoit les données et se branche par port USB aux différents appareils (ordinateurs, tablettes). Co-développé avec un bureau d’études britannique, dont l’identité est restée confidentielle, le récepteur présenté ce matin reste très encombrant (une barrette d’environ 30 cm de long sur 10 cm de large). Celui-ci sera bientôt débarrassé de sa batterie et à terme, « l’objectif est d’arriver à un format de type clé USB » précise Edouard Lebrun. Enfin, et l’équipe de Lucibel ne s’en cache pas, il faudrait que les fabricants d'odinateurs, smartphones et tablettes intègrent nativement cette technologie dans leurs appareils pour parvenir à une adoption massive. 

En France, le CEA-Leti et la jeune société Luciom planchent également sur une technologie Li-Fi haut débit bidirectionnel.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Alibaba dévoile Xuantie 910, une puce ultra performante basée sur une architecture open source

Alibaba dévoile Xuantie 910, une puce ultra performante basée sur une architecture open source

A l’occasion de l’Alibaba Cloud Summit, le 25 juillet à Shanghai, la division processeur du géant chinois a[…]

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles