Nous suivre Industrie Techno

Logitech : la stratégie des graines, des jeunes pousses et des arbres

Logitech : la stratégie des graines, des jeunes pousses et des arbres

© DR

Le spécialiste suisse des accessoires numériques est en train de se réinventer. Historiquement centré sur le PC, ils développent une nouvelle gamme de produits pour le marché de la mobilité tout en se positionnant sur l'Internet des objets. Une gestion de portfolio assise sur une matrice maison qui permet d'orienter les investissements.

Les jeunes pousses croissent à l'ombre de grands arbres centenaires dans un terreau où mille graines ont été semées. Cette maxime pourrait être tirée de l'anthologie de la sagesse chinoise. Il n'en est pourtant rien. Cette "pensée" est la philosophie que Logitech, le célèbre groupe suisse d'accessoires numériques, s'est donnée pour piloter ses activités et discerner les sujets sur lesquels il doit "mettre le paquet" !

Pour faire simple, l'industriel suisse divise ses activités en trois groupes distincts : les arbres, les jeunes pousses et les graines.

-Les arbres regroupent les activités matures. Ce sont ses "vaches à lait" (comme les appellerait le Boston Consulting Group), des activités qui lui servent encore de machine à cash mais qui sont appelées à décliner inexorablement. On y trouve tous les accessoires PC traditionnels : claviers, souris, etc.

-Les jeunes pousses regroupent les activités "relais de croissance", celles qui feront la majorité du chiffre d'affaires demain. On y trouve tous les accessoires pour la mobilité (clavier pour tablettes, enceintes...) et les équipements pour les "gamers" (souris, casque...). Un marché dont Logitech pense qu'il devrait doubler en 3 ans en passant de 5 milliards de dollars en 2013 à 10 milliards en 2016 pour ces activités.

-Les graines, c'est la part de risque que s'autorise l'entreprise. C'est le royaume du test, là où le Suisse espère trouver les business d'après-demain. Le but est d'expérimenter, de comprendre et d'apprendre les codes de nouveaux business comme les accessoires pour le "gaming mobile" ou encore l'Internet des objets.

Cette matrice peut sembler un peu "basique". Elle est loin de l'être. Cet outil permet aux dirigeants de prendre du recul sur leurs activités pour discerner les créneaux sur lesquels il faut investir massivement. Avec cette "théorie arboricole", on comprend par exemple qu'il ne sert à rien d'investir des sommes importantes sur les grands arbres même s'ils représentent aujourd'hui la majeure partie des revenus. Non, il faut juste en recueillir les fruits en limitant au minimum la structure de coût de la récolte. On comprend qu'il faut "mettre le paquet" sur les jeunes pousses. Ce sont elles qui vont drainer les plus gros budgets d'investissement pour croître très fort. Enfin, la matrice de Logitech incite à être prudent sur les "graines". S'il fait regarder de près leur potentiel, il ne faut pas y apporter trop d'engrais. Concrètement, il faut plutôt jouer la carte partenariales ou celle de l'open innovation pour limiter les risques. En somme, la récolte des grands arbres centenaires permet de nourrir les jeunes pousses et de semer des poignées de graines prometteuses. Une nouvelle sagesse chinoise ?

Thibaut De Jaegher

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Débat] Faut-il accepter le stockage des données biométriques ?

[Débat] Faut-il accepter le stockage des données biométriques ?

Les systèmes de reconnaissance faciale, de l’iris ou des empreintes digitales se généralisent sur les terminaux[…]

Mohamed Sabt sécurise les smartphones

Mohamed Sabt sécurise les smartphones

Des vêtements ultratechniques pour lutter contre le chaud et le froid

Des vêtements ultratechniques pour lutter contre le chaud et le froid

Micro-électronique : Sabrina Fadloun explique sa thèse en 180 secondes

Micro-électronique : Sabrina Fadloun explique sa thèse en 180 secondes

Plus d'articles