Nous suivre Industrie Techno

La fabrique de l'innovation

Lire, écrire, compter... coder : l'informatique débarque à l'école primaire

Thibaut De Jaegher

Mis à jour le 14/07/2014 à 15h58

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Lire, écrire, compter... coder : l'informatique débarque à l'école primaire

Apprendre à le code, le langage informatique à l'école, comme on apprend à lire, écrire et compter, voilà ce que propose le ministre de l'éducation nationale, Benoît Hamon. Cette matière sera proposée dès la rentrée prochaine au Primaire.

© DR

Benoit Hamon, le ministre de l'éducation nationale, a annoncé dans la Journal du Dimanche, que le code informatique serait enseigné à la rentrée dans certaines écoles primaires. Une vision que ne renierait pas Tariq Krim, un entrepreneur du web, qui estime que le code est le latin de notre siècle. Industrie & Technologies vous propose de redécouvrir notre analyse à cette occasion.

L'informatique va faire son entrée à l'école primaire... Sur la pointe des pieds ! L'apprentissage du code sera en effet proposé et enseigné dans les écoles primaires à la rentrée comme la annoncé Benoit Hamon dans un entretien accordé au Journal du dimanche du 13 juillet.« Cette initiation devrait être inscrite dans les programmes du second degré », selon le ministre, qui considère que « certains professeurs pourraient, plus naturellement que d'autres, être des pédagogues du code : les professeurs de technologie et de mathématiques ».

"Nous lançons par ailleurs, avec Arnaud Montebourg, un grand programme en faveur de la filière industrielle française du numérique éducatif", ajoute Benoît Hamon. 70 % des élèves du primaire et de collège et 100 % des enseignants seront équipés en ordinateurs et tablettes d'ici 2020. Ces "devices" embarqueront des ressources pédagogiques numériques.

Cette décision de promovoir l'enseignement du langage informatique à l'écol fait écho à l'appel lancé par Tarik Krim il y a un an. A l'époque, son appel nous avait poussé à écrire cette analyse :

« Il faut apprendre le code, c'est le latin du XXIe siècle ! », affirmait il y a peu Tariq Krim, le créateur de Netvibes et de Jolicloud. Il argumentait en disant que ce « langage » était universel et qu'il permettrait à chacun d'évoluer plus facilement dans notre monde en voie de numérisation. Il estimait même qu'il manquait à la France 200 000 développeurs, juste pour répondre aux besoins. Et que, selon lui, il était urgent de prendre des mesures pour éradiquer l'analphabétisme numérique : en imposant par exemple l'apprentissage de cette discipline dès la sixième.

SAVOIR METTRE LES MAINS DANS LE CODE COMME ON LES METTAIT DANS LE CAMBOUÏ

Lire, écrire, compter et... coder. Telles seraient les compétences de base que chaque élève devrait avoir acquises en quittant l'école républicaine, selon le jeune entrepreneur. Il a raison mais il ne devrait pas seulement se soucier de la prochaine génération. Le code, la programmation ou l'informatique comme l'appelle le plus grand nombre est une discipline que la plupart des gens rechigne à travailler. Comprendre la logique d'un programme est pourtant une compétence-clé de tout dirigeant dans l'industrie. Aujourd'hui, et demain plus encore, être capable de mettre le nez sous le capot des software sera essentiel. C'est là que se dénicheront les gisements d'innovation, là que se trouvera une grande partie de la valeur ajoutée.

Certaines entreprises, comme CGG, General Motors ou Safran, l'ont bien compris. Leur plan de recrutement sont majoritairement orientés vers les profils IT. Ils veulent à tout prix acquérir ces compétences, convoitées par Google ou Facebook, afin de maîtriser ces technologies de l'information, souvent nouvelles pour eux. Je ne sais pas pour vous mais, moi, après avoir vu tout cela, je me suis inscrit à la Codecademy...  Histoire de réviser mon latin du XXIe siècle !

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le centre Inria Lille met l'IA à l’honneur

Le centre Inria Lille met l'IA à l’honneur

Implanté au cœur du pôle d’excellence EuraTechnologies, le bâtiment « Place », fraîchement[…]

L'intelligence artificielle pour viser le flux tendu

Focus

L'intelligence artificielle pour viser le flux tendu

"Donner plus d'intelligence aux machines"

Dossiers

"Donner plus d'intelligence aux machines"

Les systèmes cyberphysiques s'autonomisent

Dossiers

Les systèmes cyberphysiques s'autonomisent

Plus d'articles