Nous suivre Industrie Techno

LES3DIMENSIONSDE Didier Roux

LUDOVIC FERY lfery@industrie-technologies.com
LES3DIMENSIONSDE Didier Roux

SA PIÈCE PORTE-BONHEUR

© T. GOGNY ; D.R.

Son entourage le décrit comme un profil atypique : normalien, Didier Roux a poussé la porte des meilleurs laboratoires académiques...avant de s'en éclipser pour prendre le risque de l'entreprenariat. Ce changement de cap lui a ouvert les portes de Rhône-Poulenc, puis de Saint-Gobain. Un monde inconnu où l'homme s'évertue à changer les habitudes.

Je savais mon interlocuteur directif, mais je l'attendais plus en retenue pour son portrait. Après m'avoir présenté en détail le lieu où il m'accueille - un ancien entrepôt rénové sur son initiative en terrain de l'open innovation - Didier Roux me demande comment je souhaite procéder. Il ne tarde pas à se saisir du concept pour chambouler l'ordre de mes questions. Ce sentiment ne me quittera pas tout au long de notre conversation : si le directeur R&D de Saint-Gobain est doué pour la conversation, il est aussi particulièrement habile pour imposer son point de vue.

L'HOMME Un bavard productif

Sa personnalité n'est apparemment pas son sujet de conversation favori. Non sans avoir reporté le sujet à la fin de l'entretien, il désamorce la question sitôt arrivée, en me rétorquant que l'homme n'est pas encore fini. Avant de se livrer un peu : « Je suis quelqu'un qui aime les gens, et sait entretenir son réseau d'amis. » Ses collègues le décrivent comme un homme à l'enthousiasme communicatif, drôle mais aussi avec un sens aigu de la politique.

Entre un père médecin et une mère artiste, Didier Roux aurait pu suivre l'une ou l'autre des vocations. Mais à l'école, il en a longtemps fait à sa guise. « J'ai été ce qu'on peut appeler un cancre. Ce n'est qu'en terminale que je me suis mis à travailler », avoue le dirigeant. L'entourage a semble-t-il toujours joué un rôle important dans la vie de Didier Roux. Sa thèse de physique lui a ainsi été suggérée par ses enseignants, au vu de ses bons résultats scolaires. Il a besoin de s'entourer d'un petit cercle de collaborateurs, ne serait-ce que pour le cadrer. « À Saint-Gobain, il y a beaucoup de gens énergiques mais Didier dépasse largement la norme en étant toujours hyperactif et infatigable avec plein d'idées en tête », confirme Catherine Langlais, une collègue proche.

La moitié du temps, Didier Roux est sur le terrain. À la fois pour rencontrer les gens de son métier, mais aussi pour explorer ceux qui se trouvent aux interfaces. Pour découvrir l'activité commerciale, il se glisse ainsi parfois dans les bagages d'un manager ou d'un patron de Saint-Gobain.

Son autre moteur est le fait d'oeuvrer pour la société. « C'est une chance pour moi d'être dans un groupe qui innove sur des thématiques d'intérêt général : le confort de l'habitat, l'économie d'énergie... ». Dès qu'il peut, le dirigeant se ménage du temps pour animer des conférences, histoire de garder un lien avec l'extérieur. C'est également un grand défenseur des profils féminins, qu'il considère sous-valorisés dans la société française. Des combats qui laissent peu de répit à ce père de quatre enfants pour ses loisirs, hormis un peu de sport et de lecture.

LE SCIENTIFIQUE De physicien à entrepreneur

Didier Roux fait partie de ces scientifiques qui se sont découverts sur le tard. À la fin du collège, il a failli être orienté vers une formation professionnelle dans l'hôtellerie. Finalement, ce seront les mathématiques, où il excelle, et les sciences, qui prendront le dessus. Il choisit une prépa maths-sup maths-spé, avant de rejoindre l'École normale supérieure où il passe son diplôme de physique-chimie. Les cours passés sur les bancs de l'université d'Orsay le renforcent dans son idée de devenir enseignant. Mais il est aussi rancunier vis-à-vis du système éducatif français, « trop obnubilé par le classement, le jugement. Il n'incite pas les élèves à s'ouvrir au monde. L'école anglo-saxonne est, de ce point de vue, plus ouverte ».

Poussé par ses enseignants, l'étudiant poursuit par une thèse en sciences physiques. Son sujet ? La façon dont les surfaces s'organisent dans l'espace. Une vraie révélation. « La recherche et l'expérimentation m'ont profondément marqué. Elles permettent de trouver des choses que l'on n'imagine pas dans le domaine théorique ».

Sa thématique de recherche, où il fait figure de pionnier, lui ouvre les portes des meilleurs laboratoires mondiaux, notamment aux États-Unis. Didier Roux comprend aussi que le monde scientifique est une affaire de réseaux. « Un peu comme dans un sport de haut niveau, il faut être bon, mais cela ne suffit pas, il faut avoir aussi un bon entraîneur pour devenir meilleur. » Entouré de très bons scientifiques, il s'en démarque cependant lorsqu'il décide de se lancer dans l'entreprenariat, en transformant sa maîtrise de l'agencement des structures dans l'espace en une technologie innovante de microencapsulation pour la pharmacie. Le chercheur fonde à près de quarante ans sa première start-up, Capsulis, promise à un bel avenir commercial. Quatre ans plus tard, il récidive avec Rheocontrol, qui commercialise des appareils de mesure de la déformation et d'écoulement de matière. Cette seconde tentative ne rencontre pas le même succès. Au-delà du pari technologique, le dirigeant apprend que la réussite dépend avant tout du choix des hommes.

Ces deux expériences, ainsi qu'une recommandation de l'éminent physicien Pierre-Gilles de Gennes, lui valent son premier poste dans l'industrie, en tant que directeur scientifique adjoint chez Rhône-Poulenc.

LE MANAGER Dénicheur de talents

Le directeur de la R&D de Saint-Gobain a gardé son âme de scientifique. Quand il se rend dans les centres de recherche mondiaux du groupe, il pose beaucoup de questions. « J'aime challenger mes équipes, pour comprendre ce qu'ils font, pour être sûrs qu'ils travaillent sur les bons sujets. ».

Pour avoir côtoyé les deux mondes, Didier Roux voit des similitudes dans la façon d'innover : « En sciences, le défi est d'explorer un domaine neuf où l'on sait être en avance et pouvoir faire des découvertes. Dans l'industrie, il s'agit d'investir des marchés qui n'existent pas encore, mais où l'entreprise peut se développer grâce à son organisation et à ses moyens technologiques. »

À son arrivée en 2005, l'homme ne tarde pas à changer les règles du jeu. « J'essaie de bousculer les habitudes partout où je passe, c'est une façon d'ouvrir des perspectives », affirme Didier Roux. « Dès mon arrivée j'ai proposé de recruter des universitaires dans les grands centres. Cela a un peu surpris le monde d'ingénieurs qu'était Saint-Gobain. Cela a évolué depuis et les thésards, ingénieurs ou non, ont parfaitement leur place ».

Un virage auquel il participe. « Il sait reconnaître les talents, et ne se trompe jamais sur une recommandation », ajoute Catherine Langlais. Il a par exemple débauché Armand Ajdari de l'ESPCI, pour le mettre à la tête de la R&D de la division sur les matériaux innovants du groupe. Jacques Prost, l'actuel directeur de l'école, a beau être un ami de longue date, il admet avoir perdu l'un de ses meilleurs éléments dans la bataille.

À force de ténacité, Didier Roux arrive souvent à remporter la mise. « J'ai découvert en arrivant à Saint-Gobain un projet de structure ayant comme mission de repérer des start-up innovantes. Cette structure était considérée comme un investisseur industriel, j'étais convaincu qu'il fallait plutôt s'engager sur le mode plus ouvert de la signature de contrats. J'ai dû mettre des jalons pour justifier ma vision. C'est finalement la seconde configuration qui a été retenue. » Il pousse aussi continuellement le groupe à s'ouvrir sur l'extérieur. En créant le réseau universitaire Sun qui constitue un vivier d'embauches de chercheurs internationaux (Russie, Inde, Japon...), et l'espace Domolab, un show-room à destination des clients de Saint-Gobain.

Alors que notre entretien touche à sa fin, le dirigeant me fait une dernière confidence : « j'ai beaucoup d'amis chercheurs qui me demandent pourquoi j'ai rejoint le privé. Contrairement à ce que l'on pense, la discussion y est beaucoup plus facile, car il y a moins de problème d'ego à gérer ». Finalement, Didier Roux aura tout de même fini par se laisser connaître. c

« J'ESSAIE DE BOUSCULER LES HABITUDES PARTOUT OÙ JE PASSE, C'EST UNE FAÇON D'OUVRIR DES PERSPECTIVES. »

SES 3 DATES

Juillet 1984 Il achève sa thèse de sciences physiques à l'université de Bordeaux. Avril 1994 Création de Capsulis, sa première start-up. Juin 2005 Il devient directeur de la R&D de Saint-Gobain.

SES 3 OBJETS FÉTICHES

LA BIOGRAPHIE DE GAY LUSSAC Comme Didier Roux, Gay Lussac est chimiste de formation, puis physicien, avant de devenir conseiller scientifique pour Saint-Gobain. Autre point commun ? Les deux hommes ont eu leur siège à l'Académie des sciences. SA MAISON ÉCOCONÇUE Du côté de Bordeaux, cette maison qu'il a lui-même conçue a été construite dans les règles de l'art du bâtiment basse consommation : isolation, panneaux solaires, pompe à chaleur... SA PIÈCE PORTE-BONHEUR Transmise par son prédécesseur, cette pièce expliquerait en partie pourquoi le directeur de la R&D prend des décisions rapides.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0944

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

Plus d'articles