Nous suivre Industrie Techno

LES3DIMENSIONSDE Didier Dely DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA PROPRETÉ ET DE L'EAU À LA VILLE DE PARIS

RIDHA LOUKIL rloukil@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

Ingénieur à la Ville de Paris, Didier Dely travaille dans l'ombre pour simplifier la vie des Parisiens. Depuis trente ans, il allie ses compétences techniques et son goût du service public pour améliorer la signalisation, la circulation, le stationnement, les transports et bien d'autres services municipaux. La capitale lui doit son schéma directeur de signalisation et son service logistique de gestion d'urgence des situations de crise comme les canicules. Depuis 2009, il est à la tête de la direction de la Propreté et de l'Eau.

Les Parisiens ne le connaissent pas. Mais ils perçoivent les résultats de son travail au quotidien. Didier Dely est l'une des chevilles ouvrières des services techniques de la Ville de Paris. Depuis trente ans, il oeuvre pour améliorer la signalisation, les transports, le patrimoine architectural et bien d'autres services municipaux de la capitale. Aujourd'hui, il dirige l'un des quatre services techniques clés de la mairie : celui de la Propreté et de l'Eau, qui compte 8 000 personnes.

Dans un immeuble flambant neuf de verre et d'acier, dans le 13e arrondissement, il dispose d'une vue imprenable sur le nouveau quartier d'affaires Paris Rive Gauche, près de la Bibliothèque de France. Sur son bureau trônent un iPad et une photo de son épouse et de son fils. L'ingénieur est manifestement branché high-tech et attaché à la famille. Dans une vitrine, une collection impressionnante de vieux appareils photo signale l'une de ses grandes passions. Au-dessus d'une armoire, se dresse une tête du roi Khmer Jayavarman VII, témoin de ses nombreuses missions à l'international : Asie mais aussi Brésil, Nicaragua, Pérou, Turquie... On aperçoit aussi un modèle réduit de sa voiture, une Fiat 124 Spider qu'il a restaurée de ses propres mains, et un modèle de Torpedo fabriqué et offert par ses collègues lors de son départ pour la direction de la Propreté et de l'Eau en 2008. Enfin, une peinture d'éboueurs, qu'il a dénichée dans une galerie d'art contemporain à Paris, est accrochée face à son bureau. Elle lui inspire un grand respect pour ces agents municipaux dont le travail est essentiel à la qualité de vie en ville.

L'HOMME

Un bon vivant

Né à Valenciennes en 1957, Didier Dely grandit dans une famille modeste. La sidérurgie, pilier économique de la région, est alors fleurissante. Son père travaille comme cadre administratif chez Vallourec. Mais il sera davantage marqué par l'épopée des fusées et des premières greffes médicales. Dès son plus jeune âge, l'aîné d'une fratrie de quatre est attiré par la nature et tout particulièrement par les insectes. « Je les connais tous, affirme-t-il. Entre 10 et 12 ans, je les ai beaucoup étudiés et j'ai cherché à les classifier. » Ce goût pour la nature, il l'assouvit aujourd'hui en se rendant un week-end sur deux dans sa maison du Morvan, qu'il retape lui-même depuis son acquisition il y a neuf ans.

Autre grande passion : la photo dont il connaît l'évolution technologique par coeur, depuis l'appareil à plaque sensible de la fin du XIXe siècle jusqu'aux derniers réflex numériques. Sa collection compte une cinquantaine d'appareils qu'il a dénichés de vides greniers en brocantes. Il ne s'en sépare jamais, les déplaçant de bureau en bureau au gré de ses déménagements professionnels, sauf à l'étranger. « Mon principal ennemi est le temps qui passe, confesse-t-il. Or la photo a la magie de figer le temps. C'est quelque chose de très reposant. »

Bourreau de travail, Didier Dely trouve son équilibre en consacrant une partie de son temps libre au travail manuel et à la réflexion. C'est ainsi qu'il participe à une association sur la philosophie. Au menu, la perfection de l'Être selon le philosophe grec Parménide.

Homme du Nord, ce père de famille, qui n'hésite pas à faire la cuisine pour soulager sa femme ou épater ses convives, se présente comme un bourguignon en matière culinaire. Son penchant pour les plats à la crème et aux champignons révèle son côté bon vivant. Le poulet aux morilles et au vin jaune figure parmi ses recettes préférées et l'Irancy en tête de ses vins favoris.

L'INGÉNIEUR

Un esprit multidisciplinaire

Très tôt, Didier Dely se passionne pour les sciences et les technologies et l'idée de devenir ingénieur germe dans sa tête. Si bien qu'à 18 ans, quand son prof de philo lui suggère de faire médecine pour valoriser ses capacités en biologie, il écarte l'idée. Il tente l'École de l'air avec l'objectif de devenir pilote de chasse. Mais, recalé à cause d'un problème de santé, il se rabat sur l'École des ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP), qui forme des ingénieurs pour les services techniques de la capitale. Ce choix est dicté par des questions familiales et financières. « J'avais besoin d'argent, et cette formation offrait l'avantage d'être rémunérée », explique-t-il.

Il démarre sa carrière comme ingénieur de travaux, chargé de la signalisation à la direction de la voirie de la Ville de Paris. Avec JC Decaux, il met en place le mobilier de signalisation urbaine. L'occasion pour lui de connaître la capitale dans ses moindres détails. Cette oeuvre constitue sa plus grande fierté. « À l'époque, tout le monde à Paris voulait sa propre signalisation, rappelle-t-il. J'ai élaboré un schéma directeur de signalisation publique. Ce qui me rend aujourd'hui fier c'est de le voir toujours en vigueur. »

Cinq ans d'expérience et le voilà de retour sur les bancs de l'école. Pendant deux ans, il parfait son bagage technique par une formation en génie urbain à l'École nationale des Ponts et Chaussées. Sorti major, il rejoint la Direction de l'architecture de la Ville de Paris, où il s'occupe de la gestion du patrimoine architectural des 3e et 4e arrondissements. Quatre ans plus tard, il devient conseiller technique sur les questions de circulation, stationnement, transports et voirie. Une mission qui l'amène à devenir multidisciplinaire, à se forger des convictions et, au final, à développer son sens du service public. « Le contact avec le Politique ouvre les perspectives de l'ingénieur en l'obligeant en permanence à mettre en adéquation son expertise technique avec le besoin public », note-t-il.

LE DIRECTEUR

Le sens du service public

Son détachement en 1993 au Brésil le propulse à la tête de l'Institut international de gestion technique du milieu urbain, qui forme les gestionnaires de la ville de Curitiba, capitale de l'État de Parana. Dans le même temps, il officie comme conseiller du maire de Curitiba puis du gouverneur du Parana. Le projet d'implantation de Renault au Brésil lui offre l'opportunité de prouver son efficacité. Il met alors toute son énergie pour aider l'État de Parana à l'emporter sur celui de Sao Paulo, le poumon industriel du pays. L'implantation du constructeur automobile français près de Curitiba génère la création de près de 100 000 emplois. Cette victoire reste une grande fierté.

De retour en France, en 1997, il devient le bras droit du directeur de la voirie et des déplacements, en charge du véhicule électrique de Paris. « À l'époque déjà, on réfléchissait avec EDF à une solution durable pour les 30 % de foyers parisiens qui ne possédaient pas de voiture », rappelle-t-il. Son travail aura préparé l'arrivée d'Autolib en 2011.

Manager, il sait revenir sur le terrain même quand la tâche est ingrate. Il le démontre lors de la canicule de 2003. Les services logistiques de la Ville de Paris sont dépassés. Il s'implique alors personnellement en participant au recueil, à l'identification et au chargement des dépouilles dans des véhicules frigorifiés. Cette expérience le bouleverse. Il en retient une leçon : la réponse aux catastrophes ne doit plus jamais être improvisée. Il met alors en place une chaîne logistique mobilisable 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 en situation de crise : incendie, grand froid, canicule, inondation, etc.

À la direction de la Propreté et de l'Eau, Didier Dely joue la carte de l'ouverture envers les communes voisines. « Paris se comportait comme une Principauté. Or l'eau représente un enjeu essentiel. Il faudra la gérer à l'échelle du bassin parisien », confie-t-il. Sa résistance face aux soubresauts politiques étonne ses amis. Quand le Conseil de Paris change de majorité en 2001, il sauve sa tête. Le fait d'avoir travaillé auparavant avec un Maire du camp opposé ne l'empêche pas d'être confirmé dans ses fonctions puis promu jusqu'à devenir le patron de l'une des directions clés de la Mairie de Paris. Signe qu'il sait concilier exigences professionnelles et convictions politiques. c

SES 3 DATES

1980 Diplômé de l'École des ingénieurs de la Ville de Paris 1981 Ingénieur de travaux en charge de la signalisation de la capitale 2009 Directeur général de la Propreté et de l'Eau à la Mairie de Paris

SES 3 OBJETS FÉTICHES

VIEUX APPAREILS PHOTO Une collection d'une cinquantaine d'appareils photo de la fin du XIXe au début du XXe siècle qu'il a dénichés dans les brocantes. Il ne s'en sépare jamais, sauf quand il est détaché à l'étranger. FIAT 124 SPIDER Le modèle réduit d'une voiture Fiat 124 Spider qu'il a restaurée lui-même avec l'aide de copains. Il traduit son penchant pour le travail manuel qu'il considère comme un élément clé de son équilibre. CITOYEN D'HONNEUR DE CURITIBA Le certificat de citoyen d'honneur de la ville de Curitiba, au Brésil, lui a été décerné par le maire, en remerciement de son action pour sa ville et l'État de Parana, où il a été détaché pendant 3 ans et demi.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0943

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

Plus d'articles