Nous suivre Industrie Techno

Les100 premiers centres de R&D

CHARLES FOUCAULT cfoucault@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Aux six coins de l'Hexagone, les industriels inventent et développent les produits de demain. Pour la deuxième année, Industrie et Technologies a cartographié leurs labos. Le tableau des cents plus gros centres recensés par notre enquête brosse le portrait de la R&D en France. La carte de l'innovation qu'il dessine se révèle très concentrée sur la région parisienne et fortement colorée par le secteur automobile.

Innovation. Quel que soit le ministre de l'Industrie de notre pays, quel que soit le syndicat professionnel, ce mot est dans chaque discours. C'est l'innovation qui va nous faire sortir de la crise. C'est par elle que sera contrée la délocalisation. Pour la deuxième année consécutive, Industrie et Technologies s'est donc penché sur les lieux d'innovations de l'Hexagone : les centres de recherche et développement privés. Grâce au questionnaire envoyé à des centaines d'entreprises, plus de trois cents sites ont été recensés. Ils accueillent plus de 67 000 chercheurs, ingénieurs, techniciens et personnels de soutien. Soit un quart de l'activité de recherche et développement privée se déroulant sur notre territoire.

Nous avons répertorié cent sites parmi les plus importants, en termes d'effectif. Du gigantesque site de PSA Peugeot Citroën à Vélizy-Villacoublay, à ceux, plus modestes, d'Alcatel-Lucent à Brest, de Bostik à Ribécourt ou de Faurecia à Mouzon, ils mobilisent entre 6 000 et 110 employés pour la création des produits de demain. L'Île-de-France représente la terre la plus fertile en matière d'innovation avec ses quarante-trois centres. Rhône-Alpes et ses onze sites est loin derrière. Le reste est dispersé sur l'ensemble du territoire.

Une R&D éparse ou groupée ?

Sur notre sélection, seules cinquante-quatre entreprises sont représentées. Elles ont un peu moins de deux centres chacune en moyenne. La plus présente est Alcatel-Lucent avec ses sept centres de plus de 110 employés, répartis au-dessus de la Loire. Sanofi-Aventis a adopté la même stratégie. Ses sept centres accueillent 6 000 chercheurs, divisés par spécialité. Faurecia a aussi fait le choix de répartir ses 1 450 personnels sur sept sites. À l'inverse, Michelin a regroupé son personnel de R&D - 3 300 personnes - au centre de recherche et de technologie de Ladoux, à Cébazat.

L'automobile est le navire amiral de la R&D industrielle sur l'Hexagone. La totalité des forces de recherche et développement des deux constructeurs automobiles français (23 900 employés) compte pour 9,4 % du total. Si l'effort d'innovation de leurs fournisseurs entre en jeu, les 12 % sont dépassés. Les technologies de l'information et de la communication et le mix pharmacie-biotechnologies prennent les places suivantes sur ce podium sectoriel. Des chiffres à nuancer par l'absence dans notre tableau de grands noms. Néanmoins, pour quelques-uns d'entre eux, des recherches annexes nous ont permis d'estimer leur envergure. c

CHAUVIN

Sur les cent plus gros centres de R&D privés en France, seuls six appartiennent à des entreprises étrangères.

LES GRANDS ABSENTS DE NOTRE ENQUÊTE

Air liquide, Alstom, Bic, Legrand, L'Oréal, Infogrames, Schneider Electric, Sopra, Ubisoft et Zodiac Aerospace font partie des 100 premières sociétés qui investissent le plus en R&D. Elles ne figurent pourtant pas dans notre tableau. Malgré nos relances insistantes, elles ont refusé de répondre. Espérons que lors de la prochaine édition, ces champions de l'innovation joueront la carte de la transparence...

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0934

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

Profitant des formidables progrès de l'informatique embarquée et de l'essor de l'usine 4.0, les exemples d'applications[…]

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

Dossiers

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Interview

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Plus d'articles