Nous suivre Industrie Techno

Les trois clés des objets connectés

SOPHIE EUSTACHE

Mesure de l'environnement par les capteurs, communication, traitement des informations : à chaque étape, son défi technologique.

De nos maisons aux unités de productions industrielles en passant par le sommet des volcans, les objets connectés sont partout. Ce sont des capteurs mais aussi des montres, des balances, des pneus, des thermostats et d'autres objets inventés pour des applications bien précises, comme Mother qui surveille la maison grâce aux « motion cookies » disséminés dans l'environnement. L'arrivée des objets connectés permet de prendre le pouls de l'environnement en temps réel. La miniaturisation de l'électronique - antenne et processeur - a permis de connecter une multitude d'objets du quotidien et de capteurs, mais de nombreux défis technologiques persistent.

 

1. Rendre les objets multi-sensoriels

 

L'omniscience : but ultime de l'Internet des objets ? Si tel est le cas, les capteurs sont aux premières lignes pour collecter le savoir brut. Depuis une quinzaine d'années, ils profitent de la miniaturisation des composants électroniques - poussée par l'industrie des smartphones - et du traitement des données qu'offrent la puissance de calcul et le cloud. La convergence de ces technologies permet aux concepteurs de développer de nouveaux usages et de rendre les capteurs polyvalents. Par exemple, la start-up Sevenhugs propose de mesurer la qualité du sommeil en couplant les informations envoyées par les capteurs de température, d'humidité et de mouvements. L'intelligence embarquée permet aussi aux capteurs de gagner en efficacité, comme dans les capteurs d'images développés par le CEA et équipés d'un système de prétraitement de l'information. Le système établit un tri à la source. Par exemple, si l'on veut seulement connaître le nombre de personnes dans une pièce, la caméra n'envoie pas l'image vidéo mais seulement le résultat du comptage.

 

2. Donner forme et sens aux données

 

Sans traitement d'informations, les objets connectés ne seraient pas plus utiles que des coquilles vides, maquillées de technologie. Les informations remontées par les objets doivent être analysées et traitées en vue de développer des applications. Pour gérer le big data, il existe des outils de business intelligence et des logiciels de traitement de données, qui rendent l'information intelligible et contextuelle. Pour exploiter au mieux ces données, des développeurs conçoivent des applications ergonomiques, pour tous les secteurs, industrie, transport, santé, sport.

 

3. Trouver un langage commun

 

Vous avez déjà eu l'impression de ne pas être sur la même longueur d'onde que votre interlocuteur ? C'est un peu ce que ressent une ampoule qui essaie de parler en langage Zigbee avec un thermostat doté d'une connexion Wi-Fi... Pour rendre les objets interopérables, c'est-à-dire capables de communiquer les uns avec les autres, le consortium Open Interconnect Consortium, qui regroupe IBM, Cisco, Intel, Samsung et Dell, pousse des standards. Aujourd'hui, la plupart des objets passent par le smartphone, qui embarque plusieurs protocoles, lequel se charge d'envoyer les informations sur les serveurs. Selon un expert de chez Thales, Internet restera l'épine dorsale des objets connectés.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0973

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Portrait du PDG de Quantum Surgical, Bertin Nahum, qui prépare l’arrivée sur le marché de son prochain robot[…]

« En Europe, la difficulté n’est pas tant la création d’entreprises que leur croissance », selon Chahab Nastar, chef de l’innovation d’EIT Digital

Interview

« En Europe, la difficulté n’est pas tant la création d’entreprises que leur croissance », selon Chahab Nastar, chef de l’innovation d’EIT Digital

La maintenance à distance d’Oculavis récompensée à l’EIT Digital Challenge 2019

La maintenance à distance d’Oculavis récompensée à l’EIT Digital Challenge 2019

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Plus d'articles