Nous suivre Industrie Techno

C’est pas nouveau, quoique !

Les ‘‘Tournesol’’ sont reparties pour 40 ans

Jean-François Prevéraud
Les ‘‘Tournesol’’ sont reparties pour 40 ans

Une rénovation réussie grâce à l'utilisation du Hi-Macs.

© Jean-Baptiste Dorner

Cette génération de piscines qui a accompagné depuis les années 70 nombre d’enfants dans l’apprentissage de la natation puis dans leurs loisirs, fait l’objet de rénovations intéressantes grâce à l’emploi de matériaux novateurs. Dernier exemple en date, la piscine Tournesol de Lingolsheim.

1968, l’équipe française de natation obtient de très mauvais résultats aux Jeux Olympiques d'été. 1969, le secrétariat d'État chargé de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs lance la construction de ‘‘1 000 piscines’’ pour apprendre la natation aux petits Français et, qui sait, susciter les vocations sportives. Suite à un concours d’idées plusieurs modèles seront agréés (Iris, Plein-Ciel, Plein-Soleil, Caneton, Tournesol). Environ 700 nouvelles piscines seront ainsi construites sur tout le territoire. Ces piscines préfabriquées seront largement industrialisées, tant au niveau de la structure et de la couverture, que des équipements internes.

L’un des modèles les plus représentatifs sera le type Tournesol, imaginé par l'architecte Bernard Schoeller du cabinet Arsène-Henry. Il sera aidé par l'ingénieur Thémis Constantinidis pour la définition de la structure, et Matra qui fournira les matériaux composites. 183 exemplaires seront construits sur les 250 initialement prévus, entre le milieu des années 1970 et début 1980.

                   
                             Des installations souvent défraichies

Dotées d’un bassin de 25 mètres de long sur 10 mètres de large, ces piscines sont constituées d’arches métalliques supportant une coupole de 35 mètres de diamètre couvrant 1 000 m² et haute de 6 m. Cette coupole qui ressemble à un gigantesque oursin comporte deux originalités : elle est constituée de 36 arcs moulés en polyester dont un sur deux laisse passer la lumière à travers 7 gigantesques hublots ; deux groupes de 6 arcs contigus sont escamotables offrant, lorsque le temps le permet, une ouverture de 120° sur l’extérieur. Aujourd’hui encore une centaine de piscines Tournesol sont encore en activité sur notre territoire dont certaines ont été rénovées.

Conserver le caractère futuriste

C’est dans le contexte de l’une de ces rénovations qu’est intervenu le cabinet d’architecture Urban Kultur pour la réhabilitation et l’extension de la piscine Tournesol de Lingolsheim en Alsace. Les architectes Dominique Cornaert, Philippe Dahan, Piotr Janski et Amaury Sigwarth ont été particulièrement inspirés pour relever ce défi. Ils ont en effet dû tenir compte des éléments déjà en place dont, l’architecture futuriste inspirée des années 70. Parallèlement, le cahier des charges, leur imposait l’installation de vestiaires mixtes, ouverts et spacieux, la réhabilitation de l’enveloppe intérieure et extérieure de la coupole et l’amélioration thermique de l’édifice.

La conception du bâtiment en coupole a rendu l’opération particulièrement complexe. La problématique était de réussir l’extension du bâtiment sans dénaturer son caractère unique et futuriste, afin de conserver ses qualités intrinsèques. Les formes en plan et en coupe n’ont pas été modifiées, la coupole a été rénovée, des améliorations thermiques ont été apportées et le fonctionnement de la structure ouvrant sur 120 degrés a été maintenu. À l’intérieur, les vestiaires existants ont été démontés, la surface ainsi disponible a donné lieu à l’installation de trois bassins.

Le bâtiment en extension qui abrite le hall, les vestiaires, les bureaux, les locaux techniques est quant à lui indépendant de la piscine Tournesol. La forme de l’édifice en plan s’apparente à celle d’un ‘‘boomerang’’ qui enveloppe le tournesol sans le toucher. Les espaces interstitiels sont paysagés et offrent de nombreuses transparences.

                  
                  Un bâtiment en boomerang autour du Tournesol

Les espaces installés dans l’extension sont organisés autour du patio vitré qui apporte une lumière naturelle généreuse. Grâce aux nombreuses transparences, les différentes fonctions d’accueil du public communiquent visuellement. L’espace est ouvert, il semble continu et forme une entité facilement identifiable. L’ambiance est sobre, propice au calme, afin que les nageurs puissent passer un moment agréable sous le signe de la détente.

La pierre acrylique remplace le polyester

Cette réhabilitation et extension ont été rendues possibles grâce à l’utilisation de ‘‘pierre acrylique’’ Hi-Macs créée par LG Hausys. Il s’agit d’un matériau non poreux et extrêmement polyvalent qui comporte 70 % de bauxite (poudre de pierre naturelle), 25 % de résine acrylique, 2 % de pigments naturels. Le matériau est chauffé lors du processus de mélange, ce qui le distingue des autres matériaux minéraux en produisant une liaison plus solide des éléments, dans laquelle d’éventuels défauts de structure sont parfaitement compensés. Cette amélioration de la structure influence automatiquement la qualité du matériau.

                   
              Respecter la forme futuriste tout en améliorant le confort

« Cette pierre acrylique, anti-rayure et extrêmement résistante à l'usure et aux tâches, répond aux problématiques qui se posent pour les lieux publics avec une forte affluence comme c’est le cas de la piscine Tournesol », expliquent les architectes de cabinet d’architecture Urban Kultur. « De plus, l’espace est totalement hygiénique : sa surface lisse et non poreuse rend l’ensemble agréable au toucher, résistant pour un usage intensif et facile à nettoyer et à entretenir empêchant bactéries, champignons ou agents chimiques de s'infiltrer et d'altérer la matière ».

La flexibilité de l’Hi-Macs a permis aux architectes de composer avec des exigences importantes en faisant épouser au matériau, les formes circulaires de la coupole en forme d’oursin. Le matériau a pour cela dû être thermoformé avec une double courbure pour se fondre dans la structure existante et se modeler sur la coupe des arcs.

                      
                                       Une nouvelle luminosité

Ce travail a nécessité la pose de panneaux en Hi-Macs de couleur blanche Alpine White permettant une diffusion optimale de la lumière à travers l’ensemble de l’édifice. Ils ont été préfabriqués sur mesure, cintrés et assemblés par ADJ France. Grâce à un collage sans joints apparents, les finitions sont nettes. La surface de la coupole se compose de 48 modules d’environ 150 cm de large et 200 cm de haut qui forment l’habillage de la partie basse. Par ailleurs, une gorge lumineuse a été créée et vient éclairer la toile tendue au-dessus de la surface en pierre acrylique. La surface de la coupole est habillée d’une paroi lisse blanche percée de hublots également en résine. Le mobilier d’accueil (banc et comptoir) et les vasques des sanitaires ont également été conçus en Hi-Macs.

L’utilisation de l’Hi-Macs a permis de pallier les contraintes initiales du projet : réhabiliter sans dénaturer l’ensemble architectural et apporter une réponse technique appropriée. En effet, sa malléabilité et sa souplesse ont répondu aux attentes des architectes en matière de design, d’hygiène et de résistance. « De plus, la pierre acrylique a contribué à créer des conditions optimales de circulation de la lumière et une ambiance apaisante pour une réception optimale du public », explique l’un des architectes responsable du projet.

Et ça, c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://himacs.fr/ & http://www.urbanekultur.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Elon Musk, Jeff Bezos... Ces magnats qui rêvent de la planète rouge

Dossiers

Elon Musk, Jeff Bezos... Ces magnats qui rêvent de la planète rouge

L’espace fascine depuis très longtemps les scientifiques, mais aussi les industriels. à l’instar[…]

[Mosaïque interactive] 10 innovations qui vont tout changer

Dossiers

[Mosaïque interactive] 10 innovations qui vont tout changer

Biotechnologies : séquencer un génôme, c'est devenu facile!

Biotechnologies : séquencer un génôme, c'est devenu facile!

Robots humanoïdes : le métier rentre !

Robots humanoïdes : le métier rentre !

Plus d'articles