Nous suivre Industrie Techno

Les technos sous le capot du nouveau taxi autonome Navya

Les technos sous le capot du nouveau taxi autonome Navya

© Navya

Après sa navette « Autonom Shuttle », la société française Navya vient de lancer son premier robot taxi l’« Autonom Cab ». Pouvant transporter une à six personnes, le taxi propose une solution de transport pour les déplacements en centre-ville. 

« Imaginez des villes où ne circuleraient que des Autonoms : plus d’embouteillages ou de problèmes de stationnement, moins d’accident, moins de pollution », affirme Christope Sapet, président de Navya, dans un document rendu public hier. L’homme a déjà séduit des entreprises avec sa navette « Autonom Shuttle » - anciennement baptisée Navya Arma – et compte charmer les citadins avec la sortie d’un « Autonom Cab », un robot taxi 100 % autonome pour les déplacements de 1 à 6 personnes en centre-ville.

Sa vitesse moyenne est de 50 km/h, ce qui lui permet de s’intégrer normalement dans le flux de circulation, mais il peut rouler jusqu’à 90 km/h. Sa mise en service est prévue pour le deuxième trimestre 2018.

Sous son capot : lidars, caméras, radars …

Pour pouvoir fonctionner en ville, le robot taxi a besoin de nombreuses technologies. Il dispose de dix capteurs lidars, six caméras, quatre radars, deux antennes GNSS et une centrale inertielle. Les six caméras analysent l’environnement du véhicule comme la signalétique et les feux de circulation. Les algorithmes de deep learning détectent et catégorisent les obstacles. Les caméras sont connectées à un système de gestion des flux vidéo réalisé par Nvidia. Les 10 capteurs lidar perçoivent l’environnement en trois dimensions. Trois lidars VLP permettent une vision périphérique à 360°, sept lidars SCALA garantissent une vision à plus de 200 mètres. Ainsi, le véhicule détecte les obstacles et se positionne précisément sur la route à l’aide d’une cartographie 3D réalisé par Navya.

Deux antennes GNSS associées à un système GNSS RTK apportent une position de précision centimétrique. Les quatre radars déterminent quant à eux la position et la vitesse des objets environnants. La centrale inertielle mesure les accélérations et rotations permettant de confirmer les informations sur le positionnement et améliore la précision. Ces capteurs permettent d’apporter une triple redondance minimum pour l’ensemble des fonctions. L’ordinateur fusionne en permanence les données perçues par tous ces capteurs, ce qui lui permet de se déplacer efficacement et de prendre des décisions, sans aide d’un conducteur. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Pas encore en vacances ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider à garder néanmoins le sourire.[…]

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Mobilité hydrogène : Plastic Omnium ouvre deux centres de R&D en Belgique et en Chine

Mobilité hydrogène : Plastic Omnium ouvre deux centres de R&D en Belgique et en Chine

Plus d'articles