Nous suivre Industrie Techno

Les technos qui ont donné vie à l'androïde du jeu "Détroit - Become Human"

Les technos qui ont donné vie à l'androïde du jeu

© Séverine Fontaine

Du réel au numérique, en passant par la réplique en impression 3D... Pour réaliser son personnage Kara du jeu vidéo Detroit - Become Human, l’éditeur français Quantic Dream s’est appuyé sur l’expertise du spécialiste du scan 3D SolideXpress et de la technologie d’Artec 3D. Un travail qui a donné naissance à une réplique (presque) plus vraie que nature !

 

Dans le rayon jeu vidéo de la Fnac Paris Saint-Lazare, une androïde de taille humaine semble être en lévitation. Yeux clos, tête légèrement en arrière, le personnage est une réplique de Kara, un personnage sorti tout droit du jeu Detroit - Become Human de l'éditeur français  Quantic Dream. En s’approchant du visage, on s’est laissé surprendre par le réalisme du visage humain de la statue : va-t-elle ouvrir les yeux ? Ses traits fins et enfantins, Kara les doit à l’actrice américaine Valorie Curry. Et surtout à la technologie.

Dans le jeu, l’androïde Kara découvre qu’elle est douée d’émotions. Pour traduire du réel au numérique, le spécialiste du scan 3D de personnages, SolideXpress a réalisé la « matière première numérique » grâce aux scanners 3D d’Artec 3D, baptisés Eva et Space Spider. Cette matière première numérique a permis à l’éditeur français Quantic Dream de modéliser son personnage.

Des expressions et émotions proches de la réalité

Le scanner Eva repose sur une technologie de lumière structurée - ne présentant aucun danger pour l’homme - qui permet la capture d’objets en tous genres. « Avec plus de 14 prises de vues par seconde pour le Eva, nous pouvons capturer une grande quantité de données en très peu de temps, tout en changeant d’angle très rapidement » fait valoir Pierre Meyrignac, fondateur de SolideXpress dans un document détaillant l'utilisation de cette technologie. Le second scanner, le Space Spider, utilise la lumière bleue pour obtenir des détails très fins du visage, jusqu’aux pores de la peau. Le modèle numérique a ensuite été optimisé sur logiciel.

Outre l'industrie du jeu vidéo, ces scanners sont également utilisés pour le prototypage rapide, le contrôle qualité, l’animation par ordinateur ou encore la préservation du patrimoine pour différentes industries (automobile, médecine, aérospatial).

Du numérique au plastique

Pour passer du numérique au physique, la statue a été imprimée en 3D. Le visage est fait de silicone, le corps en plastique ABS et la structure interne en métal. Pour restituer les expressions sur le visage dans les moindres détails, SolideXpress est allé jusqu’à implanter de la pilosité au niveau des cils et des sourcils. Une réalisation réussie !

Voici un autre exemple de réalisation avec...Barack Obama :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec AI4GEO, CS Group veut créer un Google Earth Engine augmenté

Avec AI4GEO, CS Group veut créer un Google Earth Engine augmenté

Lancé le 10 décembre pour une durée de 4 ans et porté par CS Group, le projet AI4GEO a pour but de créer une[…]

12/12/2019 | 3DEspace
L'open source séduit toujours plus les entreprises françaises et s'impose pour l'IA et la blockchain

L'open source séduit toujours plus les entreprises françaises et s'impose pour l'IA et la blockchain

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Plus d'articles