Nous suivre Industrie Techno

abonné

Les surfaces superhydrophobes s'ouvrent aux applications en gagnant en robustesse

MANUEL MORAGUES
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les surfaces superhydrophobes s'ouvrent aux applications en gagnant en robustesse

Concilier superhydrophobie et robustesse, voilà ce qu'a réussi à réaliser une équipe internationale de chercheurs en concevant et fabriquant des surfaces structurées à plusieurs échelles. De quoi être à même d'exploiter la capacité de ces surfaces à repousser l'eau pour rester sèches, s'auto-nettoyer et éviter de servir de substrat à des organismes vivants (bio-encrassement ou biofouling).

Publiés le 3 juin dans Nature, leurs travaux contournent la contradiction entre superhydrophobie et résistance mécanique. L'obtention de surfaces hydrophobes passe en effet généralement par la création d'une rugosité de surface à l'échelle micro ou nano qui minimise l'aire de contact entre le liquide et la surface. Or cette rugosité est synonyme de fragilité face à une charge mécanique. Des forces d'abrasion peuvent ainsi détruire la superhydrophobie de ces surfaces.

Nano et micro[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Aéronautique : Dassault aviation et le CNRS lancent un laboratoire commun pour la mise au point de matériaux nanostructurés

Aéronautique : Dassault aviation et le CNRS lancent un laboratoire commun pour la mise au point de matériaux nanostructurés

Le CNRS et Dassault aviation ont lancé le 5 juillet un laboratoire commun. Son objectif : mettre au point de nouveaux matériaux[…]

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Semi-conducteurs : le LAAS et Riber créent un laboratoire commun pour repousser les limites de l’épitaxie par jet moléculaire

Repsol, Axens et IFPEN améliorent la recyclabilité des déchets plastiques traités par pyrolyse

Repsol, Axens et IFPEN améliorent la recyclabilité des déchets plastiques traités par pyrolyse

Le chimiste allemand Covestro produit un précurseur du polyuréthane à partir de CO2 plutôt que de pétrole

Le chimiste allemand Covestro produit un précurseur du polyuréthane à partir de CO2 plutôt que de pétrole

Plus d'articles