Nous suivre Industrie Techno

Editorial

Les sept vies rêvées de la France de l'industrie

Les sept vies rêvées de la France de l'industrie

© T. Gogny/IT

Il paraît que les chats ont sept vies (pour celui de Schrödinger, les experts se montrent moins affirmatifs). Avec la commission Innovation 2030, dont elle a pris la tête, et dans le cadre de laquelle elle vient de lancer le concours mondial éponyme sous l’égide de François Hollande, Anne Lauvergeon a, elle, voulu stimuler les entrepreneurs en les invitant à imaginer sept nouvelles existences pour l'industrie française, sept façons de ne pas laisser mourir le tissu économique hexagonal, sept moyens de renaître sans s’expatrier.

Bien sûr, on peut douter de la pertinence d’une projection à un horizon aussi lointain, alors même que le rythme de l’apparition et de l’obsolescence des nouvelles technologies ne cesse de s’accélérer. Dix-sept ans… autant dire, une éternité. Ceux qui désirent croire à l’applicabilité effective de ces prédictions en 2030 seraient en tout cas bien inspirés de s’abstenir de relire ce qui a pu être écrit il y a dix-sept ans – vous n’aviez pas de smartphone, ni peut-être même de téléphone mobile, vous n’utilisiez pas Google, ni peut-être même Internet – ou encore pire, en 1994, par exemple dans le rapport Théry, du nom d’un expert renommé, à la compétence reconnue par tous, polytechnicien, ingénieur des Télécoms …qui prédisait l’essor inéluctable du Minitel et rappelait les limites indépassables d’Internet, interdisant d’imaginer qu’il puisse jouer à l’avenir un rôle significatif dans l’échange d’informations ou les transactions commerciales. Certes. L’anticipation a bien sûr ses limites… Quant aux innovations de long terme, les stimuler passe peut-être plutôt, dans l’immédiat… par une refonte de notre système scolaire, dont l’efficacité vient une nouvelle fois d’être mise en doute par le test Pisa de l’OCDE. Un grand nombre de nos inventeurs de 2030 ont en effet, vraisemblablement, un cartable sur le dos en ce moment même…

Reconnaissons tout de même à l’exercice un caractère stimulant, voire franchement rafraîchissant. Oublier un moment la conjoncture économique pour se concentrer sur les technologies et innovations susceptibles de relancer la machine, oser imaginer l’avenir est en soi générateur d’enthousiasme. Nous en avons bien besoin, quand bien même l’horizon réel des domaines d’innovations identifiés serait plutôt de l’ordre de deux à cinq ou dix ans. Reconnaissons aussi à l’initiative le mérite d’un certain réalisme, dans le choix délibéré de laisser de côté certains domaines pourtant prometteurs – le spatial ou l’aéronautique n’ont pas besoin de nous, tranchait récemment Anne Lauvergeon, qui rappelait aussi qu’avec 4% de la R&D mondiale, la France ne peut pas vouloir tout faire – et celui de faire appel à l’initiative privée, un peu comme le fait régulièrement l’agence de recherches de l’armée américaine, la Darpa, en donnant la parole aux entrepreneurs. Alors, vous avez des idées sur les big data, le stockage de l'énergie, le recyclage, la valorisation des richesses marine, la chimie du végétal, la médecine individualisée ou la "silver économie"? Faites-nous rêver la future France de l'industrie!

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Bouillon de culture

Point de vue

Bouillon de culture

Et vous, dans votre entreprise, qui pilote l'innovation ? La question est bien moins anodine qu'il n'y paraît. D'autant que la[…]

Les innovateurs doivent savoir jouer les équilibristes

Les innovateurs doivent savoir jouer les équilibristes

Industriels, passez en mode start-up

Editorial

Industriels, passez en mode start-up

L’industrie se voit comme le secteur le plus innovant

L’industrie se voit comme le secteur le plus innovant

Plus d'articles