Nous suivre Industrie Techno

Les robots se glissent dans la machine-outil

Industrie et Technologies
Düsseldorf, 15-19 juin. Au salon de la machine-outil et de la production automatisée Metav, la réduction du coût de fabrication passe par une automatisation de plus en plus poussée des machines qui intègrent les robots.

Après un début plutôt timide, le salon Metav a connu une fréquentation soutenue ce qui démontre que l’économie allemande, bien qu’encore souffrante, donne quelques signes de redressement.

Cela dit, les chefs d’ateliers et autres ingénieurs sont toujours à la recherche de la perle rare, à savoir des équipements qui peuvent encore et encore réduire les coûts de fabrication.

Soumis à cette pression incessante sur les prix, les constructeurs de machines-outils ne cessent d’innover et de mettre en place des stratégies capables de répondre aux desiderata des utilisateurs.

A l’image d’Emag, l’inventeur du tour vertical inversé qui est capable, grâce aux rachats effectués ces dernières années, de fournir des solutions de fabrication complètes. Tournage, rectification, usinage laser... tous les types d’équipements sont présents dans son catalogue. Il ne manquait cependant qu’un seul dans sa panoplie : le centre d’usinage. C’est désormais fini car Emag annonçait au salon de Düsseldorf la reprise du constructeur de centres d’usinage allemand SW.

«Notre objectif est de maîtriser toutes les technologies applicables à la transformation de métal pour l’usinage de toutes pièces mécaniques en grandes et moyennes séries», confirme Norbert Hessbrüggen, pdg du groupe.

«Les avantages pour l’utilisateur sont nombreux, comme le fait d’avoir un seul interlocuteur pour l’achat de l’installation et un service après vente performant », indique de son côté  Jean-Paul Nodier, pdg de Nodier Emag et président du Symap, le syndicat français de la machine-outil.
 
Une voie qu’a choisie aussi le constructeur français Huron qui possède désormais plusieurs cordes à son arc : le fraisage à très grande vitesse mais aussi la rectification ou les centres d’usinage.

L’automatisation intégrée est un autre cheval de bataille de constructeurs. Index propose ainsi le centre de tournage MS18C qui intègre deux robots scara originaux qui portent deux broches synchrones. Une solution (prix de 650 000 à 850 000 euros en fonction des équipements) qui dope la productivité, destinée à l’usinage des petites pièces complexes en une seule prise et plus vite. «Le temps de réglage est extrêmement réduit», constate ainsi Klaus Göhring, pdg d’Index France.

 Le groupe allemand dévoilait aussi une autre machine innovante : le centre de tournage Traub TNL 26 K. Originalité : ses quatre systèmes d’usinage indépendants. Quatre outils sont capables de travailler simultanément, ce qui se passe de commentaire en ce qui concerne la productivité…

La robotisation a été adoptée également par Röders, le spécialiste du fraisage rapide de grande précision. Une solution originale qui fait ses premiers pas chez un mouliste d’Oyonnax qui a intégré dans une cellule de fabrication une machine du constructeur allemand et un centre d’usinage Mazak, les deux étant desservies par un robot Fanuc. L’installation peut travailler sans surveillance et réduit drastiquement les coûts. Une manière de lutter contre les délocalisations qui touchent sévèrement les moulistes français.

Automatisation intégrée aussi chez Mikron avec le centre d’usinage 5 axes à grande vitesse UCP 600 Vario dont la table bouge dans tous les sens.

Original également le centre d’usinage MT-Twin de Stama qui assure des opérations de fraisage et de tournage sur 5 axes et sur deux pièces simultanément avec deux broches de fraisage et deux de tournage.

Quant au géant allemand DMG il vient d’inventer la machine-outil… à la demande !

Son système breveté duoBlock est simple : l’utilisateur choisit la taille qui lui faut (100, 125 ou 160), les fonctions dont il a besoin (axe A ou B, table circulaire ou rotative, changeur de palette, etc.)… la construction duoBlock autorise les configurations individuelles. Et aussi selon le constructeur : 20% de précision en plus (diminution des effets thermiques grâce au capotage), 30% de rigidité en plus (deux blocs coulés à stabilité propre assemblés pour former le duoBlock), 40% d’espace d’usinage supplémentaire, 50% de dynamique en plus (masse en mouvement divisée par deux et masse au repos doublée par rapport aux machines à montant mobile)…

La lutte contre la pollution n’était pas absente avec les solutions qui éliminent la lubrification ou la réduisent fortement comme les machines de Helle

Mirel Scherer
(envoyé spécial à Düsseldorf)

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La machine-outil sous l'oeil du logiciel

Focus

La machine-outil sous l'oeil du logiciel

Couplées à des logiciels d’analyse, les machines-outils communicantes apportent des gains de qualité, de[…]

EMO 2019 : la fabrication additive sur le territoire de la machine-outil

EMO 2019 : la fabrication additive sur le territoire de la machine-outil

[Vidéo] Naïo Technologies veille au grain avec son robot Dino

[Vidéo] Naïo Technologies veille au grain avec son robot Dino

De l'Alfa Romeo 8C à la Ford Mustang de Fast & Furious 6

De l'Alfa Romeo 8C à la Ford Mustang de Fast & Furious 6

Plus d'articles