Nous suivre Industrie Techno

Les robots sauveteurs auront du flair

Séverine Fontaine
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les robots sauveteurs auront du flair

© Pixabay

Et si les robots pouvaient nous retrouver à l'odeur ? Une chercheuse mexicaine a développé un nez électronique capable de reconnaître le sang, la sueur et l'urine humaine pour équiper les robots envoyés sur des missions de sauvetage.

Blanca Lorena Villarreal, reconnue par le MIT Technology Review comme l’une des jeunes mexicaines les plus innovantes, a développé un dispositif permettant à plusieurs plateformes robotiques de suivre la trace de certaines odeurs. Cette technologie pourrait aider la recherche et le sauvetage de personnes en cas de catastrophe naturelle.

Le système olfactif du dispositif est basé sur des algorithmes d’intelligence artificielle qui permettent la détection de l’odeur de l’alcool. Pas très utile pour des missions de sauvetage à premier abord. Mais en modifiant ce système il peut détecter des odeurs telles que le sang, la sueur ou l’urine humaine.

Reproduire le mécanisme humain

Dans sa première phase de développement, Blanca Lorena Villarreal a étudié le processus humain de reconnaissance des odeurs pour pouvoir le traduire en algorithme et l’appliquer à son dispositif de nez électronique. Le système olfactif humain consiste en un ensemble de détecteurs. Chacun d’entre eux signale la présence d’une forme particulière correspondant à une molécule odorante. Présents dans la muqueuse olfactive, ces détecteurs signalent aux neurones olfactifs l'information de captage d'une de ces molécules odorantes. Transportées par l’air, celles-ci atteignent la muqueuse olfactive après avoir traversé une couche de mucus.

Pour appliquer la façon dont l’homme perçoit les odeurs à son nez électronique, la chercheuse mexicaine a utilisé des capteurs chimiques. Les données recueillies sont analysées en temps réel par un ordinateur. Les algorithmes du système permettent non seulement de reconnaître une odeur mais d'en identifier la provenance. La jeune chercheuse mexicaine a ensuite mis en œuvre ce système olfactif sur une plateforme robotique qui sera déployé sur des zones d’urgence potentielles. Ce projet a été financé par le Conseil national des sciences et technologies mexicain Conacyt.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Fabrication additive : le CNRS et l’institut Jean Lamour ouvrent la voie à l’impression d’aimants permanents complexes

Fabrication additive : le CNRS et l’institut Jean Lamour ouvrent la voie à l’impression d’aimants permanents complexes

Le CNRS et l’institut Jean Lamour de Nancy ont dévoilé le 21 octobre leurs travaux dans le domaine de l’impression 3D[…]

Semi-conducteurs : « Dans les prochaines années, nous allons multiplier par 10 la part de notre chiffre d’affaires réalisée en Europe », pointe Alain Jarre PDG de RECIF Technologies

Semi-conducteurs : « Dans les prochaines années, nous allons multiplier par 10 la part de notre chiffre d’affaires réalisée en Europe », pointe Alain Jarre PDG de RECIF Technologies

Quantum Surgical : le prêt de 15 millions d’euros de la BEI qui va accélérer le lancement de son robot médical

Quantum Surgical : le prêt de 15 millions d’euros de la BEI qui va accélérer le lancement de son robot médical

Au salon 3D Print, le concept de l’usine distribuée progresse dans la fabrication additive

Au salon 3D Print, le concept de l’usine distribuée progresse dans la fabrication additive

Plus d'articles