Nous suivre Industrie Techno

Les réseaux corporels sans fil à l'étude en France

Ridha Loukil
Le projet Banet, piloté par le CEA-Léti, se consacre à la technologie de communication via le corps humain.

Les réseaux corporels sans fil, qui utilisent le corps humain comme média de transmission de données, ne seront plus l'apanage des Japonais et Coréens. Les chercheurs français s'y intéressent à leur tour. Le projet de recherche Banet (Body area networks and technologies), qui vient d'être lancé sous l'égide de l'Agence nationale de la recherche, se consacre à ce sujet. Piloté par le CEA-Léti, il réunit neuf partenaires français, dont France Télécom, Decathlon et Ela Medical (entreprise du groupe Sorin développant des systèmes de gestion du rythme cardiaque). D'une durée de trente mois, ce projet vise à définir des cadres précis pour la conception d'un système de communication corporel sans fil, optimisé tant du point de vue des performances (débit, portée, fiabilité...) que de l'encombrement et de la consommation.

Les réseaux BAN (Body area network) utilisent le champ électrique du corps humain pour transmettre sans fil des données, par exemple du baladeur musical vers le casque audio, de la clé électronique de la voiture - dans la poche - vers le système de déverrouillage des portières, ou encore du capteur cardiaque vers le boîtier de contrôle porté autour de la ceinture. Cette technologie étonnante, défrichée aux États-Unis par IBM et le MIT dans la perspective de l'ordinateur près du corps (wearable computer), fait l'objet de recherches intenses au Japon et en Corée du Sud.

Pour communiquer avec des implants cardiaques

Les applications potentielles se situent dans l'électronique portable. Des prototypes ont été présentés au cours ces dernières années par NTT, DoCoMo, KDDI, Alps, Sony, Panasonic et Samsung.

Parmi les applications visées par le projet Banet figure l'enregistrement de données physiologiques (monitoring) pour des usages à la fois médicaux et sportifs. Dans le domaine du sport, les informations recueillies à partir d'un réseau de capteurs placés sur le corps fourniront une meilleure connaissance du geste et de l'effort dans le but d'améliorer les équipements sportifs. Côté médical, les études porteront sur l'évolution des systèmes de communication sans fil pour les implants de nouvelle génération (stimulateurs cardiaques).

Un des aspects du projet consiste à réduire au minimum la consommation d'énergie de ces systèmes afin d'améliorer la facilité d'utilisation, la durée de vie des batteries, la taille des noeuds terminaux, ce qui pourrait conduire à terme à un réseau autonome grâce à la récupération d'énergie (auto-alimentation).

Le projet Banet vise à combler les manques et les faiblesses de l'état de l'art dans ce domaine. Au programme : canal de propagation du signal, interface et protocole d'accès, coexistence avec d'autres réseaux sans fil et coopération entre plusieurs réseaux BAN.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0905

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Embarquer l’IA, un défi majeur pour l’industrie européenne

Embarquer l’IA, un défi majeur pour l’industrie européenne

Aux Assises de l’embarqué, qui ont eu lieu mardi 19 janvier, l’Intelligence Artificielle (IA) a tenu une place importante. Si les[…]

Le plan quantique français est enfin lancé : tous les détails de cette stratégie à 1,8 milliard d'euros sur 5 ans

Le plan quantique français est enfin lancé : tous les détails de cette stratégie à 1,8 milliard d'euros sur 5 ans

[CES 2021] Cartesiam, de l’IA dans les microcontrôleurs pour détecter et classer les pannes sans utiliser le cloud

[CES 2021] Cartesiam, de l’IA dans les microcontrôleurs pour détecter et classer les pannes sans utiliser le cloud

Covid-19 : Comment l’intelligence artificielle peut aider à trier l’information médicale

Covid-19 : Comment l’intelligence artificielle peut aider à trier l’information médicale

Plus d'articles