Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Les ravitaillements privés de l'ISS maintenus après l'explosion du lanceur Antares d'Orbital Sciences

Julien Bergounhoux

Mis à jour le 29/10/2014 à 16h13

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les ravitaillements privés de l'ISS maintenus après l'explosion du lanceur Antares d'Orbital Sciences

© NASA

La troisième mission de ravitaillement de la Station spatiale internationale par Orbital Sciences est un échec. Le lanceur Antares a explosé très peu de temps après son décollage, détruisant intégralement le véhicule Cygnus non-habité qu'il transportait. Un incident qui ne devrait pas remettre en cause la décision de la Nasa de confier de plus en plus de vols au secteur privé.

La troisième mission de ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS) par Orbital Sciences a connu un incident lors de son décollage depuis la base de lancement de Wallops (Virginie) le mardi 28 octobre, qui a conduit à l'explosion du lanceur fusée Antares et du véhicule non-habité Cygnus qu'il transportait. Ce lancement, originellement prévu lundi soir (UTC-5), avait été retardé d'un jour à cause de la présence d'un bateau dans la proximité de la zone de lancement.

Baptisée Orb-3, la mission faisait partie d'une série de huit lancements commandés par la Nasa à Orbital Sciences dans un contrat de 1,9 milliard de dollars. Ces ravitaillements sont destinés à apporter de la nourriture, de l'eau, de l'équipement et du matériel pour des expériences scientifiques. L'entreprise Space Exploration Technologies (SpaceX) se charge d'une autre partie des ravitaillements au travers d'un contrat de 1,6 milliard de dollars qui l'engage à effectuer douze vols, dont quatre ont déjà été effectués sans incident. Pour cette mission, le véhicule Cygnus emportait une charge de 2 268 kg au total.

Les partenariats public-privés pas remis en question

La perte combinée d'Antares et de Cygnus est estimée à 200 millions de dollars. Les deux premières missions d'Orbital Sciences, réalisées en janvier et en juillet 2014, s'étaient déroulées sans problème (tout comme les deux vols de test réalisés en 2013). L'explosion n'a fait aucun blessé, et l'échec de la mission ne met pas l'équipage de l'ISS en danger car il a assez de provisions pour les six mois qui viennent, bien après la date du prochain ravitaillement prévu par SpaceX. Le vaisseau robotisé Progress de Roskosmos (l'agence spatiale russe) devrait de plus décoller pour ravitailler la Station spatiale ce mercredi 29 octobre.

La Nasa a indiqué dans un communiqué que l'incident ne remettait pas en cause la confiance qu'elle place en Orbital Sciences, et que les prochaines missions iraient de l'avant malgré cet incident malencontreux. De son côté, Orbital Sciences s'est engagé à rapidement identifier les causes de l'accident et à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité du personnel chargé des opérations de déblayage et de sécurisation des débris (qui peuvent se révéler très dangereux pour l'homme).

Made in ...USA ?

Orbital Sciences utilisait pour la première fois une nouvelle version, plus puissante, du moteur-fusée Castor 30XL équipant l'étage supérieur d'Antares. Il devait permettre à l'entreprise d'emporter de plus grosses charges utiles lors de futures missions. Aucune information ne permet pour le moment de savoir si ces modifications ont été la cause de l'incident. Ce moteur-fusée est fabriqué par l'entreprise Alliant Techsystems Inc. (ATK), anciennement Thiokol, basée en Virginie. Orbital Sciences et la branche aérospatiale-défense d'ATK ont annoncé en avril dernier une fusion valorisée à 5 milliards de dollars pour créer le groupe Orbital ATK.

De son côté, le moteur-fusée équipant le premier étage est fourni par Aerojet Rocketdyne. Il s'agit d'un AJ26, qui est en fait une version modifiée spécifiquement pour Antares du NK-33, un moteur russe datant des années 70 conçu à l'origine pour le programme lunaire habité soviétique.

La Nasa prévoit de se reposer de plus en plus sur le secteur privé pour les vols en orbite terrestre basse (LEO), tandis qu'elle se concentre sur des missions plus ambitieuses comme la capture d'un astéroïde et son repositionnement dans l'orbite lunaire ou la mise en place d'une mission habitée vers Mars. Elle a ainsi passé deux contrats avec Boeing et SpaceX pour qu'ils prennent en charge dès 2017 le transport de ses astronautes vers et depuis la station. Depuis l'arrêt du programme de la Navette spatiale en 2011, ce transport est pris en charge par l'Agence spatiale fédérale russe à l'aide de vaisseaux et lanceurs Soyouz..

Ci-dessous la vidéo du décollage et de l'explosion d'Antares :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

ThrustMe met en orbite le premier satellite utilisant de l'iode pour se propulser

ThrustMe met en orbite le premier satellite utilisant de l'iode pour se propulser

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

A Brême, une usine 4.0 et des procédés innovants pour l’étage supérieur d’Ariane 6

A Brême, une usine 4.0 et des procédés innovants pour l’étage supérieur d’Ariane 6

Plus d'articles