Nous suivre Industrie Techno

Les premiers pas de l'informatique verte

M. S.

Sujets relatifs :

, ,
Les premiers pas de l'informatique verte

La Xambox permet de retrouver instantanément ses papiers sans les avoir jamais rangés.

© D.R.

- Hanovre, 4-9 mars 2008. L'explosion d'Internet pose le problème crucial de la consommation d'énergie. Tous les fournisseurs commencent à chercher des moyens pour la faire baisser.

Inauguré par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, l'édition 2008 du Cebit a promu la collaboration entre les deux pays qui sont, avec 145 milliards d'euros pour l'Allemagne et 113 milliards pour la France, les marchés européens phares des technologies de l'information et de la communication (TIC).

La conférence franco-allemande sur les TIC a d'ailleurs fait le tour des partenariats avec plusieurs interventions remarquées. Leo Apotheker, le président des opérations globales chez SAP, a déploré le fait que l'industrie du logiciel applicatif ne soit pas considérée à sa juste valeur par les pays de l'Union européenne et a lancé un vibrant appel aux gouvernements. « Neuf des dix premiers éditeurs mondiaux sont américains (SAP étant le seul européen) et nous laissons hélas ! les États-Unis profiter seuls du développement exponentiel de ce domaine », a regretté ce vieux routier de l'informatique. « Un processus d'autant plus dangereux que de nouveaux compétiteurs arrivent. Nous risquons de rater des opportunités. Car nos entreprises n'ont pas, dans leur grande majorité, une taille suffisante pour s'attaquer aux marchés mondiaux », a-t-il poursuivi.

Comme pour lui donner raison, tous les officiels français et allemands présents dans la salle ont quitté la conférence dès ses premiers mots ! Ce qui a fait dire à Leo Apotheker qu'il « doit y avoir un salon... de l'agriculture dans les environs ».

L'industrie européenne manque de talents

Plus sérieusement, le responsable de SAP a fait le tour des évolutions technologiques qui verront le jour : le développement de réseaux de haute qualité, la prolifération du modèle SOA (architecture orientée service), les progrès des logiciels embarqués dans la construction mécanique et l'industrie automobile, le Web 2.0... Ou encore les applications nouvelles comme le médical qui sera un consommateur important de communications en temps réel. « 40 % du marché logiciel destiné aux applications médicales n'est soumis à aucun appel d'offres », relève le spécialiste de SAP qui a insisté également sur l'importance de la "chasse aux talents" pour que l'industrie européenne du logiciel puisse faire face à ces développements. « Fin 2007, il manquait pas moins de 300 000 spécialistes », a précisé Leo Apotheker en guise de conclusion.

Quelle meilleure illustration des propos du responsable de SAP, que le système ASME (Anatomic Symbolic Mapper Engine), un prototype dévoilé par IBM. Ce logiciel réalisé par les chercheurs d'IBM Danemark et du laboratoire de Big Blue à Zurich (Suisse) relie les données médicales d'un patient avec un modèle anatomique 3D du corps humain. « Les médecins disposent ainsi rapidement des informations précises concernant leur patient et peuvent localiser les traitements sur les différentes zones de la représentation 3D du corps », explique Karin Vey du laboratoire IBM de Zurich. Un pas de géant vers un système "e-santé".

Autre point fort du salon, l'écologie, illustré par le Green IT Village qui occupait le centre du hall 9 avec dans son coeur, le Climate Savers Computing Initiative. Une association qui regroupe des géants comme Dell, HP, Lenovo, etc. Mode, opportunisme, effet marketing... Toujours est-il que l'économie d'énergie était le mot d'ordre du salon, la consommation induite par les applications Internet mettant en péril purement et simplement l'alimentation en électricité du monde entier. Les quantités d'énergie consommées par les fermes d'ordinateurs nécessaires pour accéder à Google et autre Yahoo ! donnent le vertige. Selon IDC, pour chaque dollar investi aujourd'hui dans le matériel, il faut 50 cents pour l'énergie électrique nécessaire à le faire fonctionner. Dans deux ans, ce sera 1 dollar pour 70 cents et en 2012, la parité. Tous les fournisseurs de TIC se lancent donc dans la compétition pour consommer moins. IBM lance, entre autres, plusieurs projets de recherche dans le photovoltaïque et les réseaux intelligents d'alimentation en énergie. Le constructeur américain dévoilait au Cebit un centre de calcul sans émissions polluantes qui utilise l'énergie recyclée.

APC, la filiale de Schneider Electric spécialisée dans les onduleurs et les solutions de sécurité de centres de calcul figure, elle, (avec des noms comme AMD, Dell, HP, IBM, Intel, Microsoft, Sun, etc.), parmi les fondateurs du consortium The Green Grid. La société propose plusieurs solutions qui utilisent mieux l'énergie, comme l'onduleur MGE Galaxy 7000 (charge supportée : 250 à 500 kVA, taux d'efficacité : 94,5 %) ou l'architecture InfraStruXure.

Fujitsu Siemens annonce plusieurs innovations écologiques dont un serveur (RX300 S4) qui divise par deux la consommation d'énergie par rapport à un serveur traditionnel, grâce à des modules mémoire moins gourmands. À noter aussi son écran de 22 pouces qui ne consomme rien en veille.

Les différentes annonces environnementales

Même souci chez Beckhoff, le spécialiste des PC industriels et embarqués. Sa famille de PC embarqués CX1020 sous Windows CE ou XP permet aux utilisateurs de choisir entre deux unités centrales en fonction du niveau de puissance que nécessite leur application. Avec à la clé une économie significative.

Sortant des sentiers battus, Brach+Roll propose un système de refroidissement de serveurs qui utilise la fraîcheur puisée dans des trous de 80 m de profondeur. Une solution limitée pour le moment aux centres informatiques de petite taille (jusqu'à 15 kW de consommation).

Enfin, Microsoft se lance dans le vert avec plusieurs annonces : un accord de coopération avec Yello Strom, un fournisseur d'électricité basé à Cologne (Allemagne), afin d'aider les consommateurs à mieux comprendre les divers aspects de leur consommation d'électricité ; autre initiative, la participation à ecoDrive, une solution déployée par Fiat Group Automobiles pour l'amélioration de la conduite écologique.

Malgré ces efforts, selon Greenpeace, présent pour la première fois au salon, tout le monde a encore beaucoup de pain sur la planche... énergétique. Son rapport intitulé Searching for green electronics note la nature écologique de certains produits. Peu atteignent la moyenne de 5 sur 10. -

INVITÉ AU SALONLES ENTREPRISES FRANÇAISES À L'HONNEUR

- Invitée d'honneur du Cebit 2008, la France est venue à Hanovre avec son savoir-faire dans le domaine des technologies de l'information et de la communication. Accompagnées par Ubifrance, quelque 150 entreprises ont fait le voyage. Parmi les produits innovants, celui de Xamance, une entreprise spécialisée dans la gestion de l'information. Présente en 2007 avec le prototype de son système Xambox, elle est venue cette fois-ci avec un produit commercialisable breveté, qui met en oeuvre le concept de classement chaotique. « Il permet de retrouver instantanément ses papiers sans les avoir jamais rangés », explique Thomas Henry, le directeur et fondateur de cette PME née en 2004. Présence de neuf pôles de compétitivité Il suffit de poser les papiers sur le chargeur de la machine et la Xambox fait tout : elle aspire les documents par un scanner à défilement relié via un USB 2.0 à l'ordinateur compatible Windows et Linux, les identifie et répertorie les données qui sont sauvegardées en local ou en réseau. André Fabre, le président de Vending Automation, est lui aussi venu avec un produit innovant : le sideCash. Ce système autonome qui utilise les technologies Wi-Fi et Bluetooth met en oeuvre sur des dispositifs de type Pocket PC les fonctionnalités que l'on trouve habituellement dans une application d'encaissement. Après avoir vendu 80 systèmes de ce type en France, l'entreprise essaie maintenant de les proposer en Allemagne. Prix d'une mallette complète : 1 200 euros. Enfin, neuf pôles de compétitivité, dont Systematic (projets usine numérique, logiciel libre, etc.) étaient présents via 35 entreprises.

ENTENDU AU SALON

Le modèle SOA [architecture orientée services] gagne en importance mais il faut encore le rendre plus flexible et moins cher pour qu'il puisse être accessible aux PME. » Leo Apotheker, président des opérations globales de SAP

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0898

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

RECTIFICATIF

Focus

RECTIFICATIF

Des roulements à billes lissesContrairement à ce que nous avions indiqué dans notre guide d'achat de février 2009, les billes de roulement E2, de la[…]

01/04/2009 | AlertesInnovations
INFORMATIQUE

Focus

INFORMATIQUE

Les paramètres de coupe améliorés de 30 %

Les paramètres de coupe améliorés de 30 %

Innover pour réduire les coûts

Innover pour réduire les coûts

Plus d'articles