Nous suivre Industrie Techno

Les poka-yoke pour ne plus être pris en défaut

THIBAUT DE JAEGHER tdejaegher@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Poka-yoke signifie littéralement en japonais "éviter les erreurs". Ces systèmes visuels et intuitifs, appelés également "détrompeurs" en français, permettent de limiter au minimum les erreurs commises lors de la fabrication des produits.

Les différents types de détrompeurs

Les poka-yoke de positionnement

Il s'agit de créer des asymétries dans les pièces ou les supports de manière à ne pouvoir placer la pièce que de la bonne façon (sinon, ça ne rentre pas).

Les alarmes

Par contact ou par cellule photoélectrique, une alarme sonne ou un voyant s'allume si une condition n'est pas respectée.

Les interrupteurs

Le processus ne peut démarrer si un contact confirmant le positionnement de la pièce n'est pas bon.

Les compteurs

Les opérations répétitives peuvent être comptées, comme des tours de visseuse ou le nombre de fois qu'on prend une pièce dans un conteneur pour s'assurer que l'opération est réalisée jusqu'au bout.

Les listes de contrôle

À défaut de mieux, il est possible d'établir des listes de contrôle et de demander aux opérateurs de vérifier systématiquement les conditions de travail.

A QUOI ÇA SERT ?

Les poka-yoke sont des systèmes qui permettent d'empêcher le mauvais travail ou de signaler sur le champ qu'il y a un souci avec une opération.

Ces détrompeurs doivent permettre un contrôle peu coûteux de chaque pièce pour limiter les erreurs plus que les défauts eux-mêmes. Exemples courants de poka-yoke : une voiture automatique ne démarre pas tant qu'on n'a pas le pied sur le frein ; une alarme sonne si on ne porte pas la ceinture de sécurité ou si on a laissé les phares allumés après avoir coupé le contact.

Dans les usines, il est possible d'éliminer au maximum les sources d'erreur courantes : l'inattention, la mauvaise compréhension des consignes, la confusion (il est facile de se tromper quand des éléments se ressemblent), l'amateurisme, les erreurs délibérées et la surprise.

COMMENT LES METTRE EN OEUVRE ?

Mettre en oeuvre les poka-yoke nécessite avant tout de bien connaître la pièce et de bien comprendre les conditions de travail. L'erreur est le résultat d'une inattention humaine lors de la conjonction d'un problème technique et d'une situation particulière.

La plupart des opérations de travail ne nécessitent pas de poka-yoke, et il faut donc choisir celles qui seront équipées de cet outil.

Pour mettre en oeuvre un poka-yoke, il faut commencer par lister les défaillances possibles dans le produit, puis observer le processus pour en connaître les ambiguïtés. Une fois qu'on a identifié les étapes du processus qui nécessitent un poka-yoke, il faut ensuite en choisir le type - en préférant toujours le plus simple et en impliquant les futurs utilisateurs -, le mettre en oeuvre et le tester.

L'AVIS DE DEUX EXPERTS

MICHAEL BALLÉ ET GODEFROY BEAUVALLET SPÉCIALISTES DU LEAN

« Dans tout travail répétitif, les erreurs sont inévitables. En revanche, il est possible d'éliminer au maximum les sources d'erreurs courantes. Pour cela, il ne faut pas commencer par mettre en place des systèmes de contrôle mais par comprendre les principaux types d'erreurs rencontrées. »

LES POINTS À SURVEILLER

Ne cherchez pas à tout contrôler ! Le principal piège des poka-yoke est de demander aux ingénieurs de tout garantir lors de la conception. Le résultat est souvent un processus cher, très alourdi, et avec de nombreux modes de détections qui fonctionnent mal en pratique (les caméras, par exemple).

Veillez à son accessibilité. Pour être efficace, le poka-yoke doit avoir un sens pour l'opérateur : il doit pouvoir se rendre compte que la situation est anormale de manière visible et intuitive. Dans de nombreux cas, les systèmes de poka-yoke mal conçus peuvent être peu fiables ou tellement encombrants que les gens préfèrent les débrancher pour pouvoir travailler efficacement. Les meilleurs poka-yoke sont ceux qui ont été réalisés par les opérateurs eux-mêmes pour parer à des défaillances courantes.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0918

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Faites de l'or avec les données

Faites de l'or avec les données

La démarche d'open data, qui consiste à rendre accessibles des données variées, a été initiée par les administrations. Elle représente une opportunité[…]

01/11/2012 | EXPÉRIENCES
PFW Aerospace allège l'A 350 XWB

PFW Aerospace allège l'A 350 XWB

Virbac passe à la désinfection aérienne

Virbac passe à la désinfection aérienne

ISO 50 001 : pilotez vos performances énergétiques

ISO 50 001 : pilotez vos performances énergétiques

  • Nous suivre