Nous suivre Industrie Techno

abonné

Les plastiques recyclés montent en gamme

EMMANUELLE LESQUEL

Sujets relatifs :

, ,

Finis, les pots de fleurs, bonjour les bouteilles d'eau et les pièces d'automobiles. Jadis réservés aux utilisations les moins techniques, les plastiques recyclés s'utilisent désormais dans des secteurs plus « nobles ». Les progrès de la collecte et du tri permettent d'envisager des applications de plus en plus nombreuses.

Ils ne se cachent plus. Les plastiques recyclés font peu à peu leur apparition dans des produits visibles et très techniques comme des pare-chocs, des bouteilles d'eau ou des fenêtres. Polyéthylène (PE), polyéthylène haute densité (PEHD), polypropylène (PP), polychlorure de vinyle (PVC) ou polyéthylène téréphtalate (PET), les industriels investissent et unissent leurs forces pour transformer les déchets plastiques en nouvelle matière première, aussi fiable que la matière dite « vierge », mais beaucoup plus écologique. Le tout en fonctionnant si possible en boucle fermée. « Les plastiques recyclés sont désormais considérés chez nous comme des matières nobles », résume Gérard Liraut, expert leader en polymères et procédés de transformation chez Renault.

Ainsi, fin 2014, Suez Environnement inaugurait son Plast'lab, un laboratoire à un million d'euros employant cinq personnes. Objectif : sortir la fiche technique complète des nouvelles matières premières, afin de pouvoir produire « à la demande » des résines recyclées répondant au cahier des charges des industriels. « Nous voulons pouvoir partir des attentes du client pour produire le plastique recyclé dont il a besoin », détaille Olivier Vilcot, directeur de la division plastique des activités de recyclage et de valorisation des déchets de Suez Environnement en France (anciennement Sita).

Tri optique, flottaison et même rayons X : pour atteindre son objectif, Suez Environnement investit aussi simultanément dans du matériel de tri très pointu. « Par exemple, à Bayonne, nous avons investi 1,2 million d'euros pour améliorer le tri du PET, ce qui permet désormais de fabriquer des barquettes alimentaires avec le recyclé », se félicite Olivier Vilcot.

L'objectif de ces investissements est de doubler d'ici cinq ans la production de plastique recyclé, tout en montant en gamme. Suez Environnement, qui possède déjà neuf usines dans quatre pays, traite plus de 400 000 tonnes de déchets plastiques, dont 135 000 tonnes sont recyclées en nouvelles matières premières.

Un secteur dynamique aux alliances multiples

De son côté, Paprec partage cette volonté de monter en gamme. « Le secteur du plastique est celui sur lequel le groupe investit le plus, à savoir entre cinq et dix millions d'euros par an. Nous avons des laboratoires de recherche dans toutes nos usines. Sur les 300 000 tonnes collectées, déjà 280 000 sont réutilisées comme nouvelle matière première », confirme Sébastien Petithuguenin, PDG de la division plastique du groupe Paprec.

« Nous venons d'acquérir, pour plus de 250 000 euros, du matériel destiné à notre laboratoire de l'usine de Verdun, qui produit du PP. Nous étions des récupérateurs, nous sommes devenus des recycleurs et des compoundeurs », confirme Denis Baudet, spécialiste du recyclage des PP chez Paprec. Pour lui, une des grandes avancées de ces dernières années concerne la coopération accrue entre tous les acteurs du secteur. Sita et Paprec ont ainsi uni leurs savoir-faire pour monter l'usine FPR de Limay (Yvelines), qui produit à partir des bouteilles usagées un PET recyclé (rPET) apte au contact alimentaire. Grâce à un procédé très pointu incluant notamment une phase de recyclage chimique, le rPET a les mêmes qualités[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0977

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

Dossiers

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

La perception 3D dynamique, la maîtrise de situations variées et l’explicabilité des algorithmes restent des obstacles[…]

27/10/2020 | 3DGoogle
Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Dossiers

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Dossiers

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Véhicule autonome : De l'échec au nouveau départ

Dossiers

Véhicule autonome : De l'échec au nouveau départ

Plus d'articles