Nous suivre Industrie Techno

Les outils progressent... trop lentement

JEAN-FRANÇOIS PREVÉRAUD

Sujets relatifs :

, ,
Les logiciels d'écoconception actuels font en réalité de l'écovalidation de projets bien avancés. Jusque-là déconnectés des traditionnels outils de conception du bureau d'études, ils sont en cours d'intégration. Dans cette deuxième génération, l'écoconception se fera alors dès les phases amont du projet, par sensibilisation des concepteurs, ce qui facilitera l'écovalidation finale.

Ecovalidation, écoconception, écodesign, éco-innovation, sont les nouveaux leitmotivs de l'industrie, bien aidée par un marketing toujours sensible à l'air du temps. À croire que toutes les composantes du développement de produits sont passées au vert d'un même pas, dans un grand mouvement de respect de la planète.

Au-delà de ces considérations de façade, très opportunistes, force est de constater que le tableau est moins vert qu'il n'y paraît. À part quelques grands outils et méthodologies standard, telle l'analyse du cycle de vie, il existe une myriade d'outils ponctuels et de cabinets ''spécialisés'' prônant chacun une méthode propriétaire. Mais chacun ne traite qu'une partie du problème. Difficile de s'y retrouver, d'autant plus que ces outils d'écoconception sont la plupart du temps totalement déconnectés des traditionnels outils de conception utilisés dans les bureaux d'études.

De l'écovalidation à l'écoconception

« Ce qui n'est peut-être pas un mal », estime Jean-Baptiste Puyou, ingénieur conseil en écoconception depuis 1996 et fondateur en 2005 du cabinet Evea Conseil. « Les outils dont nous disposons actuellement font plus de l'écovalidation d'un projet bien avancé, que de l'aide à l'écoconception au fil du projet. Ils sont donc plus du ressort du chef de projet que du concepteur. D'autant plus que l'écoconception étant un concept global, il faut que ces outils sachent dialoguer avec les ERP pour la gestion des coûts, mais qu'ils soient aussi accessibles par des services tels le marketing ou la logistique qui ont leurs mots à dire en la matière ».

Toutefois, la démarche entamée par les éditeurs de CAO tels SolidWorks ou PTC est intéressante. Elle sensibilise les "concepteurs de base" à l'écoconception et les quelques indicateurs qui sont à leur disposition dans le tableau de bord de leur outil habituel de travail, leur montrent l'impact de leurs choix de conception sur l'empreinte environnementale de leur pièce ou sous-ensemble. L'écovalidation globale du projet n'en sera que plus facile. Ainsi le module Sustainability de SolidWorks, qui intègre en partie le logiciel GaBi4 de l'éditeur allemand PE International, indique au concepteur comment faire pour que son projet présente le plus faible impact sur l'environnement en ayant la plus faible empreinte carbone possible, consomme le minimum d'énergie et ait le plus faible impact sur l'acidification de l'air et l'eutrophisation de l'eau durant tout le cycle de vie du produit conçu.

Pour chaque critère, le tableau de bord affiche la valeur actuelle, une comparaison par rapport à la conception initiale et la contribution de chaque pièce. L'impact des choix est ainsi très visuel. « Les concepteurs n'ont plus à chercher des informations dans de multiples bases de données, à créer leurs propres tableurs, etc. Tout est intégré dans le logiciel de conception et va même jusqu'à leur proposer des alternatives de choix de matière pièce par pièce », s'enthousiasme Bertrand Leblanc, responsable technique de la filiale française de l'éditeur.

Du côté de PTC, Bernard Mahé, responsable des solutions de conformité environnementale au niveau européen, explique : « Tous les grands groupes industriels ont aujourd'hui annoncé une stratégie de développement de produits "plus verts" pour répondre aux demandes de leurs clients et faire face à la montée des réglementations en la matière. Pour répondre à cette demande nous proposons depuis un an la solution InSight Environmental Compliance ». Issue du logiciel InSight, repris avec Synapsis Technology, et de l'intégration de la technologie développée par Planet Metrics, elle assure la gestion de la conformité aux normes environnementales et l'analyse de l'impact environnemental des produits et de leur process de fabrication.

Là aussi, les résultats sont affichés sous forme de "carte thermique", facilitant l'identification des "points chauds" à fort impact, au niveau des matériaux, du conditionnement, de la chaîne d'approvisionnement, du transport et de l'élimination des déchets. Une information ainsi facilement accessible pour tous les services de l'entreprise.

Des solutions similaires sont en cours de développement chez Dassault Systèmes où Jean-Pierre Theret, responsable de la définition des solutions d'écoconception avoue : « le débat pour savoir où doit être l'écoconception, proche de la CAO ou du PLM, n'est pas encore tranché. Nous envisageons différentes possibilités avec nos grands clients ». De même, des solutions sont aussi en cours de développement chez Autodesk et Siemens PLM Software, où l'on reste discret tant que les validations ne sont pas finies.

Signalons un certain nombre d'initiatives côté méthodologies. Ainsi l'Ensam de Chambéry, très moteur sur le sujet, a participé avec le Cetim au développement de Maïeco, une méthodologie d'écoconception pragmatique à destination des PME. « L'écoconception concerne toutes les entreprises, même les PME. Malheureusement la plupart des méthodologies actuelles sont difficilement utilisables par leurs bureaux d'études, car elles imposent le recours à des hyperspécialistes en environnement et en sécurité. Nous nous devions de leur proposer autre chose », justifie Lionel Meleton, responsable de l'activité sécurité en conception et écoconception au Cetim. Cette méthode vient de faire l'objet de la publication par l'Afnor d'une norme expérimentale (XP E 01-005 Produits mécaniques). Certaines écoles d'ingénieurs et de design ont aussi mis l'écoconception à leur cursus, souvent avec des Masters 2.

Pour démocratiser la démarche écoconception, le pôle de compétitivité ASTech Paris-Region vient de lancer Perform'Aero, un plan d'actions en faveur des PME-PMI de la filière aéronautique et spatiale francilienne, destiné à les accompagner vers une démarche de développement durable. Notons aussi des démarches écoconception dans des organismes comme Orée, Micado ou la Fiev. Pour terminer, signalons l'ouverture début juin de l'observatoire de l'ecodesign. « Nous voulons être une plate-forme collaborative dans le domaine de l'écoconception, au carrefour de la recherche, de la création et de l'entreprise pour favoriser l'éco-innovation au sein des PME et des grands groupes », explique sa fondatrice Brigitte Kahane.

LES PREMIERS PAS DE L'ÉCO-CAO

SolidWorks est l'un des tout premiers éditeurs de CAO à intégrer directement l'écoconception dans son interface utilisateur. CE MODULE SUSTAINABILITY se traduit par l'insertion de 4 diagrammes comparant l'existant ou l'état de l'art du secteur avec le projet en cours. CEUX-CI INFORMENT en permanence le concepteur sur quatre des principaux paramètres à prendre en compte si l'on veut faire de l'écoconception : le bilan CO2 de la pièce ; son impact sur l'eau ; sur l'air ; sa consommation d'énergie. CES INDICATEURS tiennent compte de la nature des matériaux, des aspects production, de la zone géographique d'usage du produit et de son recyclage.

LES LOGICIELS

Le marché des logiciels liés à l'écoconception est très diffus. Le site de la commission européenne en recense plus d'une soixantaine. Voici les plus représentés sur le marché français. LOGICIELS ANALYSE CYCLE DE VIE (ACV) - SimaPro - Team - Wisard - TNO Chain Management - GaBi 4 - KCL-Eco 4.0 LOGICIELS D'ÉCOCONCEPTION - EIME - EcoDesign Pilot - Edit - Eco-it - IdeMat - Umberto LOGICIELS D'ÉCO-CAO - SolidWorks Sustainability LOGICIELS D'ÉCO-PLM - PTC : InSight Environmental Compliance - Dassault Systèmes :Enovia Materials Compliance Central

Les entreprises sont sur la voie verte

JEAN-BAPTISTE PUYOU INGÉNIEUR CONSEIL EN ÉCOCONCEPTION ET FONDATEUR DU CABINET EVEA CONSEIL

« Au-delà de la tentation du ''greenwashing'', les entreprises ont de réelles attentes vis-à-vis de l'écoconception, afin de prendre une longueur d'avance sur leurs concurrents. Toutefois, ne rêvons pas, il n'y a pas de produit ''écologique en soi'', on ne peut qu'en réduire l'impact. Les progressions obtenues se mesurent donc par comparaison à l'état de l'art ou à des versions antérieures des produits de l'entreprise, à services aux usagers comparables. D'ailleurs, lorsque l'on a une impression de ''greenwashing'', c'est bien souvent juste un problème de mauvaise communication de la part des entreprises. Quand on creuse un peu, on trouve toujours des fondamentaux intéressants mal mis en valeur. De toute manière, un produit bien conçu est par nature écoconçu ».

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0924

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Vers des reconstitutions 3D plus rapides

Vers des reconstitutions 3D plus rapides

Cinq laboratoires et deux sociétés unissent leur savoir-faire pour mettre au point des modélisations 3D rapides et robustes à partir de séquences[…]

01/02/2008 | R & D CAO
Plus d'articles