Nous suivre Industrie Techno

Les OGM jouent les pharmaciens

Ludovic Fery

Sujets relatifs :

, ,
Les OGM jouent les pharmaciens

Les déinocoques produisent des antibiotiques.

© Deinove

Utiliser un composé sécrété par une bactérie pour en détruire d’autres. C’est une des pistes explorée actuellement par le français Deinove.

La start-up spécialiste des déinocoques, des micro-organismes particulièrement résistants, les crible à la recherche de nouveaux antibiotiques. Deinove dispose d’une banque de 3 500 espèces de la même famille.

« Nous recherchons en priorité des molécules actives contre les bactéries à Gram négatif, où le besoin est plus important », explique son directeur général, Jacques Biton.

Une fois la molécule isolée, l’entreprise passera à la production, sans doute à partir d’un déinocoque modifié par génie génétique. « Puisqu’on utilise des outils issus du déinocoque, et que le transfert de caractères se fait entre bactéries affiliées, il ne s’agit pas d’un OGM, au sens réglementaire du terme », souligne le dirigeant.

Ludovic Fery

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

Alors que les autorisations de mise sur le marché des vaccins contre le covid-19 doivent être accordées prochainement, les moyens[…]

15/12/2020 | SantéLogistique
Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

Plus d'articles