Nous suivre Industrie Techno

Les Mines de Nantes chauffent le sable pour le nettoyer

Industrie et Technologies
Jusqu'à présent, les sols pollués par les hydrocarbures ont surtout été traités par voie physico-chimique. L’Ecole des Mines de Nantes a mis au point un mode de remédiation des sables et terres pollués par vo

Le projet Thermer a été proposé par Arnaud Delebarre, responsable du Master of Science in Project Management for Environmental and Energy Engineering à l’Ecole des Mines de Nantes (www.emn.fr)

Le principe : craquer et brûler les molécules, celles des fiouls lourds par exemple, en les portant à une température de 850 °C à 900 °C.

Le moyen : utiliser la fluidisation qui consiste à porter les particules de sable par l'air de combustion mélangé avec du combustible d'appoint (du gaz naturel par exemple), comme du pop-corn dans une colonne aérée par sa base.

Avantage : le mal fournit son propre remède puisque les hydrocarbures alimentent la combustion.

Le procédé est donc applicable à des sols massivement pollués et réclame un appoint en gaz naturel lorsque la pollution est peu importante. En l'occurrence, le recours au gaz naturel est indispensable s'agissant des terres qui ne contiennent que peu de pétrole.

Le procédé proposé peut d'autre part prendre la forme d'une co-combustion de sable pollué et d'ordures ménagères. C'est enfin une technique par nature très propre, qui ne produit aucun effluent liquide pollué et dont la qualité des effluents gazeux est contrôlée.

Quatre entreprises ont été associées à ce projet : Gaz de France, TMC (Techniques Modernes de Combustion) du groupe CNIM , Brezillon S.A.(Entreprise retenue pour la dépollution de l’Erika) et le Cerchar de la Société Nationale d'Electricité Thermique, deuxième producteur national d'électricité après EDF.

Après avoir dessiné et construit le réacteur, l’Ecole des Mines de Nantes va maintenant mener les essais pour vérifier la capacité du sable à être fluidisé, avant de passer aux essais de combustion en lit fluidisé.

Ce projet a reçu le label Ritmer.

Le réseau Ritmer installé par le ministère chargé de la recherche le 19 avril 2001, est consacré aux pollutions marines accidentelles et à leurs conséquences écologiques et a pour but de renforcer la prévention des risques de pollutions marines et d'accroître les moyens de lutte et de 'remédiation'.

Ritmer labellise en particulier des projets de recherche visant à développer des produits ou des services innovants et intéressants sur le plan scientifique.

Franck Barnu

Pour en savoir plus
- Contact à l'Ecole des Mines : arnaud.delebarre@emn.fr
- Site du réseau Ritmer : http://www.ritmer.org/fr/index.html

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le casque de réalité mixte XR-3 de Varjo fait dans le détail : la preuve par l'essai

Le casque de réalité mixte XR-3 de Varjo fait dans le détail : la preuve par l'essai

Le nouveau casque de réalité mixte conçu par le finlandais Varjo brille par la précision et la netteté de ses[…]

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Dossiers

Éco-conception : Comment le numérique peut-il devenir durable ?

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Éco-conception : Trois pistes pour verdir les emballages

Plus d'articles