Nous suivre Industrie Techno

abonné

Les liens laser gagnent les constellations de satellites

Xavier Boivinet

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les liens laser gagnent les constellations de satellites

Le 24 janvier, SpaceX a envoyé dix satellites Starlink avec des liens laser, ici dans la coiffe du lanceur avant sa fermeture. En 2022, tous ses satellites en seront équipés, a annoncé son PDG Elon Musk.

© SpaceX

Cette technologie qui permet de faire communiquer entre eux les satellites d’une constellation a bien des atouts : réduction du nombre de stations au sol, hausse des débits, sécurité renforcée…

Après avoir boosté les débits internet sur Terre, la fibre optique prend de la hauteur. Le 24 janvier, SpaceX a mis en orbite dix satellites de sa constellation Starlink munis de liens lasers. « L’année prochaine, tous nos satellites en seront équipés », a annoncé son patron Elon Musk sur Twitter. Le 9 février, Thales Alenia Space a été sélectionné par le canadien Telesat pour construire la constellation Lightspeed de 298 satellites qui devraient rejoindre l’orbite basse à partir de 2023. Tous seront dotés de quatre terminaux laser pour communiquer entre eux.

« Il y a un changement de paradigme et un élan autour de ce sujet », constate Pacôme Révillon, le directeur d’Euroconsult, cabinet spécialisé dans le spatial. « Nous sommes dans une période charnière où la technologie a été prouvée et va commencer à être utilisée massivement », affirme Laurent Groues, le directeur de SpaceDataHighway chez Airbus Defence and Space. Avec ce programme, le groupe est un pionnier, utilisant des liens laser sur les deux satellites géostationnaires de l’European data relay system (EDRS), lancés en 2016 et 2019, pour récupérer les données de satellites européens Sentinel avant de les relayer vers la Terre en radiofréquences (RF). « Les constellations sont un accélérateur qui permet d’envisager un effet de volume », poursuit Pacôme Révillon. Pour répondre à ce marché, Tesat, la filiale allemande d’Airbus, se positionne sur les terminaux spatiaux. Mais le groupe explore d’autres usages. « Nous voulons développer des infrastructures et des terminaux laser multi-orbites pouvant servir différents domaines : spatial, aérien, sol et maritime », souligne Laurent Groues.


Terminal laser développé par Tesat, filiale d'Airbus. Il permet aux satellites de communiquer entre eux sans passer par des stations au sol. (Tesat)

Selon Jean-Pierre Diris, le sous-directeur des projets de télécommunications et navigation au Centre national d’études spatiales (Cnes), deux éléments expliquent cet emballement : le besoin croissant en débit et la baisse du coût des technologies optiques. Le débit est l’atout majeur du lien laser. Même s’ils sont peu répandus, les liens RF entre satellites existent. C’est le cas de la constellation Iridium Next, mise en service en 2019.

10 Gbit/s de débit en 2023

« Mais pour les débits considérables visés par une constellation comme Lightspeed, l’optique s’impose », assure Jean-Pierre Diris. Les fréquences utilisées étant plus hautes que les RF, les bandes passantes qu’il est possible d’exploiter sont plus grandes. « Pour le débit, cette largeur de bande est le nerf de la guerre, souligne Frédéric Lacoste, chef de projet dans les communications optiques au Cnes. Les bandes optiques offrent des spectres environ mille fois plus larges que les[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1042

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2021 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les lasers du projet UltraAir d'Airbus vont connecter les avions

Exclusif

Les lasers du projet UltraAir d'Airbus vont connecter les avions

À peine installées sur des satellites, les communications laser veulent passer aux avions. En partenariat avec l’Organisation[…]

13/06/2021 | SpatialSatellite
Arianegroup décroche un contrat de l’ESA pour accélérer le développement du moteur Prometheus

Arianegroup décroche un contrat de l’ESA pour accélérer le développement du moteur Prometheus

Spatial : coup d’accélérateur pour ISAR Aerospace et son petit lanceur européen

Spatial : coup d’accélérateur pour ISAR Aerospace et son petit lanceur européen

Avec la mise en orbite de Pléiades Neo 3, Airbus arrive sur le marché de l’imagerie spatiale haute résolution

Avec la mise en orbite de Pléiades Neo 3, Airbus arrive sur le marché de l’imagerie spatiale haute résolution

Plus d'articles