Nous suivre Industrie Techno

Dossiers

« Les leviers technologiques traditionnels ne suffisent plus à compenser la croissance du trafic aérien », prévient Philippe Beaumier (Onera)

Propos recueillis par Aline Nippert
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« Les leviers technologiques traditionnels ne suffisent plus à compenser la croissance du trafic aérien », prévient Philippe Beaumier (Onera)

Philippe Beaumier, le directeur de l'aéronautique civile à l'Onera.

© D.R.

Les projets autour du développement d’un « avion vert » se multiplient. Objectif : produire un appareil ultra-sobre dès 2035. L’ampleur de la mobilisation de l’industrie et de la recherche suffira-t-elle à tenir les engagements de la filière ? Le point avec Philippe Beaumier, le directeur de l'aéronautique civile à l'Onera.

La décarbonation de l’aérien est désormais un axe fort pour de nombreux domaines. Comment se mobilise l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (Onera) sur ce sujet ?

Environ 40 % des recherches de l’Onera sont dédiées à l’aéronautique civile (à côté du spatial et de la défense). Parmi elles, environ 40 % visent à réduire l’impact environnemental du transport aérien, mobilisant à peu près 300 chercheurs pour un budget supérieur à 35 millions d’euros par an. Et la tendance est à la hausse : la part des recherches dédiée à cette question dépasse déjà 50 % de l’ensemble des activités aéronautiques pour l’année 2021 !

Comment expliquer cette accélération ?

Nous avons pris conscience que les leviers technologiques traditionnellement actionnés pour réduire la consommation de carburant (et donc des émissions de CO2) – diminution de la masse et de la traînée aérodynamique, amélioration de l’efficacité des moteurs… – ne suffisent plus à compenser la croissance du trafic aérien. Or nous ne devons pas seulement stabiliser les émissions, nous devons les réduire fortement ! Seules des ruptures technologiques nous permettront d’atteindre l’objectif formulé par le Groupe d’action du transport aérien (Atag) de réduction de 50 % des émissions de CO2 à l’horizon 2050 par rapport à 2005.

L’idée de l’avion à hydrogène n’est pas nouvelle. Pourquoi a-t-elle été si peu étudiée avant 2021 ?

Si l’on souhaite décarboner l’aviation, outre une utilisation plus poussée des carburants de synthèse durables[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1043-1044

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2021 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Nous pouvons déjà réduire de 10 % les émissions de CO2 de chaque vol moyen-courrier », assure Sébastien Fabre DG de SITA for Aircraft

« Nous pouvons déjà réduire de 10 % les émissions de CO2 de chaque vol moyen-courrier », assure Sébastien Fabre DG de SITA for Aircraft

En rachetant la start-up Safety Line en juillet dernier, SITA, spécialiste des technologies de l'information pour le transport[…]

Le projet de recherche AIRchitecture sur les avions légers électriques tire un premier bilan et se prolonge

Le projet de recherche AIRchitecture sur les avions légers électriques tire un premier bilan et se prolonge

Un Institut de l'aviation durable est annoncé à Toulouse pour accélérer la décarbonation de l'aéro

Un Institut de l'aviation durable est annoncé à Toulouse pour accélérer la décarbonation de l'aéro

Trois projets d’avions légers verts présentés lors de la semaine de la mobilité aérienne légère verte et durable à Toulouse

Trois projets d’avions légers verts présentés lors de la semaine de la mobilité aérienne légère verte et durable à Toulouse

Plus d'articles