Nous suivre Industrie Techno

abonné

Les lasers à l'assaut de la filière

ANNE ROYER
Technologie industriellement éprouvée, le laser offre de multiples possibilités pour l'agroalimentaire, notamment pour la mesure, le contrôle et la traçabilité. Le coût parfois important de certaines techniques prometteuses, comme la profilométrie 3D, et le manque de synergie des acteurs de la filière peuvent cependant freiner l'innovation.

De la découpe à la soudure, en passant par le codage, la gravure ou le traitement de surface : les applications du laser ne cessent de se multiplier, dans tous les secteurs de l'industrie. Au point qu'il est devenu en quelques décennies un outil incontournable dans l'automobile, l'aéronautique ou le médical. Dans l'agroalimentaire en revanche, le laser reste principalement cantonné à quelques applications de mesure simples, de contrôle et de traçabilité. Mature et industriellement éprouvée, la technologie offre pourtant des perspectives d'avenir intéressantes pour le secteur. À condition de parvenir à créer une synergie entre les professionnels.

« L'agroalimentaire et la photonique se connaissent mal », résume Thierry Georges, PDG d'Oxxius, lasériste installé en Bretagne et membre du cluster régional. Afin de développer la collaboration entre les deux filières, Photonics Bretagne a organisé en janvier dernier une « journée technologique » consacrée aux applications existantes ou émergentes dans le secteur agroalimentaire. Et les possibilités sont multiples, notamment dans les domaines du contrôle des procédés et de la sécurité sanitaire des produits, identifiés par le cluster comme « des axes forts pour lesquels la photonique peut apporter des solutions pertinentes ». Le balayage laser, intégré sur certaines machines de tri optique, permet ainsi de détecter les corps étrangers, tels que les cailloux ou les insectes, avec plus de rapidité et de précision.

Matthieu Pommies, ingénieur R&D au centre technologique optique et lasers Alphanov, décrit quant à lui « une filière très éclatée, avec énormément de petits acteurs ». Il souligne également le coût parfois élevé de ces technologies, véritable frein à l'innovation. « Il s'agit de marchés à faible valeur ajoutée, analyse-t-il. Charge à nous de convaincre de l'intérêt de ces technologies et de travailler sur la réduction des coûts. »

Des lignes de production à haute cadence

« Nous avons plutôt intérêt à ce que les lasers restent les plus génériques possibles, pour maintenir des coûts assez bas », ajoute Thierry Georges, de chez Oxxius. Notamment dans le[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0969

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

La robotique agricole en forum international à Toulouse

La robotique agricole en forum international à Toulouse

La 3ème édition du FIRA (Forum international de la robotique agricole) vient de réunir à Toulouse, les 11 et 12[…]

Le MIT détecte les aliments contaminés grâce aux étiquettes RFID

Le MIT détecte les aliments contaminés grâce aux étiquettes RFID

L’IA au service des offres promotionnelles de l'agroalimentaire

L’IA au service des offres promotionnelles de l'agroalimentaire

Un procédé pour industrialiser la production de particules submicroniques

Fil d'Intelligence Technologique

Un procédé pour industrialiser la production de particules submicroniques

Plus d'articles