Nous suivre Industrie Techno

Lu sur le web

Les industriels renoncent à la loi de Moore

Juliette Raynal
Les industriels renoncent à la loi de Moore

Gordon Moore, l'un des cofondateurs d'Intel, a annoncé la première version de la loi de Moore en avril 1965.

© Intel Free Press

Le mois prochain, l’industrie des semi-conducteurs va acter la fin de la loi de Moore et se projeter dans une nouvelle approche d’ores et déjà baptisée More than Moore. Davantage adaptée aux objets connectés, cette stratégie propose de se focaliser sur les besoins des futures applications logicielles, puis d’apporter les améliorations techniques nécessaires.

Après la loi de Moore, place au « More than Moore » ! Le mois prochain, les industriels vont officiellement mettre un terme à la loi de Moore pour adopter une toute autre approche, rapporte un récent article de la revue scientifique Nature. 

Pour rappel, la loi de Moore n’est pas une loi physique classique mais une prédiction faite par Gordon Moore, l’un des cofondateurs d’Intel. Le 19 avril 1965, dans une interview accordée à la revue Electronics Magazine, ce dernier  fait part d’une prédiction selon laquelle la complexité des puces allait doubler tous les ans. En 1975, il la réévalue en précisant que le nombre de transistors sur une puce doublerait tous les deux ans. Depuis, cette hypothèse s’est vérifiée et popularisée au point d’être rebaptisée, par abus de langage, loi de Moore.

L’article de Nature souligne que ce phénomène n’a rien de naturel. En effet, dès le début des années 90, les acteurs de l’industrie des semi-conducteurs se sont mis d’accord pour faire en sorte de respecter cette prédiction via la publication de feuilles de route. Cette stratégie de coordination a parfois été baptisée More Moore.

« L’innovation va continuer mais elle sera plus nuancée et complexe »

Toutefois, depuis quelques années, la densification et la miniaturisation régulières des transistors sur des substrats en silicium touchent leur limite. Aujourd’hui, les processeurs les plus avancés sont gravés avec une finesse d’environ14 nanomètres, une dimension plus petite que celle de la plupart des virus. A l’horizon 2020, les efforts les plus importants ne permettront pas de dépasser la limite des 2-3 nanomètres. En effet, à cette échelle, le comportement de l’électron devient aléatoire car il est gouverné, non plus par les règles de la physique traditionnelle, mais par celles de la physique quantique… De quoi impacter directement la fiabilité des transistors. Par ailleurs, la loi de Moore n’est plus forcément adaptée aux objets connectés, dont les microprocesseurs doivent être moins gourmands en énergie et embarquer toujours plus de fonctionnalités.  

Ainsi, la feuille de route qui sera publiée au mois de mars prochain, sera la première à ne pas être centrée sur la loi de Moore. Elle s’inscrit dans une nouvelle stratégie baptisée More Than Moore. Concrètement, au lieu de se concentrer d’abord sur l’amélioration des puces et  laisser les applications suivre, l’idée consiste désormais à partir des applications logicielles, puis d’apporter les améliorations techniques nécessaires pour répondre aux besoins identifiés.  

Si les industriels renoncent à la course à la miniaturisation, cet arrêt ne signifie pas pour autant qu’il n’y aura plus de progrès. Les efforts seront simplement orientés vers d’autres enjeux, comme la mise au point de nouveaux matériaux et de nouvelles architectures. Cité par Nature, le scientifique Daniel Reed prend l’exemple des avions : « Un Boeing 787 ne va pas plus vite qu’un 707 fabriqué dans les années 50, mais ce sont des avions très différents avec une série d’innovations, comme la commande entièrement électronique et un fuselage en fibres de carbone ». D’après lui, nous allons observer le même phénomène avec les ordinateurs : « L’innovation va continuer mais elle sera plus nuancée et complexe ».

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Schneider Electric optimise la maintenance grâce à la réalité augmentée

Schneider Electric optimise la maintenance grâce à la réalité augmentée

Pour faciliter les opérations de maintenance des équipements industriels, Schneider Electric mise sur son logiciel EcoStruxure et la[…]

Alibaba dévoile Xuantie 910, une puce ultra performante basée sur une architecture open source

Alibaba dévoile Xuantie 910, une puce ultra performante basée sur une architecture open source

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

Plus d'articles