Nous suivre Industrie Techno

Les industriels en raffolent

MURIEL DE VÉRICOURT mvericourt@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

, ,
L'offre d'apprentissage s'étoffe et investit les diplômes du supérieur. Les écoles d'ingénieurs sont notamment de plus en plus nombreuses à proposer des cursus reposant sur une alternance entre vie professionnelle et formation au sein de l'établissement. Une formule qui séduit industriels et étudiants.

Les formations d'ingénieurs par apprentissage se développent tous azimuts. À côté des pionniers comme les 23 Instituts des techniques d'ingénieur de l'industrie (ITII) de l'UIMM, qui ont proposé des filières de ce type dès les années 1990, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) ou encore l'Institut catholique d'arts et métiers (Icam), les grandes écoles sont de plus en plus nombreuses à se positionner sur ce créneau. Exemple symbolique : l'École centrale de Paris vient de recevoir une accréditation pour son cursus en apprentissage. Et 86 des 205 écoles d'ingénieurs proposent désormais l'obtention de 137 diplômes par cette voie. En 2009, ce sont près de 3 000 ingénieurs, soit le dixième des troupes de nouveaux diplômés, qui sont passés par la double école de l'entreprise et d'un établissement scientifique, généralement après un DUT ou un BTS.

Un essor porté notamment par la forte demande des industriels. Ces derniers voient dans ces filières un vivier de recrutement alors que l'attrait pour les études scientifiques bat de l'aile et que les ingénieurs traditionnels tendent à bouder les PME et à délaisser certains secteurs, comme la production. Pari gagné : les anciens apprentis de l'Icam se retrouvent, par exemple, à 54 % dans la production et ses fonctions connexes, contre seulement 45,8 % de leurs condisciples issus de la filière classique. L'institut a pourtant fait le choix de ne pas différencier le diplôme qu'il délivre.

La spécialisation est un atout pour une insertion rapide

À l'inverse, certaines écoles choisissent de spécialiser davantage leurs apprentis, pour répondre à un besoin industriel. « Dans ce cas de figure, la Commission des titres d'ingénieur (CTI) est là pour dire : attention ! Cet ingénieur exercera pendant quarante ans, il ne faut donc pas que son diplôme soit trop spécialisé », avertit Bernard Remaud, le président de la CTI. Reste que cibler une demande des entreprises est le gage d'une insertion rapide. « La majorité des entreprises chez qui nos jeunes sont en apprentissage souhaitent les garder à l'issue de leur formation », témoigne ainsi Rémy Rogacki, directeur adjoint des études et responsable des formations sous statut salarié à l'École des mines d'Alès. L'établissement a créé en 2008 deux diplômes spécialisés accessibles par l'apprentissage : « Informatique et réseaux » et « Conception et management de la construction ». « Notre objectif était aussi de jouer pleinement notre rôle d'ascenseur social, alors que le recrutement considéré comme élitiste des écoles d'ingénieurs est souvent pointé du doigt », indique Rémy Rogacki. De fait, d'après une enquête menée en 2005, les ingénieurs ITII sont deux fois plus nombreux à avoir un père ouvrier ou employé que l'ensemble des ingénieurs.

A près la formation, comment se déroule la carrière de ces diplômés ? Qu'ils restent ou non dans l'entreprise d'apprentissage - c'est le cas d'un apprenti sur deux - ils trouvent du travail un peu plus vite que les autres. Encore parcellaires, les données à long terme ne permettent pas de déceler de spécificité notable de salaire ou de trajectoire. « On leur confie peut-être plus vite des responsabilités, notamment en termes de management d'équipes », relève Maurice Pinkus, chargé de la formation au sein de l'UIMM. N'en déplaise à certaines associations d'anciens qui ont du mal à accepter que leur diplôme soit délivré par apprentissage, cette formule qui fait ses preuves devrait poursuivre son essor.

Apprentis-ingénieurs, mode d'emploi

'apprentissage est un contrat à durée déterminée, avec une période d'essai de deux mois. Cette formule est réservée, sauf dérogation, aux jeunes âgés de moins de 26 ans. La rémunération dépend à la fois de l'âge de l'apprenti et de son avancement dans la formation. Pour un jeune de 18 à 20 ans, elle correspond par exemple à 41 % du Smic (ou du minimum conventionnel s'il est plus favorable) en 1re année et à 65 % en troisième année. Un jeune âgé de 21 ans et plus reçoit 78 % du Smic en fin de cursus.

PIERRE MEYNAUD INGÉNIEUR D'ÉTUDE CHEZ WATTECO

« Un bon moyen de percer sur le marché du travail » À l'issue de mon BTS d'électrotechnique, mes professeurs m'ont suggéré d'intégrer une école d'ingénieurs. J'ai passé et réussi deux concours, dont celui de l'Esim pour la formation avec l'Institut des techniques d'ingénieur de l'industrie (aujourd'hui en partenariat ITII/ Mines de Saint-Etienne). J'ai préféré opter pour ce cursus par apprentissage, sur les conseils de mon père qui considérait qu'il s'agissait d'un bon moyen de mettre un pied dans le marché du travail. Je ne l'ai pas regretté : je travaille toujours dans la société dans laquelle j'ai été formé. Mon conseil aux candidats ? Ne boudez pas les petites entreprises, où l'on vous confiera des tâches plus variées, souvent plus intéressantes et qui ont davantage tendance à garder leurs anciens apprentis. Et faites tout pour montrer votre motivation.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0915

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

Plus d'articles