Nous suivre Industrie Techno

La fabrique de l'innovation

Les GAFAnomics, les nouveaux codes de l'innovation selon Google, Apple, Facebook, Amazon

Mis à jour le 30/11/2014 à 20h48

1 commentaire

1 commentaire

- 02/12/2014 09h:50

Il y a juste une erreur dans le 2e point : les GAFA savent très bien qui est leur client, c'est l'annonceur, pour Google et Facebook et le consommateur pour Apple et Amazon. Pour les deux premiers, l'utilisateur EST le produit :)

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Les GAFAnomics, les nouveaux codes de l'innovation selon Google, Apple, Facebook, Amazon

Google, Apple, Facebook, Amazon : ils ont mis le client au coeur de leur système d'innovation.

La dernière étude de Faber Novel, "GAFAnomics" est encore un incontournable. Après avoir étudié le modèle économique des stars du digital, le cabinet de conseil en transformation numérique tente de faire la synthèse et de répondre à cette question : quels sont les facteurs-clés de succès de Google, Apple, Facebook et Amazon ? Plongée dans le coeur du réacteur des GAFA.

Google a gagné la guerre des moteurs de recherche en quatre ans. Apple a créé un marché des tablettes en 80 jours. Facebook a capturé 16 % de votre journée en 10 ans. Amazon s'est imposé comme le supermarché le plus couru en ligne... On pourrait ainsi enchaîner les chiffres autour de ce que l'on appelle les GAFA, l'acronyme qui sert à désigner le vrai-faux groupe constitué de Google, Apple, Facebook et Amazon. Ces quatre champions de l'économie numérique sont tour à tour auscultés, analysés, enviés, décriés. Ils fascinent autant qu'ils révulsent mais ce qui est certain c'est qu'ils ont inventé et sont en train d'inventer une nouvelle manière de faire du "business", comme le montre extrêmement bien la remarquable étude du cabinet de conseil Faber Novel Gafanomics. Qu'y apprend-on ?

1. D'abord que les GAFA ne raisonnent pas en cible client. Pour eux, tout humain est un client potentiel. Ce qui veut dire que leur zone de chalandise contient 7 milliards de personnes. La culture ou les limites géographiques ne font pas partie de leurs logiciels. Ou plus exactement, ils ne les perçoivent pas comme des freins au développement. La seule question qu'il se pose c'est : « qui est connecté ? Qui ne l'est pas ? Et comment faire pour donner accès à Internet à ces derniers ? » Pas pour des raisons philanthropiques, juste parce que ces populations sont des clients potentiels.

2. Les GAFA ont redéfini ce qu'était un client. Dans l'ancienne économie, c'est celui qui paye. Eux ne font aucune différence entre ce dernier et celui qui ne paye pas. L'important, c'est de capter l'attention de tous. L'important, c'est de montrer au client ou plus exactement à l'utilisateur qu'il a beaucoup à gagner à utiliser avec les outils (gratuits) des GAFA : gain de temps, d'argent, de productivité, de rapidité... La question du chiffre d'affaires que cela pourrait générer ne se pose pas : elle est une conséquence du service apporté, service qui permet de réunir une communauté composée de centaines de millions d'utilisateurs.

3. Cette vision du client a des conséquences en termes d'innovation. Les GAFA sont obsédés par l'expérience ou l'usage qu'ils apportent à leurs clients. C'est cette obsession qui les pousse à investir ou pas dans telle ou telle voie. C'est cette obsession qui pousse Amazon à tester en permanence des version A et B de ses produits pour ne conserver que la plus efficace. Leur mantra ? Ils ne veulent pas simplement améliorer la vie des gens mais la changer en introduisant des ruptures d'usages. Comme le montre l'étude de Faber Novel, depuis Amazon, on se fait livrer 3 000 fois plus vite. Depuis Google, on fait ses recherches 25 fois plus vite. Depuis Apple, on s'offre de la musique 70 fois plus vite. Depuis Facebook, on communique à son réseau 25 fois plus vite. La rupture version GAFA n'a donc rien à voir avec la technologie (même s'il en faut beaucoup pour la rendre possible), mais tout avec l'expérience.

4. Les GAFA nous apprennent aussi que le produit n'est pas (plus) un business, juste une plate-forme. Google, Apple, Facebook, Amazon ne vendent pas leurs produits à prix coûtant pour le plaisir. S'ils en facilitent l'accès c'est qu'ils pensent qu'ils sont des supports d'activité. Comme le dit très bien Jeff Bezos, le patron d'Amazon, « nous ne voulons pas faire d'argent en vendant nos devices, mais quand les gens les utilisent ». Une posture intéressante qui doit donner matière à penser à l'industrie. Amazon, en adoptant cette stratégie, a déjà rentabilisé 12 fois l'investissement consenti pour lancer sa liseuse Kindle.

5. Les GAFA ont aussi hacké le management. Non contents de changer des secteurs entiers de l'ancienne économie, les GAFA sont en train de réinventer aussi les codes du management. Leur obsession étant là-aussi de mettre un maximum de gens au service du client-utilisateur et un minimum en back-office. Nées dans des environnements sous contrainte, ces entreprises ont mis au point des organisations light et un mode de travail en projet simplifié et plus efficace. Chez Amazon, les réunions "2 pizzas" sont une règle. Les lignes de management sont réduites chez Google. Le but étant de "tendre" l'ensemble de l'organisation vers le futur, vers les sujets d'avenir pour l'entreprise. La préservation de position établie ne les intéresse pas, les GAFA se veulent toujours en mouvement.

Thibaut De Jaegher

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Avis d’expert] Infiltration des centrales énergétiques : autopsie d’une cyberguerre furtive

Avis d'expert

[Avis d’expert] Infiltration des centrales énergétiques : autopsie d’une cyberguerre furtive

Comment des hackers parviennent-ils à s’infiltrer dans les systèmes d’opération des centrales[…]

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

Transformateur pour smart grids, reconnaissance gestuelle, polymère de résistance au feu... les innovations qui (re)donnent le sourire

La commande gestuelle s’intègre dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée Qualcomm

La commande gestuelle s’intègre dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée Qualcomm

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

 Un transformateur plus compact pour les smart grids

Plus d'articles