Nous suivre Industrie Techno

Les étudiants de Polytechnique et des Mines envoient deux nano-satellites depuis l’ISS

Les étudiants de Polytechnique et des Mines envoient deux nano-satellites depuis l’ISS

Ce 17 mai, les étudiants de l'X avaient la tête tournée vers l'espace. Quatre-vingts étudiants de l'Ecole polytechnique ont en effet construit X-CubeSat, l'un des 28 satellites qui sont mis en orbite depuis la station spatiale internationale en ce moment même, tandis que le BTS du lycée Diderot à Paris et les Mines ParisTech ont travaillé ensemble sur la conception d'un autre satellite, SpaceCube, lancé ce 18 mai. 

C'est une véritable escadrille qui est déployée depuis le module japonais de l'ISS. Largués par un bras robotique, les 28 satellites construits par des étudiants du monde entier ont été mis en orbite. Pas des satellites tels qu'on les imagine mais des « nano-satellites » de moins de 10 kg et d'une vingtaine de centimètres de hauteur. Parmi cette kyrielle, 2 satellites fabriqués par des étudiants français de l’École polytechnique, du BTS du lycée Diderot et de l’École des mines. Le premier a commencé son orbite hier à 3h40 et le second aujourd'hui vers 11h.

Les étudiants auront tout de même attendu quelques années avant de voir le fruit de leurs efforts en action. Pour les français de l’École polytechnique, c'est en 2011 que le projet commence dans le cadre du programme Jeunes en apprentissage pour la réalisation de nano-satellites au sein des universités et des écoles de enseignement supérieur (Janus) du Centre national d'étude spatial (CNES). Chaque année, 15 % des promotions de l’école rejoigne le projet et, le 18 avril dernier, leur satellite s’envole finalement vers l'ISS dans une fusée américaine Atlas V.

Maintenant qu'il est en orbite, X-CubeSat va enfin pouvoir commencer à travailler. « Durant sa descente de plusieurs mois dans l'atmosphère, notre satellite va observer les atomes d'oxygènes contenu dans le Thermosphère » précise Adrien Bressy, l'un des élèves porteurs du projet. « Le but est d'étudier cette tranche de l'atmosphère qui a pour l'instant été oubliée des recherches. » En effet, le Thermosphère doit être examiné de l'intérieur mais la Gravité et les frottements atmosphérique empêchent d'y envoyer des satellites « normaux ». Les 32 « nano-satellites » du projet (8 seront lancés plus tard dans l'année) vont donc récolter des données inédites pour la compréhension de notre enveloppe atmosphérique.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Cyberattaque Triton, puce quantique Sycamore et Starship… les meilleures innovations de la semaine

Cyberattaque Triton, puce quantique Sycamore et Starship… les meilleures innovations de la semaine

Quels sont les sujets qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Vous avez beaucoup réagi, sur les réseaux[…]

SpaceX dévoile le prototype de Starship, sa fusée habitable

SpaceX dévoile le prototype de Starship, sa fusée habitable

SeaBubbles, suprématie quantique, usine connectée... les meilleures innovations de la semaine

SeaBubbles, suprématie quantique, usine connectée... les meilleures innovations de la semaine

Une usine de panneaux solaires vitrine de l'industrie 4.0 chez Thales Alenia Space

Une usine de panneaux solaires vitrine de l'industrie 4.0 chez Thales Alenia Space

Plus d'articles