Nous suivre Industrie Techno

Les Etats ont-ils les moyens d'assurer leur souveraineté numérique ?

Les Etats ont-ils les moyens d'assurer leur souveraineté numérique ?

© Flickr - Microsiervos

Face à l'hégémonie des poids lourds du numérique, dont les technologies s'imposent sans se soucier des frontières, les Etats peuvent-ils encore espérer faire régner le droit? Trois actualités récentes posent la question avec acuité.

Hasard de l’actualité, trois événements successifs récents ont soulevé une même question : celle de la possibilité même d’une politique de souveraineté numérique. Fin mars, Emmanuel Macron annonçait sa stratégie pour tenter de faire de la France un leader de l’intelligence artificielle. Début avril, le monde entier découvrait la mine contrite de Mark Zuckerberg, venu s’expliquer devant le congrès américain à la suite de la calamiteuse affaire Cambridge Analytica qui a vu les données de plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs de Facebook siphonnées. Mi-avril, enfin, la justice russe (suivie le 30 avril par l'Iran) ordonnait le blocage de la messagerie cryptée Telegram, mais ses concepteurs ont immédiatement diffusé des conseils pour contourner cette mesure, qui a aussi donné lieu, lundi 30 avril, à une manifestation qui a rassemblé presque 8000 personnes à Moscou.

Ce qui suscite, dans l’ordre, trois interrogations. La France a-t-elle les moyens de ses ambitions face à la force de frappe des Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple), dont la valorisation boursière cumulée équivaut à peu près à son PIB ? Les gouvernants, fussent-ils ceux de l’hyperpuissance américaine, ne sont-ils pas dépassés par les décisions des géants du numérique ? Un état, face à une application utilisée dans le monde entier, peut-il encore espérer l’exécution de ses décisions de justice, surtout lorsque leur légitimité est unanimement jugée pour le moins discutable ?

La clé de cet épineux débat se trouve peut-être pour partie, justement, dans le poids des jugements et attentes d’utilisateurs répartis dans le monde entier. Face à l’effritement de la confiance accordée aux Gafa, les entrepreneurs du numérique ne peuvent réagir qu’en proposant des solutions plus acceptables. C’est le cas de technologies sans exploitation de données comme l’assistant vocal Snips, le réseau social Whaller ou le moteur de recherche Qwant. Charge aux consommateurs de montrer qu’ils préfèrent ces outsiders ! ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1009

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

L’augmentation exceptionnelle du nombre de cyberattaques, marquée notamment par celles contre les hôpitaux de Dax et de[…]

« Il faut former beaucoup plus sur les risques de cyberattaques » lance Marc-Oliver Pahl, chercheur à l’IMT Atlantique

« Il faut former beaucoup plus sur les risques de cyberattaques » lance Marc-Oliver Pahl, chercheur à l’IMT Atlantique

Calcul quantique : Les grands industriels font leurs gammes dans la programmation

Calcul quantique : Les grands industriels font leurs gammes dans la programmation

Pourquoi la troisième démonstration de l’avantage quantique est moins spectaculaire mais bien plus rigoureuse

Pourquoi la troisième démonstration de l’avantage quantique est moins spectaculaire mais bien plus rigoureuse

Plus d'articles