Nous suivre Industrie Techno

Les électriciens se font valoir à Lyon

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Lyon, 4 au 6 novembre. Le but de la convention Mips était de mettre en valeur l’électricité, le contrôle-commande et les technologies de l'information dans les domaines du process et de l'automatisation. Mission réussie.

 Comment mettre en valeur d'une façon attractive et motivante les nouvelles solutions basées sur les techniques de l'électricité, du contrôle-commande et de l'information dans les domaines du process et de l'automatisation ?

Voilà le challenge que voulait relever le Gimelec – Groupement des industries de l'équipement électrique, du contrôle-commande et des services associés – et qui l'a conduit à organiser une convention européenne de trois jours portant sur les solutions dans les domaines du process continu, des infrastructures et des industries manufacturières. Le choix de Lyon pour cette convention a facilité la venue des représentants des industries lourdes très présentes dans cette région.

Parmi les principaux événements figuraient des conférences prononcées par des dirigeants et responsables d'entreprises et d'organismes dans les domaines des infrastructures et de l'industrie sur les thèmes de la traçabilité, de la sécurité et de la valorisation des actifs (asset management).

Que le sujet de la traçabilité soit commun à la Fromagerie Bel, à Framatome, à Tetra Pak, aux biscuits LU, à Saint-Gobain Isover et à Aventis montre que la problématique est très large mais qu'elle suppose des solutions adaptées par filières. Les infrastructures, notamment les routes et tunnels, font aussi appel à des solutions de contrôle dont les exigences sont au moins équivalentes à celles de l'industrie.

Le thème de la sécurité était brillamment introduit par Jean-Pierre Corniou, Président du Cigref – club informatique des grandes entreprises françaises -  et directeur du système d'information du groupe Renault. Il a rappelé que beaucoup de moyens de protection informatiques relevaient du simple bon sens et que les petites négligences dans des activités parfois marginales pouvaient provoquer de graves conséquences.

Arcelor a fait part de son expérience des ponts roulants dans des unités de coulée continue. Jean-Pierre Duwelz de la division ingénierie d'Arcelor a indiqué que la fédération des expériences, la certification CE, les tests en cours de fabrication et des programmes de tests exhaustifs pour toutes les sécurités et les différents modes de marche étaient les outils nécessaires d'une meilleure prévention des risques.

Neil Mitchison du Bureau des risques majeurs du Centre commun de recherches de la Commission européenne a démontré que la recherche de plus de sécurité pour les installations classées passait toujours par l'analyse des risques, la mise en place d'un système de gestion de la sécurité, une maîtrise de l'urbanisation, des plans d'urgence et la protection de l'environnement. Des outils se mettent en place mais il faut continuellement progresser si l'on ne veut pas être dépassé. Le conférencier a demandé aux professionnels de la mesure d'aider à mettre sur pied des systèmes d'évaluation des performances.

Par ailleurs, des ateliers et des espaces-clients montés par des entreprises du secteur étaient aussi organisés pour sensibiliser, expliquer et développer les contacts.

 Siemens y mettait en avant sa programmation orientée modules standards TIA – Component based automation - destinés aux constructeurs ayant à réitérer la mise en place de matériels et de leur programmation sans que les combinaisons soient définies. Les gains de temps peuvent atteindre 15 % en conception et en mise en œuvre.

Schneider était dans l'air du temps en présentant le travail collaboratif en automatisation. Comment automatiser à partir de le CAO, jusqu'au PLM, - gestion de la durée de vie des produits – en passant par toutes les étapes ? Selon Gérard Guidez, directeur marketing industrie  de Schneider, les visiteurs étaient au top niveau, ce qui était l'occasion pour l'entreprise de mettre en avant sa capacité d'assistance technique.

Une exposition réunissait encore une soixantaine d'entreprises du secteur. Sur différents plans, le Mips préparait  donc la tenue à Paris-Nord Villepinte du 6 au 10 décembre 2004 d'Elec comportant le nouveau volet Mesucora. Jean-Marc Molina, délégué général adjoint du Gimelec, a constaté que cette manifestation avait mis en évidence une démarche plus collaborative entre les clients et leurs fournisseurs.

François-Xavier Lenoir

Liens utiles
www.eleclive.com
www.cigref.com


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles