Nous suivre Industrie Techno

Les élastomères deviennent auto-réparant

Ludovic Fery
Les élastomères deviennent auto-réparant

En 30 minutes, les micro-fissures du caoutchouc ont quasiment disparu

© © Fraunhofer UMSICHT

Un caoutchouc synthétique entend faire la peau aux micro-fissures ! Dès trente minutes, la majeure partie de la brèche est résorbée. Au bout de 24 heures, le matériau retrouve 40 % de ses propriétés élastiques initiales. L’industrie automobile pourrait être la première à bénéficier de cette technologie.

Joints d’étanchéité, pneus, chaises en plastique… Mêmes les objets les plus souples ou élastiques finissent par se rompre.

Des chercheurs de l’Institut Fraunhofer UMSICHT (Umwelt-, Sicher- heits- und Energietechnik - Environmental, Safety and Energy Technology) de Oberhausen ont peut-être trouvé la parade grâce à un matériau auto-réparant inspiré de l’arbre à caoutchouc. Dans la nature, l’hévéa est capable de cicatriser très rapidement. En cas de blessure, le latex qui s’écoule contient des capsules d’hévéine, une sorte de ciment végétal. Celles-ci se rompent dès qu’elles entrent en contact avec l’air extérieur : l’hévéine lie alors les particules de latex entre elles pour refermer la brèche. 

Anke Nellesen et son équipe ont développé un matériau du même acabit. Il consiste en du caoutchouc synthétique incorporant des microcapsules chargées en polyisobutylène. A la moindre pression, la paroi des particules cède et répand son contenu qui intéragit avec les polymères du caoutchouc pour refermer les éventuelles fissures. Comme pour l’hévéa, le matériau a une certaine charge ionique qui permet aux brèches de rester fermées au cours du temps.

La technologie est déjà proche de la commercialisation. L’industrie automobile, qui a par exemple recours à des peintures auto-réparantes en duromères pour certains de ses véhicules, pourrait être le premier client. Un support pour pot d’échappement réalisé avec l’élastomère auto-réparant par des chercheurs allemands sera présenté lors de la prochaine Foire de Hanovre, du 04 au 08 avril 2011.

Ludovic Fery

Pour en savoir plus : http://www.fraunhofer.de

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment McPhy veut industrialiser l’électrolyse alcaline pour produire de l'hydrogène décarboné à coût réduit

Comment McPhy veut industrialiser l’électrolyse alcaline pour produire de l'hydrogène décarboné à coût réduit

L'électrolyseur de 2 mégawatts au cœur de l'usine de production d'hydrogène décarboné[…]

Modélisation moléculaire et code ultra rapide : Qubit pharmaceuticals met la physique quantique au service des labos pharma

Modélisation moléculaire et code ultra rapide : Qubit pharmaceuticals met la physique quantique au service des labos pharma

Pour bien commencer la semaine, la recette de Norsk e-fuel pour décarboner l’aviation

Pour bien commencer la semaine, la recette de Norsk e-fuel pour décarboner l’aviation

Les surfaces superhydrophobes s'ouvrent aux applications en gagnant en robustesse

Les surfaces superhydrophobes s'ouvrent aux applications en gagnant en robustesse

Plus d'articles