Nous suivre Industrie Techno

Les deux réacteurs de Fessenheim à l'arrêt

Les deux réacteurs de Fessenheim à l'arrêt

centrale de Fessenheim

© crédits : EDF

La centrale nucléaire de Fessenheim est complètement à l’arrêt depuis samedi soir. Un défaut d’étanchéité sur une tuyauterie serait la cause de la mise à l’arrêt d’une unité tandis que la seconde l’est pour maintenance.

Ce n’est pas la première fois que cela arrive, mais la nouvelle pourrait bien relancer la polémique sur la nécessité ou non de fermer Fessenheim (Alsace), la plus vieille centrale française. Depuis samedi soir, la centrale est complètement à l’arrêt après la découverte dans l’unité de production n°1 « d’un défaut d’étanchéité sur une tuyauterie située en aval du condenseur, dans la salle des machines, hors zone nucléaire ». La seconde unité avait quant à elle été mise en maintenance vendredi soir « pour rechargement d’un tiers de son combustible », un arrêt programmé de longue date.

« Les équipes de la centrale réalisent actuellement un diagnostic pour préciser les causes exactes de cet événement », explique EDF, qui précise que l’incident « n’a aucune conséquence sur la sûreté des installations, l'environnement et la sécurité du personnel ». « Les équipes sont en train de faire un diagnostic, l'activité de la centrale pourrait redémarrer dans les jours qui viennent », a encore ajouté un porte-parole d'EDF.

La fermeture de Fessenheim, une promesse de François Hollande

Deux incidents du même type avaient déjà touché à quelques jours d’intervalle les deux unités de production en avril 2014, provoquant l’arrêt de la centrale. Avec ses deux réacteurs de 900 MW chacun, la centrale de Fessenheim est en service depuis 1977, et la plus ancienne du parc nucléaire français. Sa fermeture est devenue l’un des fers de lance des anti-nucléaires et est l’une de promesses de campagne de François Hollande. Elle devrait fermer avec la mise en service de l’EPR de Flamanville prévue pour 2017, pour répondre à l’engagement du gouvernement de réduire de 75 % à 50 % la part du nucléaire dans la production d’électricité française d’ici 2025.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydrogène de France produira d'ici à 2022 des piles à combustible de 1 MW basées sur la techno de Ballard

Hydrogène de France produira d'ici à 2022 des piles à combustible de 1 MW basées sur la techno de Ballard

Hydrogène de France a annoncé le 10 décembre s'être associé au canadien Ballard pour fabriquer en série[…]

« Les projets de batteries stationnaires au lithium-ion changent d'échelle », assure Sébastien Hita Perona, directeur du stockage d’énergie chez Saft

Interview

« Les projets de batteries stationnaires au lithium-ion changent d'échelle », assure Sébastien Hita Perona, directeur du stockage d’énergie chez Saft

Batterie sodium-ion, usine mobile d'impression 3D, protection quantique… les meilleures innovations de la semaine

Batterie sodium-ion, usine mobile d'impression 3D, protection quantique… les meilleures innovations de la semaine

La ligne France-Irlande en courant continu repousse les frontières du super-réseau électrique européen

La ligne France-Irlande en courant continu repousse les frontières du super-réseau électrique européen

Plus d'articles