Nous suivre Industrie Techno

Les circuits sur mesure n'ont plus la cote

ELISABETH FEDER redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
La dernière génération de circuits logiques programmables affiche une sobriété énergétique inédite. En ne consommant que quelques microwatts, elle élargit son champ d'applications aux terminaux portables et aux dispositifs numériques pour l'Internet mobile. Grands perdants de cette évolution : les circuits spécifiques, qui voient leur marché se réduire comme peau de chagrin.

La consommation est désormais LE point critique dans la conception des systèmes électroniques. Si elle a longtemps pénalisé les FPGA (réseaux logiques programmables), ceux-ci vivent aujourd'hui une petite révolution dans la traque au watt grâce à l'offre d'Actel et de Silicon Blue Technologies. Leurs gammes, nommées respectivement Igloo et iCE, affichent des consommations de 2 µW et 20 µW, mille fois plus basses que celles des leaders mondiaux des FPGA. Et elles sont tout à fait comparables à celles de circuits spécifiques (Asic) à complexité égale. Conséquence : longtemps cantonnés aux applications industrielles et aux communications, les FPGA investissent de nouveaux secteurs comme l'automobile, l'instrumentation, le médical... Ils s'attaquent également aux applications grand public, aux produits portables multimédias "convergents".

La basse consommation à moindre coût

Inventés il y a plus de vingt ans pour "absorber" la logique d'interfaçage dans un système, les FPGA n'ont cessé de croître en performance, densité, complexité... et de creuser leur trou aux dépens des processeurs et circuits spécifiques personnalisés (Asic). Une récente étude de Gartner leur prédit un avenir encore plus rose face aux Asic qui finiraient grands perdants de la crise actuelle. Pour une conception d'Asic dans le monde, on en compterait déjà trente sur FPGA.

Seule certitude : le coût de développement des Asic freine les utilisateurs potentiels. Alors que, là encore, les FPGA se mettent au régime. Silicon Blue ou Actel ont récemment remanié leur offre et annoncent des prix de 1 à 3 dollars pour leur puce (contre 5 à 500 dollars pour les FPGA traditionnels). Soit un chiffre comparable au coût de production unitaire d'un Asic mais sans les coûts élevés d'ingénierie non récurrents et avec la (re)programmabilité en prime. « L'architecture à cellules SRam de notre gamme iCE a été conçue d'emblée dans un but de faible consommation pour les applications portables alimentées sur batterie. Le choix d'un process de fabrication de 65 nm nous a fait gagner 66 % sur la consommation, comparé à un process 180 nm. La croissance viendra des parts de marché grignotées aux Asic », a ainsi affirmé Kapil Shankar, de Silicon Blue.

Les FPGA en technologie flash d'Actel affichent, eux, la consommation absolue la plus faible, grâce à différents modes d'alimentation. « La migration de 130 à 65 nm prévue cette année nous boostera encore », a prédit Richard Kapusta, d'Actel. Ce process permettra aussi de gagner suffisamment en densité pour passer aux SoPC, soit à des systèmes complets sur puce programmable. Un système avec processeur, mémoire et périphériques pour quelques euros en quelques semaines, qui dit mieux ?

Voir pdf pour le tableau.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0912

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

RGPD : les technos pour respecter la réglementation

RGPD : les technos pour respecter la réglementation

C'est un tournant majeur pour bon nombre d'entreprises ayant des activités numériques. Plus aucune fuite de données[…]

CYBERSECURITE : LE SECTEUR ÉNERGÉTIQUE SOUS TENSION

CYBERSECURITE : LE SECTEUR ÉNERGÉTIQUE SOUS TENSION

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Le quantique entre dans l'ère industrielle

Le quantique entre dans l'ère industrielle

Plus d'articles