Nous suivre Industrie Techno

Les cinq imprimantes 3D qui ont marqué l’ouverture du salon Formnext 2019

Alexandre Couto
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les cinq imprimantes 3D qui ont marqué l’ouverture du salon Formnext 2019

© Mesago / Mathias Kutt

Le salon Formnext dédié à l'impression 3D a ouvert ses portes à Francfort (Allemagne) le 19 novembre. Jusqu'au 22 novembre, ce grand rendez-vous mondial est l'occasion de découvrir les dernières innovations du secteur. Tour d'horizon des nouvelles imprimantes, métal et polymère, qui ont marqué l'ouverture du salon.

Le salon Formnext, rendez-vous international majeur de la fabrication additive, se tient depuis le 19 et jusqu'au 22 novembre à Francfort (Allemagne). Dédié majoritairement aux applications industrielles, ce salon connait une croissance constante depuis sa création en 2015. Il affiche cette année un nombre d'exposants en progression de 17% par rapport à 2018 et confirme sa dimension internationale avec plus de 55% entreprises participantes originaires de l’étranger. 27 sociétés et organismes français, tels qu’Addup, Arkema, Prodway ou encore le CEA, ont fait le déplacement pour présenter leurs innovations et leur savoir-faire dans le domaine de la fabrication additive. 

Bien toutes les technologies de la fabrication additive - du logiciel aux machines de post-traitement des pièces, en passant par les matériaux - soient présentes sur le salon, les imprimantes 3D demeurent les équipements phares. Plusieurs nouveaux modèles ont été dévoilés, confirmant la tendance allant vers la production de composants en polymères techniques et la réduction des temps de cycle des pièces métalliques. 

FormUp 200 (Addup)

Coentreprise entre le groupe Fives et Michelin, le spécialiste de l’impression 3D métal Addup a dévoilé une nouvelle machine de sa gamme FormUp. Plus petite que sa grande sœur, la FormUp 350, elle dispose d’un volume d’impression de 11 litres et est capable d’accueillir des porte-pièces de 225 mm. Elle se destine aux pièces de petites et moyennes dimensions. La poudre métallique peut-être étalée sur la surface de travail au moyen d’un rouleau, d’un racleur ou de brosses pour s’adapter à toutes les granulométries disponible sur le marché.

Spectral 3D PEEK (3ntr)

A l’occasion de Formnext, le fabricant italien 3ntr a présenté son système d'impression par dépôt de fil fondu (FDM) dédié aux polymères thermoplastiques haute performance.  La Spectral 3D est capable de produire des pièces en polyétheréthercétone (PEEK), polyétherimide (PEI) ou en poléthercétonecétone (PEKK), des matériaux aux fortes propriétés mécaniques mais dont le point de fusion, autour de 350°C, est particulièrement élevé. La mise en oeuvre de ces matériaux nécessite une chambre d’impression chauffée pour éviter un refroidissement prématuré pouvant créer un gauchissement de la pièce. Cette imprimante a été mise au point dans le cadre du projet européen Clean Sky, visant à développer des pièces en impression 3D pour le secteur aéronautique. Le projet comprenait également le spécialiste français des matières techniques Rescoll, et l’avionneur Airbus.

ProMaker P1000 X SLS (Prodways)

Basée sur le procédé de frittage laser (SLS) de poudre polymère, l’imprimante ProMaker P1000 X SLS, de Prodways offre une vitesse de production pouvant atteindre 2 litres par heure et un volume d’impression de 32 litres. Elle est compatible avec 7 matériaux Prodways, allant de l’élastomère (TPU) jusqu’au Stark 3200, un matériau haute performance. Elle offre une résolution supérieure au modèle P1000, ainsi qu'un nouveau système de contrôle thermique de la chambre d’impression et une caméra intégrée pour l’accès à distance.

Hammer H40 (Incus)

La société autrichienne Incus, spin-off du spécialiste de l'impression 3D céramique Lithoz, a présenté pour la première fois au public son procédé de photopolymérisation pour la production de pièces en métal. Il est constitué de deux étapes :  la première consiste à déposer selon le procédé FDM un polymère photoréticulable chargé avec poudre métallique. La pièce est ensuite exposée à plusieurs projecteurs pour la polymériser. Cette technologie permet d’obtenir un meilleur aspect de surface par rapport aux autres procédés utilisant des poudres métalliques. Elle permet également de travailler avec des métaux ne pouvant être soudés.

Argo 350 (Roboze)

Le fabricant d’imprimante italien Roboze a dévoilé sa nouvelle imprimante FDM Argo 350, une version plus compacte de l’Argo 500. Elle dispose d’une zone de fabrication de 350x300x300 mm et peut mettre en œuvre des polymères haute performance. L’extrudeuse est capable d’atteindre une température de 450°C pour l’utilisation de matériaux haute température et la chambre d’impression est chauffée à 180°C. La tête d’impression se déplace grâce à un système sans courroie pour une précision de positionnement de l’ordre de 10 microns, offrant ainsi une excellente répétabilité. A l’occasion de Formnext 2019, Roboze a annoncé un partenariat avec le chimiste belge Solvay pour la mise au point de nouveaux matériaux.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Présentés au salon Supply Chain, les robots mobiles de Fives Syleps apportent de la flexibilité au tri haute cadence

Présentés au salon Supply Chain, les robots mobiles de Fives Syleps apportent de la flexibilité au tri haute cadence

Fives Syleps spécialiste des solutions automatisées d'intralogistique, a présenté sur le salon Supply Chain Expo qui[…]

05/12/2019 |
Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Design génératif, batteries sodium, 5G… les meilleures innovations de la semaine

Design génératif, batteries sodium, 5G… les meilleures innovations de la semaine

Une usine modulaire et mobile dédiée à l'impression 3D métal s'installe à Nanterre

Une usine modulaire et mobile dédiée à l'impression 3D métal s'installe à Nanterre

Plus d'articles