Nous suivre Industrie Techno

Les bonnes raisons d’investir dans les start-up de bio-informatique

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Lors de la dernière édition de Capital -IT, la grand-messe du capital-risque, Alcimed a attiré l’attention des financiers sur les entreprises de ce secteur.

Capital-IT, conférence de référence en matière de financement des technologies innovantes a tenu sa 11ème édition les 5, 6 et 7 avril à Paris. Au cours de la table ronde du 7 avril sur le financement des start-up de bio-informatique, Alcimed (www.alcimed.com) a rappelé les raisons d’investir dans ces entreprises tout en précisant les conditions clés de leur réussite.

Alcimed est une société de conseil et d’aide à la décision spécialisée en sciences de la vie, la chimie et les matériaux. Elle rappelait d’abord que le volume de données issues de la R&D double tous les 18 mois. De ce fait, les solutions et outils informatiques sont appelés à connaître un très fort développement dans les années à venir. Ce marché devrait représenter 35 milliards de dollars en 2006 (contre 15 milliards de dollars en 2002).

Rodolphe Renac, co-responsable de l’activité Biotechnologies d’Alcimed rappelle les deux principales questions auxquelles doivent répondre les entreprises de bioinformatique. «D’une part, l’intégration et le traitement de données extrêmement hétérogènes au niveau de leur nature (données in vivo, criblage haut débit, chemoinformatique, protéomique, synthèse chimique…), de leur origine et de leur format. D’autre part, le développement d’expertises très pointues difficilement mobilisables dans les grands groupes tels les laboratoires pharmaceutiques - ou alors à un coût très élevé ».

Toute la difficulté réside alors dans le choix de positionnement et de modèle économique de ces start-up. Le marché de la bio-informatique comptera à la fois des fournisseurs de matériels (30% des acteurs), des spécialistes du stockage de données (40%) et des éditeurs de solutions métier (30%).

« Concernant cette dernière catégorie d’acteurs, on note que les laboratoires pharmaceutiques sont aujourd’hui à la recherche de spécialistes sur chacune des questions que soulèvent la conception et le développement de nouveaux médicaments », explique Rodolphe Renac.

«On constate que les business models globaux, sur lesquels se sont bâties des sociétés comme Lion Biosicences ou Accelrys, n’ont pas à ce jour fait leurs preuves et que de nombreuses start ups qui avaient opté pour des modèles uniquement « solutions » ou uniquement « service » ont du stopper leur activité ou se repositionner. A contrario des entreprises comme Gene IT (France) ou Rosetta (désormais rachetée par Merck & Co) ont convaincu leur marché et ont même déjà offert des sorties à leurs investisseurs ».

Dernier point qui doit retenir l’attention d’investisseurs potentiels : si les start-up de bio-informatique ne se sont pas majoritairement introduites sur les marchés publics, plusieurs d’entre elles ont été rachetées par des « big pharma », par des industriels dans le secteur de la recherche biomédicale, ou par des acteurs clés des nouvelles technologies qui souhaitaient se doter de ce type de compétences. Enfin d’autres entreprises nouent des partenariats stratégiques avec les grands noms de la pharmacie mondiale.

« Ce marché, qui est en pleine structuration, assure de réelles opportunités pour les start-up qui parviendront à s’imposer comme un standard, ne serait-ce que sur leurs niches d’expertise. D’autre part, ces sociétés requérant des investissements assez faibles (même si elles sont classées souvent dans les “biotechs”), elles devraient offrir un potentiel de valorisation attractif aux yeux des investisseurs», conclut Rodolphe Renac.

Michel Le Toullec
(Source : Alcimed)

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles