Nous suivre Industrie Techno

« Les biomatériaux changent les habitudes de R&D » - Rémi Perrin

Thomas Blosseville
« Les biomatériaux changent les habitudes de R&D » - Rémi Perrin

© DR

Rémi Perrin est responsable R&D chez Soprema, fabricant de produits de couverture pour le bâtiment. Il témoigne des nouvelles pratiques de conception imposées par les matériaux d'origine végétale

Industrie et Technologies : Les biomatériaux sont-ils des matériaux comme les autres ?

Rémi Perrin : Pas tout à fait. Nous avons conçu un écran de sous-toiture à 75 % à base de fibres de lin, contre 100 % de polypropylène ou de bitume auparavant. Les biomatériaux changent les habitudes de R&D. La qualité et les propriétés mécaniques du lin peuvent changer d’une saison sur l’autre. Il faut donc développer un nouveau savoir-faire, celui d’adapter d’une année sur l’autre les procédés de fabrication. La bonne pratique est de s’associer à des spécialistes. Avec les biomatériaux, le travail en réseau est indispensable et les partenaires ont de nouveaux profils. Issus de l’univers du végétal, ils doivent aider à réaliser l’analyse fonctionnelle du matériau. Dans notre cas, il s’agissait d’assurer l’étanchéité d’une toiture.

IT : Comment s’assurer des bénéfices d’un biomatériau pour l’environnement ?

RP : Pour l’instant, on a imaginé l’impact de notre produit, plus qu’on ne l’a calculé. La limite actuelle des biomatériaux concerne le manque de données disponibles. C’est le principal effort que les filières agricoles vont devoir accomplir. Nous avions comme objectif de réduire le transport et de favoriser une agriculture en France. En choisissant une matière première agricole française, nous réduisons les intermédiaires : l’agriculteur, le teilleur, puis nous. Le lin n’a pas été choisi au hasard. Nous savons que sa culture est sobre en eau, en énergie et en intrants chimiques. Nous allons réaliser une analyse de cycle de vie de notre écran de sous-toiture. Il va falloir aller collecter les données jusque dans les champs.

Propos recueillis par Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment McPhy veut industrialiser l’électrolyse alcaline pour produire de l'hydrogène décarboné à coût réduit

Comment McPhy veut industrialiser l’électrolyse alcaline pour produire de l'hydrogène décarboné à coût réduit

L'électrolyseur de 2 mégawatts au cœur de l'usine de production d'hydrogène décarboné[…]

Modélisation moléculaire et code ultra rapide : Qubit pharmaceuticals met la physique quantique au service des labos pharma

Modélisation moléculaire et code ultra rapide : Qubit pharmaceuticals met la physique quantique au service des labos pharma

Pour bien commencer la semaine, la recette de Norsk e-fuel pour décarboner l’aviation

Pour bien commencer la semaine, la recette de Norsk e-fuel pour décarboner l’aviation

Les surfaces superhydrophobes s'ouvrent aux applications en gagnant en robustesse

Les surfaces superhydrophobes s'ouvrent aux applications en gagnant en robustesse

Plus d'articles