Nous suivre Industrie Techno

Les applications industrielles en tête des demandes de brevet pour l’impression 3D

Les applications industrielles en tête des demandes de brevet pour l’impression 3D

L'office européen des brevets (OEB) a publié le 13 juillet son rapport annuel sur les demandes de brevet concernant la fabrication additive. Les applications industrielles arrivent en tête des inventions. La France, soutenue par sa recherche publique, arrive à la troisième place du classement européen.

L’office européen des brevet (OEB) a publié le 13 juillet son rapport annuel dédié à la fabrication additive. Selon l’organisme, l’innovation liée à cette technologie est actuellement en plein essor. De 2015 à 2018, le nombre de demandes de brevet liées à cette technologie a progressé de 36% par an en moyenne, « un taux dix fois supérieur à la croissance annuelle moyenne du nombre de demandes déposées auprès de l’OEB sur la même période ».

D’après les données récoltées par l’OEB, les demandes de brevet déposées jusqu’à présent concernent principalement de nouvelles applications industrielles (50%), les machines et les procédés (38%), les matériaux (28%) et des technologies numériques (11%). Ces chiffres sont à lire en tenant compte que de nombreux brevets recoupent plusieurs champs de développement : « Près de 23% des demandes de brevet relatives à la fabrication additive couvrent au moins deux de ces secteurs technologiques », souligne l’OEB.

L’impression 3D polymère se positionne en tête des dépôts de brevets (532 brevets en 2018), suivi par les métaux (219), les céramiques (114), les biomatériaux (86) et les ciments (22). Coté débouchés, le médical conserve la tête en nombre de brevets déposés (907 en 2018), puis le secteur de l’énergie (436), les transports (278), l’outillage industriel (163), l’électronique (137) et la construction (111).

Bien que les Etats-Unis représentent 35% des demandes de brevet auprès de l’organisme pour des inventions dans le domaine de la FA depuis 2010, les pays européens restent prédominants avec 47% des demandes.

L’Allemagne arrive en tête des pays européens avec 19,1% des brevets, suivi par le Royaume-Uni (5%), la France (4,8%), les Pays-Bas (4%) puis la Suisse (3,6%).

En France, près d’une demande de brevet sur quatre vient des PME. La recherche publique, incarnée par le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ou le centre national de la recherche scientifique (CNRS), se distingue également : rassemblant 20 % des demandes de brevets de l’Hexagone, elle est nettement supérieure à la moyenne européenne (11%).

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

Limitée par les technologies de fabrication traditionnelles, l’optimisation de la dynamique des fluides trouve une nouvelle alliée[…]

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Dossiers

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Plus d'articles