Nous suivre Industrie Techno

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

HUGO LEROUX hleroux@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

Après un parcours sans faute au sein de grands groupes industriels, Pascal Mauberger a choisi de se lancer dans l'entreprenariat par goût de l'innovation. Cet ancien directeur de l'ingénierie du géant de la chimie Air liquide met aujourd'hui ses compétences au service de la start-up McPhy et de sa technologie de rupture pour le stockage d'hydrogène. Retour sur le parcours étonnant d'un ingénieur dans l'âme et d'un meneur d'hommes, que ses amis n'hésitent pas à qualifier de « capitaine de navire ».

Enfant, il a rêvé de marcher sur la lune. Vingt ans plus tard, chef de projet chez Air Liquide, il a construit une pièce maîtresse d'Ariane 5 : son réservoir d'hydrogène. « J'avais 12 ans le 21 juillet 1969. Il était 4 heures du matin, c'était ma première nuit blanche devant la télé avec mes parents », se rappelle Pascal Mauberger en effleurant la maquette de fusée décorant son bureau, situé dans les locaux de l'Association française de l'hydrogène énergie Afhypac. Après avoir gravi les échelons d'Air Liquide jusqu'à devenir directeur de son ingénierie et avoir accompagné le succès des composants électroniques de Soitec en tant que directeur général, le voilà président du directoire de McPhy. À la tête de cette start-up spécialisée dans l'hydrogène, il aime à s'imaginer comme un artisan de notre mutation énergétique. Son histoire, il la raconte à grands renforts d'anecdotes. Et comme dans toute bonne histoire, on y retrouve un fil directeur : sa passion pour les aventures technologiques et humaines.

L'HOMME

Navigateur né

Sourire facile, l'homme qui a supervisé jusqu'à 2 000 personnes au département ingénierie d'Air liquide s'avère d'un contact très simple. Ce qui frappe au fil de la conversation, c'est son enthousiasme contagieux, salué également par ses collaborateurs : « Tout est plus simple quand on possède une flamme intérieure comme Pascal », confie son associé de Mc Phy, Adamo Screnci.

Son caractère de capitaine, Pascal Mauberger l'a en partie forgé en mer. Enfant de la campagne, il s'initie aux plaisirs de la voile dès ses 13 ans, un mois béni par an où sa famille se rend en vacances sur la côte. Plus qu'un hobby, il attribue à la voile un caractère initiatique qu'il partage avec ses proches. « J'aime l'idée d'être en équipe resserrée au milieu de l'immensité de la mer. Au-delà de la performance sportive, il y a cette proximité qui s'instaure, où chacun sait qu'il faut donner de sa personne pour arriver à bon port. »

Fasciné dans sa tendre enfance par la technologie depuis la conquête de la lune, ce père de famille a su transmettre sa passion à ses enfants. Sur trois, deux sont devenus ingénieurs. Bercé aux histoires du programme Ariane 5, l'un s'est même spécialisé dans l'aéronautique. Du reste, Pascal Mauberger semble animé par une capacité à embrasser des sujets très divers : « Il est d'une grande curiosité intellectuelle », salue son ami Michel Masson. Son ancien patron d'Air liquide évoque les grandes discussions métaphysiques qui animaient leurs soirées communes de chantier en Afrique du Sud.

Modeste, Pascal Mauberger ne s'étend pas sur la trajectoire académique qui l'a amené à occuper ce type de poste. « C'est le parcours assez classique d'un bon élève », résume-t-il sobrement. Bon élève en effet et même brillant dans les disciplines scientifiques, il a été poussé par ses parents agriculteurs à intégrer la classe préparatoire du lycée Descartes à Tours. Ces deux années resteront les meilleures de sa vie. Nostalgique, il évoque l'esprit de camaraderie et l'entraide à l'internat, qui l'emportaient sur l'esprit de compétition.

L'INGÉNIEUR

Il mène sa barque

Admis à Polytechnique, il se passionne d'emblée pour la mécanique des fluides et la thermodynamique, qu'il relie instinctivement à son attirance pour les bateaux. « J'aurais tout aussi bien pu embrasser une carrière d'architecte naval », souffle-t-il.

C'est finalement son envie de voir du pays qui pousse Pascal Mauberger vers le secteur international de la pétrochimie. Quelques tâtonnements chez Mobil, à conduire des raffineries qu'il trouve un peu austères, le précipitent dans les bras d'Air liquide. C'est que le chimiste lui offre le job de ses rêves au sein de son « équipe démarrage ». Lui qui n'a jamais quitté la France se retrouve à lancer des installations gargantuesques vers la phase opérationnelle en Argentine puis en Turquie. « C'était vraiment l'esprit pionnier : on était largué à des milliers de kilomètres des patrons, avec notre trousse à outils et des clients sur le dos... Avec pour tout moyen de communication un télex à 60 kilomètres de notre lieu de travail ! », rigole-t-il.

Son souvenir le plus fort reste l'Afrique du Sud. Et son premier défi technologique hors normes : démarrer la plus grosse unité d'oxygène et d'azote au monde. Le contexte historique n'y est pas étranger. Mise au ban des échanges mondiaux sur fond d'apartheid, l'Afrique du Sud industrialise alors des procédés de gazéification pour synthétiser des carburants à partir du charbon. Le procédé nécessite des apports massifs d'oxygène. Michel Masson, qui dirige le projet, remarque d'emblée son esprit constructif : « c'est quelqu'un qui avait une grande humilité face à la technique, n'hésitant pas à se remettre en cause devant les faits. Il était aussi doté d'un sens physique inné, cette aptitude à exprimer un problème très complexe sous forme schématique. »

Après des séjours en Espagne et au Canada en tant que chef de projet, Pascal Mauberger se voit offrir la direction de l'ingénierie Amérique d'Air liquide... Qu'il décline. Pour un programme autrement stimulant : Ariane 5. Il finit par intégrer le groupe Cryospace formé avec Aerospatiale (ex-EADS), chargé de concevoir le réservoir d'hydrogène de la fusée. Le développement de sa technologie de rupture, le stockage cryogénique, l'occupe de 1986 à 1993. Pari gagnant : il est d'abord promu à la tête de Cryospace. L'aventure fructueuse lui vaut finalement la direction mondiale de l'ingénierie d'Air liquide.

L'ENTREPRENEUR

Il garde le cap

De ses sept ans à la direction de l'ingénierie, Pascal Mauberger retient surtout l'adrénaline des négociations pour remporter de gros contrats. Un exercice délicat consistant à satisfaire les exigences du client sans jamais se surestimer. « C'est une sensation bien à part de rentrer à la maison et d'annoncer aux équipes que le carnet de commandes est plein pendant 12 mois », sourit-il. L'histoire aurait pu s'arrêter là. Mais c'eût été tirer un trait définitif sur le goût de l'aventure technologique qui l'animait jeune ingénieur. Il renoue avec une technologie en pleine expansion chez Soitec. En 2003, la technologie de silicium sur isolant du groupe est encore jeune mais déjà prometteuse. Sous ses rennes de directeur général, entre 2003 et 2008, l'entreprise passera de 40 à 400 millions d'euros de chiffre d'affaires et quadruplera ses effectifs. Alors que le groupe croule sous les commandes, il lui incombe de piloter la course contre la montre pour honorer chacune en temps et en heure.

De cette période faste naît son goût pour l'entreprenariat : « Malgré son statut d'entreprise intermédiaire, Soitec était dirigée en triumvirat. Il y avait ses deux cofondateurs, André-Jacques Auberton et Jean-Michel Lamure, et moi-même. En quelques heures, on prenait des décisions qui nécessitaient des semaines dans un grand groupe », souligne Pascal Mauberger. Après son départ de Soitec en 2008, l'évidence s'impose : il ne retournera pas vers ces grands groupes. Il décide de se consacrer à des technologies en devenir. « J'ai choisi l'énergie ou l'environnement, assurément les plus grands défis de notre civilisation », confie-t-il.

En contact avec des fonds de capitaux-risqueurs, il finit alors par tomber sur McPhy et sa technologie de rupture issue du CNRS - un stockage de l'hydrogène via une structure solide. Du reste, la pirouette est belle : renouer avec ses premières amours de l'hydrogène tout en s'attaquant au stockage de l'énergie. Plus que jamais capitaine de navire, Pascal Mauberger aborde les projets avec une équipe soudée. « Il parvient à fédérer l'équipe autour d'une vision sans pour autant marquer de relations hiérarchiques fortes », salue son collègue Adamo Screnci. Accaparé par l'aventure, Pascal Mauberger confesse avoir vendu son voilier personnel. Plus le temps de naviguer. Pour l'hydrogène, le voilà en revanche toutes voiles dehors.

SES 4 DATES

1979 Il est diplômé de l'École polytechnique 1993 Il dirige l'ingénierie du groupe Air liquide 2003 Il devient directeur général de Soitec 2010 Il prend la tête du directoire de la start-up McPhy

SES 3 OBJETS FÉTICHES

LE LIVRE : « LE CRABE-TAMBOUR » Jean Rochefort, Claude Rich et Pierre Schoendoerffer lui ont dédicacé ce livre dont ils ont tourné une adaptation pendant son service militaire, dans le navire sur lequel il servait. LA FUSÉE DE TINTIN Elle lui rappelle la plus technologique des aventures du héros de son enfance. Elle a façonné son goût pour l'ingénierie. UN COMPAS L'outil favori de ce féru de navigation... qui ne dédaigne pas le GPS. Mais cartes et compas sont pour lui des instruments rassurants qui permettent de s'approprier un environnement vaste et hostile.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0946

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Martine Griffon-Fouco

LES 3DIMENSIONS DE Martine Griffon-Fouco

Plus d'articles