Nous suivre Industrie Techno

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LUDOVIC FERY lfery@industrie-technologies.com

PDG DE ROCTOOL À tout juste quarante et un ans, Alexandre Guichard a déjà à son compte la création de deux entreprises. La seconde, Roctool, lui vaut de s'être fait un nom dans le monde très technique de la plasturgie. Deux secrets pour ce défenseur de l'innovation industrielle : intuition et ténacité.

Même si son CV dit le contraire, Alexandre Guichard ne se considère pas comme un serial entrepreneur. Plutôt comme quelqu'un qui mène ses projets jusqu'au bout. Le vieux dicton « se méfier des apparences » se vérifie avec ce patron au parcours atypique. N'ayant ni le profil ni la formation d'un technicien, le businessman quadragénaire a choisi une voie plutôt surprenante pour se lancer dans les affaires : l'industrie lourde, et l'univers très fermé de la plasturgie. À regarder sa vie, on pourrait penser que ce choix vient d'un simple concours de circonstances. Mais Alexandre Guichard ne serait jamais arrivé à sa place sans la volonté qui l'anime.

 

L'HOMME

 

Un self-made man

La musique et le sport sont les deux activités qui ont structuré l'enfance d'Alexandre Guichard. Suivant les pas de son grand-père musicien, l'adolescent intègre le lycée musical puis l'orchestre du conservatoire de Lyon, dans lequel il joue de la flûte traversière. Il pratique en même temps le vélo à un haut niveau, sur piste et sur route, activité complémentaire qui lui permet d'entraîner sa respiration. À 22 ans, le jeune homme change complètement de cap : « j'étais doué pour la musique, mais pas passionné », justifie Alexandre Guichard. Peu de temps après avoir quitté le conservatoire, une blessure rédhibitoire au genou l'écarte définitivement du sport de compétition. Il est alors embauché chez un fabricant d'articles haut de gamme en carbone, dont des cadres de vélo. Un an plus tard, poussé par son ambition, il crée sa propre entreprise avec deux collègues plus chevronnés que lui. Bird fabriquera des cadres en plastique : « il n'y avait à l'époque pas de produit sur le marché qui soit intermédiaire entre le haut de gamme et les cadres métalliques ». Sans véritable mentor ni modèle, Alexandre Guichard avoue sa propension naturelle au leadership, qui le pousse à prendre la responsabilité de la création d'une société. Impossible néanmoins de désavouer l'héritage du père, qui a lui-même dirigé plusieurs petites entreprises industrielles. « J'admire les personnes qui créent leur boîte et lancent un produit leader dans le monde », reconnaît l'homme d'affaires. D'où son attirance pour les procédés industriels qui permettent de fabriquer des millions de pièces. C'est le challenge qu'il tente de relever dans la plasturgie, en créant Roctool à la veille de ses trente ans. Douze ans plus tard, son bébé technologique occupe encore le plus clair de son temps. « Je fais du vélo dès que possible pour m'entretenir, mais je n'ai pas le temps de laisser retomber la tension après l'effort », regrette l'ancien sportif de haut niveau. Souvent pris par des voyages à l'international, il peut au moins cultiver son goût inconditionnel pour le design et l'architecture, deux métiers qu'il aurait aimé exercer dans une autre vie. Une vocation dont il a eu un aperçu en faisant construire sa maison sur les hauteurs d'Aix-les-Bains, avec l'aide d'un architecte.

 

L'INNOVATEUR

 

Il déjoue les obstacles

Depuis près de vingt ans pilote de l'innovation, Alexandre Guichard sait combien la tâche est difficile. Certes, sa société Bird, en proposant un produit unique au monde, suscite dès le départ la convoitise des industriels. Elle trouve ainsi comme preneur de ses cadres de vélo en plastique le français Peugeot Cycles. Mais les contrariétés ne tardent pas à arriver. Après quelques milliers d'unités fabriquées, l'industriel met un coup d'arrêt à la production et veut renégocier les royalties. Le jeune patron ne se démonte pas : l'affaire se poursuit au tribunal. La start-up parvient à s'en sortir en se diversifiant dans les secteurs du loisir et de l'industrie textile. À l'issue du procès qui donne gain de cause à Bird, Alexandre Guichard a l'opportunité de faire de sa société un important bureau d'études. Mais il a en tête un projet qu'il croit plus prometteur : vendre aux moulistes un procédé de fabrication plus efficace et moins énergivore. « Pour faire une pièce comme un toit de voiture, il faut chauffer un moule de plusieurs tonnes afin de chauffer quelques centaines de grammes de matière. L'idée de Roctool était de le faire sans chauffer le moule. Avec un tel procédé générique, on peut faire potentiellement plusieurs milliers d'objets différents. » Il compte pour cela transférer une technologie existante, l'induction magnétique, dans les presses d'injection. La transformation du concept en réalité s'avère beaucoup plus complexe que prévu : temps de cycle trop long, difficulté à contrôler la température des pièces produites... L'entrepreneur se raccroche au succès d'estime rencontré auprès des plasturgistes. « On disait que ce n'était pas gagné, mais aussi qu'il fallait nous suivre », se souvient-il. « Alexandre est quelqu'un de solide, constant et persistant », témoigne Frédérique Mutel, présidente du groupe de promotion des composites JEC, qui le fréquente depuis les débuts de Roctool. Les verrous technologiques sont finalement levés et le premier produit voit le jour après dix ans de développement et 15 millions d'euros investis. Le statut d'Alexandre Guichard lui vaut maintenant d'être consulté par des fonds d'investissements sur des candidats à l'activité voisine de la sienne. L'industriel fait toujours preuve d'indulgence : « les plans de développement semblent souvent trop ambitieux, mais qui va y croire si ce n'est les fondateurs eux-mêmes ? »

 

LE DIRIGEANT

 

Entrepreneur plus que manager

Alexandre Guichard assume davantage son rôle d'entrepreneur que celui de manager, qui renvoie trop, à son goût, aux fonctions de gestionnaire. Un jour sur deux en déplacement, le plus souvent à bord de vols long-courrier, le patron de Roctool se rend régulièrement dans les villes où il veut développer son activité : Tokyo, Taïwan, Atlanta... « Ce qui distingue Alexandre parmi les autres entrepreneurs du domaine, hormis sa forte personnalité, c'est sa curiosité et son ouverture aux autres cultures. Cela a son importance dans des pays où les affaires se nouent sur le long terme et marchent à la confiance. C'est plus particulièrement le cas en Asie », souligne Frédérique Mutel. Le dirigeant joue aussi de son charisme pour attirer les talents au sein de son entreprise. Son actuel directeur du développement commercial vient par exemple du cabinet qui a étudié pour Roctool les possibilités d'implantation sur le territoire américain. De même, il a trouvé son directeur technique sur un salon en Chine, en la personne de son voisin de stand. Ces deux-là forment, avec le directeur de la R&D et le responsable du bureau d'études, le cercle de confiance d'Alexandre Guichard. Les échanges sont quotidiens via Skype, quand le dirigeant n'est pas à son bureau. Même s'il a le vernis technique, il se contente de fixer des objectifs. Ses collaborateurs restent libres sur la mise en oeuvre. « J'essaie de synthétiser et de simplifier la vision de chacun sur le but à atteindre », explique le dirigeant. Le reste de son temps est consacré au réseautage. Sa plus grande fierté est l'Innovative molding technologies update, un rendez-vous pluriannuel qui se tient au siège de Roctool et à l'étranger. Les participants sont assurés d'y trouver du contenu technique, et les speakers invités tenus d'éviter la promotion. « Les gens viennent avant tout pour voir les technologies et les applications innovantes que nous leur présentons ». La PME de 25 salariés a réuni ainsi jusqu'à 500 participants. Maintenant que les contrats tombent pour Roctool, l'entrepreneur aimerait pouvoir doubler l'effectif de sa société. Il passerait alors plus de temps avec sa femme et ses deux enfants. Et peut-être se paiera-t-il le luxe de profiter d'un objet acheté à un designer en France, qui l'attend patiemment dans son jardin : un hamac japonais.

SES 3 DATES

1994 Création de Bird, société spécialisée dans le design et le développement de pièces composites (premier cadre de vélo en plastique au monde). 2000 Il fonde Roctool, qui fournit aux plasturgistes une technologie de chauffage des moules par induction magnétique. 2009 Lancement commercial de 3iTech, première technologie de moule avec des inducteurs intégrés au plus près de la pièce à injecter. Organisation de l'événement Innovative Molding Technologies Update à l'étranger.

SES 3 OBJETS FÉTICHES

SON HAMAC Acheté chez un designer en France, ce hamac japonais trône depuis quelque temps dans le jardin d'Alexandre Guichard. Le patron de Roctool attend encore le moment idéal pour l'essayer. SA PHOTO D'ART Son auteur est originaire d'un autre pays qui passionne Alexandre Guichard : la Nouvelle-Zélande. Dans cette photographie intitulée « The red couch », il apprécie particulièrement le contraste entre les paysages somptueux et les objets pittoresques. SA CLOCHE PORTE-BONHEUR Rapportée d'un temple de Tokyo, cette cloche est censée protéger la maison des mauvais esprits et y insuffler un bon karma. Ce souvenir rappelle à Alexandre Guichard ce qu'il aime le plus au Japon : ses traditions.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0948

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

À Barcelone, OnRobot plaide pour une robotique plus accessible

À Barcelone, OnRobot plaide pour une robotique plus accessible

A l'occasion de l'inauguration des locaux de sa division Europe du Sud, le 7 novembre à Barcelone, le spécialiste des[…]

12/11/2019 |
Pour bien commencer la semaine : l’Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Pour bien commencer la semaine : l’Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Les robots s'attaquent aux chantiers

Les robots s'attaquent aux chantiers

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles