Nous suivre Industrie Techno

Les 3 000 dépôts de brevets annoncés par Nokia font-ils vraiment du finlandais le numéro un de la 5G ?

Les 3 000 dépôts de brevets annoncés par Nokia font-ils vraiment du finlandais le numéro un de la 5G ?

Les nouvelles antennes 5G sont au cœur d'un grand nombre de brevets déposés par les équipementiers.

L’équipementier finlandais Nokia vient d’annoncer avoir franchi la barre des 3 000 brevets 5G déposés, se revendiquant ainsi leader dans le domaine. En réalité, cet indice n’est pas le seul à prendre en compte pour déterminer qui mène la course technologique de la 5G.

Annoncée grâce à la 5G comme l’année de la relance d'un marché des smartphones qui s’essouffle, 2020 risque plutôt d'être une année noire à cause de la pandémie du Covid-19. Mais, en coulisses, les équipementiers poursuivent la course à l'innovation dans ce qui reste une technologie de rupture. Le finlandais Nokia vient d’annoncer, ce 24 mars, avoir dépassé la barre des 3 000 demandes de brevets « essentiels à la 5G » auprès de l'Institut européen des normes de télécommunications (ETSI), l’un des sept partenaires du 3GPP, organisme de référence pour les normes 5G.

Dans son communiqué, Nokia revendique une nouvelle fois une « position de leader » dans les technologies 5G. En réalité, si ce chiffre témoigne du dynamisme de l’équipementier – qui n’atteignait « que » les 2 000 demandes il y a six mois – le calcul est plus compliqué. D’ailleurs, Nokia n’est pas le seul à se proclamer numéro un de la 5G, ses concurrents Ericsson et Huawei font de même.

Au 1er janvier : Huawei leader en brevets déposés, Samsung en brevets accordés

Dans ce domaine, le classement dépend du critère que l’on considère. Selon une étude du cabinet IPlytics, au 1er janvier 2020, le chinois Huawei est en tête des brevets « de la famille 5G » déposés avec 3 147, suivi par le sud-coréen Samsung (2 795) et l’autre chinois ZTE (2 561). A cette date, Nokia n’arrive qu’en 5e position avec 2 149 brevets déposés. Le finlandais aurait donc envoyé près de 900 demandes depuis le début de l’année 2020. Néanmoins, si le classement est réalisé selon le nombre de brevets accordés par un organisme de normalisation, alors Nokia, qui en compte 1 584, passe devant Huawei (1 274), mais reste derrière Samsung (1 728).



Face à cette course à l’échalote, de plus en plus de voix s’élèvent pour privilégier la valeur des brevets déposés plutôt que leur quantité. L'Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens (IEEE) a d’ailleurs créé l’Index de puissance des brevets (Patent Power Index) pour juger du leadership en prenant en compte d’autres indices que le nombre de brevets, comme leur impact, leur originalité ou encore leur généralisation dans tout le secteur qu’ils concernent (la méthodologie établie par IEEE est à retrouver ici).

En 2017, le Patent Power Index pour les télécoms plaçait le fabricant de microprocesseurs américain Qualcomm en première place avec un score de 4 353 points. Nokia était cinquième (1 104 points, auxquels il faut ajouter les 228 points d’Alcatel-Lucent), Ericsson septième (806) et Huawei seulement neuvième avec seulement 603 points. Un classement sensiblement similaire au Patent Asset Index de juillet 2019, élaboré par le cabinet allemand d’analyse des brevets PatentSight, filiale du groupe juridique Lexis Nexis.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec 74 satellites en orbite, OneWeb fait faillite

Avec 74 satellites en orbite, OneWeb fait faillite

N'ayant pu conclure une levée de fonds importante pour sécuriser son projet, OneWeb a annoncé le 27 mars avoir[…]

30/03/2020 | EspaceSpatial
Comment façonner les ondes électromagnétiques à l'aide de matériaux intelligents

Comment façonner les ondes électromagnétiques à l'aide de matériaux intelligents

Efficacité de la distanciation, mobilisation de l’industrie, course au diagnostic…. les meilleures nouvelles de la première semaine de confinement

Efficacité de la distanciation, mobilisation de l’industrie, course au diagnostic…. les meilleures nouvelles de la première semaine de confinement

L’arrivée de la 5G ne nécessite pas de renforcer les normes d’exposition aux ondes, juge la commission internationale de référence

L’arrivée de la 5G ne nécessite pas de renforcer les normes d’exposition aux ondes, juge la commission internationale de référence

Plus d'articles