Nous suivre Industrie Techno

C’est pas nouveau, quoique !

Le tuk-tuk s’électrifie

Jean-François Preveraud
Le tuk-tuk s’électrifie

6 personnes transportées sans bruit

© DR

Quand un constructeur néerlandais revisite le concept du tuk-tuk en le propulsant avec un moteur électrique, il réussit à évincer les voiturettes de golf des complexes hôteliers de luxe. Une revanche pour un véhicule né dans les pays en voie de développement.

Tous les touristes de passage en Thaïlande ont forcément pris un tuk-tuk, petit tricycle motorisé haut en couleur servant de taxi. Ils sont issus du croissement improbable entre un avant de scooter doté d’un pare-brise et une caisse à deux roues pour la partie arrière qui reçoit les trois passagers, le tout étant abrité sous une bâche. Un moteur deux temps propulse l’ensemble.

On retrouve les tuk-tuk dans de nombreux pays d'Asie du Sud-Est, mais aussi en Inde, où il fait concurrence à son ancêtre à pédales le rickshaw, au Sri Lanka, en Afrique (Kenya, Egypte, Algérie…) et en Amérique du Sud (Guatemala, Pérou…).

Notons quelques tentatives en Italie où dès 1948 Piaggio lança une version utilitaires à 3 roues de son célèbre Vespa sous le nom Ape (abeille), dont quelques exemplaires ont été transformés pour le transport de passagers. Piaggio lui-même avait présenté l’Ape Calessino dédié au transport de 4 passagers en 1956. Il essaya de relancer l’engin en 2007 avec un petit moteur diesel, moins de 500 exemplaires ont été fabriqués, puis en 2009 dans une version électrique ayant une autonomie de 75 km et une vitesse de pointe de 50 km/h, mais là seulement 100 exemplaires ont été fabriqués. Plus récemment quelques tuk-tuk ont été importés en France pour promener les touristes dans la Capitale. Mais la réglementation floue sur ce type de véhicule freine leur activité.

Aujourd’hui, c’est le néerlandais Tuk Tuk Factory qui se lance dans l’aventure avec son e-Tuk, qui combine le look néo-rétro des tuk-tuk thaïlandais avec une motorisation électrique performante. L’un de ses premiers clients est le complexe de luxe Anantara Dubai The Palm Resort & Spa qui vient de s’équiper de limousines e-Tuk à 6 places et de véhicules de service e-Tuk Vendo et e-Tuk Cargo pour les services assurant le nettoyage, l’entretien et le transport des repas entre les différentes villas du complexes. « Ces véhicules électriques apportent à la fois une touche asiatique à notre complexe et répondent aux attentes de nos clients qui souhaitent un environnement calme et non pollué, tout en faisant le bonheur de nos services techniques », explique le directeur du complexe.

Comme quoi, grâce à une motorisation électrique, un moyen de transport économique pour les pays en voie de développement peut détrôner la voiturette de golf dans les complexes de luxe.

Et ça, c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.tuktukfactory.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Flying Whales : un dirigeable pour transporter les charges lourdes

Flying Whales : un dirigeable pour transporter les charges lourdes

Le ballon dirigeable LCA60T de Flying Whales a terminé fin janvier 2019 sa première campagne d’essais dans la soufflerie lilloise[…]

19/02/2019 | TransportONERA
[Meilleures technos de l'année] L'hydrogène a le vent en poupe

[Meilleures technos de l'année] L'hydrogène a le vent en poupe

Trophée de l’ingénieur de l’année : Céline Feugier et sa recharge express

Exclusif

Trophée de l’ingénieur de l’année : Céline Feugier et sa recharge express

Nucléaire, fossiles, renouvelables… ce qu’il faut retenir de la PPE

Nucléaire, fossiles, renouvelables… ce qu’il faut retenir de la PPE

Plus d'articles