Nous suivre Industrie Techno

Le tramway bat la campagne

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
Le tramway bat la campagne

Un tram-train qui fait le lien entre le passé et l'avenir

© DR

60 ans après la disparition de la quasi-totalité des réseaux de tramways départementaux, la Région Pays de la Loire fait le pari du Tram-train et réouvre une ligne de 64 km entre Nantes et Châteaubriant. Un pari osé qui fait appel à un matériel innovant.

Seuls aujourd’hui les promeneurs qui utilisent les Voies Vertes sillonnant nos campagnes sont à même de savoir que la France a compté plusieurs milliers de kilomètres de lignes de chemins de fer ou de tramways départementaux, qui reliaient les grosses bourgades de chaque département à leur préfecture. Ces Voies Vertes sont en effet souvent établies sur ces anciennes plates-formes ferroviaires aux pentes douces facilitant la promenade.

Ce maillage serré du territoire, en service du milieu du 19e siècle aux années d’après-guerre, a permis à la population rurale de se déplacer sur de longues distances, bien plus facilement qu’en voiture à cheval ou à bicyclette. Il a aussi permis de faire circuler marchandises, animaux et denrées agricoles dans des zones souvent éloignées des grands réseaux de chemin de fer.

Ces chemins de fer secondaires ou d’intérêt local étaient le plus souvent réalisés à l’aide de matériel à écartement et gabarit réduits, c’est-à-dire utilisant des voies de 1 mètre, alors que le chemin de fer normal utilise des voies de 1,44 m. Ce matériel étant moins lourd, les voies étaient elles aussi allégées et les infrastructures réduites à leur plus simple expression, afin de limiter les investissements. La traction était le plus souvent assurée par des locomotives à vapeur, mais pouvait être électrique dans les régions productrices. Certains réseaux utilisèrent même des automotrices à pétrole ou à huile lourde, le diesel de l’époque.

Ces réseaux ont commencé à connaitre le déclin dans les années 30 avec la montée en puissance des compagnies d’autocars pouvant desservir plus facilement et plus rapidement plus de localités, puis avec la création de sociétés de camionnage pour le transport des marchandises, avec une livraison de porte à porte sans transbordement. Déjà condamnés sur l’autel de la rentabilité, la Seconde Guerre Mondiale avec ses restrictions de carburant, leur redonna un ballon d’oxygène, mais bien peu de réseaux survécurent aux années 50.

On peut citer par exemple le Tramway du Mont-Blanc, les Chemins de Fer de Provence ou de Corse, et quelques réseaux touristiques tels le Chemin de Fer de la Baie de la Somme, et ceux de Froissy-Dompierre, d'Abreschviller ou de Pithiviers-Toury. Des réseaux où des amoureux du patrimoine ferroviaire entretiennent matériels et installations avec le plus grand respect pour le génie inventif de leurs ainés.

Réouverture après 34 ans d’arrêt

Aussi on ne peut que saluer après 8 années d’efforts, la réouverture entre Nantes et Châteaubriant d’une ligne de 64 km créée en 1877 et fermée depuis 34 ans au trafic voyageur. Elle sera parcourue par un tram-train, qui pourra emmener jusqu’à 500 voyageurs sur ses 24 allers/retours quotidiens.

Ce tram-train Citadis Dualis d’Alstom est configuré à la fois pour l’urbain et le régional. Il va circuler de manière innovante, avec une conduite en mode tramway sur le secteur de Nantes (alimentation en courant 750 volts), puis avec une conduite en mode ferroviaire au-delà et jusqu’à Châteaubriant (alimentation en courant 25 000 volts). Il roulera ainsi à 70 km/h maximum en ville (3 arrêts) et à 100 km/h maximum sur un réseau ferré régional (8 arrêts), sans que le voyageur ait à changer de mode de transport. Une première en France avec deux exploitants différents, la Semitan pour la partie tramway nantais et la SNCF pour la partie train.



Pays de la Loire. Le tram-train par paysdelaloire


Des matériels qui sont aussi techniquement innovants. Le Citadis Dualis utilise des moteurs à aimants permanents, compacts et légers (-30 %), pour une traction performante et des matériaux composites pour alléger nombre de ses pièces d’habillage. Il consomme ainsi 10 % de moins qu’un matériel ferroviaire traditionnel, et en kWh/passager assis, 4 fois moins qu’un bus et 10 fois moins qu’une voiture. Les nuisances sonores aussi sont réduites : le tram-train Citadis Dualis émet en ville un niveau sonore inférieur de 5 dBA au niveau généré par le trafic automobile, soit près de 4 fois moins de bruit. Une opération qui a nécessité un investissement de près de 200 M€ pour les infrastructures et 96 M€ pour le matériel roulant.

Enfin, le réseau de transport routier de la région a été modifié afin d’assurer une correspondance efficace entre les services d’autocars et de tram-train, et de jouer la complémentarité entre les modes plutôt que la concurrence.

Et ça c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.nantes-chateaubriant.paysdelaloire.fr/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Kallista Energy va déployer 80 stations de recharge électrique à forte puissance sur les autoroutes de France d’ici 2024

Kallista Energy va déployer 80 stations de recharge électrique à forte puissance sur les autoroutes de France d’ici 2024

Le producteur d’énergie Kallista Energy a annoncé le 2 juillet le déploiement de 80 stations de recharge pour[…]

Lanceurs du futur, véhicules autonomes, tests sérologiques de Bio-Rad, le best-of de la semaine

Lanceurs du futur, véhicules autonomes, tests sérologiques de Bio-Rad, le best-of de la semaine

Alstom va tester des trains autonomes pour le transport régional en Allemagne

Alstom va tester des trains autonomes pour le transport régional en Allemagne

Cybersécurité : Cisco découvre une faille qui permet de contrôler à distance une voiture connectée

Cybersécurité : Cisco découvre une faille qui permet de contrôler à distance une voiture connectée

Plus d'articles