Nous suivre Industrie Techno

Le TPDS pour développer un produit plus vite et moins cher

FICHE COORDONNÉE PAR RIDHA LOUKIL

Sujets relatifs :

Le TPDS (Toyota product development system) s'impose comme l'outil le plus efficace pour conduire l'innovation et le développement de produits. Son application maximise la création de valeur. Dans le même temps, elle réduit les coûts et les temps de développement d'au moins 40 %, et les investissements de près de 50 %, tout en garantissant la qualité.

Les 5 principes du TPDS

Anticiper

Concevoir un produit s'appuyant sur des spécifications, c'est déjà concevoir un produit obsolète ! Découvrir les besoins avant les clients eux-mêmes est à la base du TPDS.

Piloter

Il s'agit d'animer, d'arbitrer, de synchroniser, de mesurer, de capitaliser et... de corriger les écarts en permanence pour éviter les dérives. Le pilote, c'est le chef de projet.

Économiser

Faire bien du premier coup et éliminer les attentes permet de gagner plus de 40 % du temps de développement. Cela passe par la synchronisation des ressources et la gestion des connaissances (knowledge management).

Mobiliser

Tous les services concernés doivent être sollicités pour trouver les bénéfices à fournir aux clients. On se précipite trop vite sur la solution avant même d'avoir cerné le besoin réel et complet.

Standardiser

C'est garantir la qualité et le respect des délais. Il faut capitaliser les modes opératoires et les résultats sous forme de « savoirs » pour accélérer les développements à venir.

À QUOI ÇA SERT ?

À dépasser le cahier des charges pour découvrir des bénéfices encore non exprimés et à les traduire en fonctions innovantes, différenciatrices et fiables.

À trier les fonctions et ne garder que celles qui sont les plus créatrices de valeur aux yeux des clients.

À être fiable sur les délais et réduire de plus de 40 % les temps et coûts de développement grâce à des flux de tâches synchrones, en organisant la délégation et en pilotant des rounds très courts.

À concevoir des produits au moindre coût global sur toute la chaîne logistique et des process robustes gérés par des équipes performantes.

COMMENT LE METTRE EN OEUVRE ?

Commencer par une cartographie du processus de développement pour mettre en évidence les opportunités d'amélioration.

Élaborer un plan d'action chronologique sur une durée de 3 ans.

Démarrer par un projet qui ne soit ni trop simple ni trop compliqué.

Chercher d'abord à être fiable en garantissant les délais grâce à un outil de pilotage visuel de projet.

Construire la qualité dans le produit et les process de production avec des techniques globales de management visuel de la qualité comme le fish-boning.

Organiser une salle de travail pour mettre en oeuvre le management visuel du tableau de bord.

En parallèle, travailler sur un projet dans sa phase préliminaire pour enrichir la phase de découverte des besoins non exprimés et construire la base de knowledge management.

L'innovation sera conduite par des chantiers spécifiques en recherchant à appliquer la démarche d'Altshuller « innover par élimination des contradictions ».

L'AVIS DE L'EXPERT

ARTURO MAZZOLINI

CONSULTANT ET COFONDATEUR DE VALESSENTIA

« Le processus de conception et de développement de produit en est encore à l'âge de pierre si on le compare à la production. Les « vraies » informations sur le TPDS manquent cruellement.Ce système décrit le processus de développement de produits chez Toyota. Il s'inspire des mêmes principes que son système de production, le fameux TPS. »

LES PIÈGES A ÉVITER

Mettre tout le monde dans une « obeya » (en japonais : grande salle) sans un vrai tableau de bord visuel et des objectifs clairs.

Vouloir tout réformer en même temps : travailler sur les compétences, les outils, les organisations, modifier le fonctionnement du bureau d'études ou du marketing, appliquer le 5S et standardiser les tâches... du calme !

Le mélange des rôles et des responsabilités : les équipes autonomes de développement sont auditées et soutenues par le comité de pilotage des développements. Chacun a un rôle et une responsabilité. Il n'y a pas de place pour les « moi, à leur place, je n'aurais pas fait comme ça... »

Des boucles de réactivité inefficaces : piloter c'est garder le cap. Il ne faut pas laisser dériver sans réagir, sans apporter des solutions aux causes.

La phrase clé

« La différence réelle entre Toyota et ses concurrents ne réside pas tant dans le système de production que dans le système de développement des produits. »

Kosku Yamada, chief engineer Toyota Lexus

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0940

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le standard de travail améliore la performance

Le standard de travail améliore la performance

Le standard de travail est le prérequis de la performance. Sans lui, point de référence possible pour le progrès et un risque accru pour la qualité du[…]

01/05/2012 |
ABC améliore le pilotage de l'entreprise

ABC améliore le pilotage de l'entreprise

PEP-Ergopro pour concilier performance et santé

PEP-Ergopro pour concilier performance et santé

HACCP : maîtriser la sécurité et la qualité des aliments

HACCP : maîtriser la sécurité et la qualité des aliments

Plus d'articles