Nous suivre Industrie Techno

Le Technocentre de Renault a 10 ans

Industrie et  Technologies

Sujets relatifs :

, ,
Inauguré en 1998 pour le 100e anniversaire de la marque au losange, le Technocentre de Renault a célébré ses 10 ans dimanche dernier. Retour sur 20 projets de véhicules et les moyens techniques ayant servi à les concevoir ... avec Fernando Alonso, comme pil


Le Technocentre implanté à Guyancourt (78) est un projet technologique et immobilier de grande ampleur (150 hectares), qui a été conçu pour positionner Renault au meilleur niveau en matière de conception automobile. Il offre à ses 11 500 résidents les outils de pointe pour mener à bien leurs projets dans un cadre moderne et respectueux de l'environnement.



L'Avancée, avec au premier plan le Design, et derrière la Ruche 


Laguna II, mieux connue chez Renault sous le nom de code X74, est le premier projet entièrement développé au Technocentre. Puis vinrent Espace IV, Mégane II dans ses sept carrosseries, Logan, Nouvelle Twingo, Laguna III ou Sandero. Au total, 22 projets ont été développés au Technocentre en 10 ans, dont la dernière née, Laguna Coupé, a été dévoilée par Carlos Ghosn lors du Grand Prix de Formule 1 de Monaco, le 25 mai dernier. Sur la vingtaine de projets menés à bien, le Technocentre a permis d'économiser en moyenne environ 150 millions d'euros sur chaque nouveau véhicule développé.

Faire face à l'augmentation du rythme de lancement des projets

Après s'être réorganisé dans sa structure et ses méthodes de travail (création des directions de programme), Renault a décidé de rassembler sur un site unique, le Technocentre, l'ensemble de ses équipes de Recherche et Développement (ingénieurs, cadres et techniciens) auparavant géographiquement dispersées.

Ses 11 500 résidents travaillent sur toutes les étapes d'un projet, des études préliminaires jusqu'au dernier prototype prêt au montage en usine. Ils ont pour objectifs de mettre l'innovation au cÅ“ur du développement, d'améliorer sans cesse la qualité, de réduire les coûts et les délais et de promouvoir l'internationalisation des modèles du groupe Renault.

Le Technocentre permet aussi de faire face à un rythme de lancement de nouveaux véhicules qui s'accélère pour mieux répondre au attentes des consommateurs. Ainsi, Renault a lancé 8 véhicules particuliers entre 1945 et 1965, 17 entre 1965 et 1985, 14 entre 1985 et 1997 et 14 de 1997 à 2005. Dans le cadre du Renault Contrat 2009, ce sont 26 nouveaux véhicules qui seront lancés entre 2006 et 2009.

Ce renouvellement de plus en plus rapide de la gamme impose un raccourcissement des délais de développement que la proximité entre les équipes du Technocentre favorise grandement. Le management de projet organisé de manière transversale contribue à des prises de décision rapides. Les délais de montée en cadence industrielle ont été également réduits dans le but, là aussi, de tirer avantage des attentes du marché. Depuis la création du Technocentre, ils ont été divisés par trois. Cette performance et son amélioration dépendent, pour une large part, de la qualité du travail réalisé dès la phase de conception et de la proximité des équipes dédiées à la conception du produit et du process.

Symétriquement, dans un mouvement d'une importance comparable et dans le même souci de cohérence, tous les moyens consacrés au développement des organes mécaniques (moteurs et boîtes de vitesses) se sont réorganisés sur leurs sites historiques, notamment à Rueil (92). La logique est la même, notamment en matière de délais et de coûts de développement, avec un objectif de réduction de l'ordre de 30 %.

La conception produit/process

La création du Technocentre a permis le développement des véhicules de façon intégrée, depuis les études préliminaires jusqu'au prototype final : il s'agit, au moment même où l'on conçoit les divers éléments constitutifs de la voiture, de définir également leur mode de fabrication, en lien avec les usines. Cette conception produit/process se double aujourd'hui d'un autre impératif : prévoir, dès la genèse d'un véhicule, l'efficacité de l'après-vente et de la logistique (notamment la capacité des pièces à être stockées et transportées) et préparer en amont le diagnostic et la réparation.




Le CRPV : validation de robots synchrones pour le soudage de berceaux moteur sur un prototype (Studio Pons)

Le Technocentre intègre sur place un modèle réduit d'usine : le Centre de Réalisation des Prototypes Véhicules (CRPV). Il remplit une double mission : fabriquer les prototypes nécessaires au développement d'une future voiture ; assurer la qualité géométrique des caisses et valider simultanément le process de fabrication des nouveaux modèles. On y teste également les solutions techniques retenues pour l'assemblage et le montage de la voiture. Des experts répartis dans les autres bâtiments soutiennent les projets depuis les phases amont jusqu'aux étapes aval : étude des matériaux ; expertises qualité ; anticipation des conditions de fabrication et d'approvisionnement logistique des usines.

Une architecture logique

Le Technocentre reproduit au sein de ses différents bâtiments les étapes nécessaires au développement d'un véhicule. Dans le premier, l'Avancée, apparaissent les premières esquisses des futurs modèles. Les études clientèles, l'analyse des grandes tendances de la société, les choix en matière d'innovation et de design, conduisent à la définition des grandes caractéristiques techniques et stylistiques du futur véhicule.

Le Design, qui est implanté dans l'Avancée, est impliqué du cahier des charges jusqu'à l'industrialisation des projets. Sur chacun d'eux, les designers du Technocentre et ceux du "Renault Design Network" font des propositions sur les extérieurs et les intérieurs. Ce réseau de centres de création est aujourd'hui constitué de 6 studios : Barcelone (Espagne) ; Paris (France) ; Kiheung (Corée du Sud) ; Bombay (Inde) ; Sao Paulo (Brésil) et Bucarest (Roumanie).

Après la phase des esquisses, les propositions retenues sont traduites en 3D par les modeleurs numériques. Elles peuvent ensuite être visualisées en dynamique dans des environnements représentatifs de la réalité. A l'approche des derniers jalons de décision, des maquettes physiques à l'échelle 1 sont réalisées pour s'assurer de la qualité esthétique des propositions et de la valeur émotionnelle qui s'en dégage. La robustesse et la qualité perçues font également l'objet, à ce stade, d'un soin particulier. Parallèlement au travail effectué sur les volumes, les harmonies couleurs et matières sont développées, et les principes de montée en gamme définis.



La Ruche : l'Ingénierie (Frédéric Christophorides)

Dans le second bâtiment, la Ruche, ingénieurs et techniciens des Directions d'Ingénierie de Renault développent le véhicule zone par zone au sein d'équipes projet. Une équipe projet se consacre au développement d'un seul véhicule. Elle est pluridisciplinaire par essence : elle comprend des ingénieurs de différentes spécialités, des responsables achats, qualité et planning process industriel.

Depuis 2003, un nouveau bâtiment appelé le Gradient a été construit pour accueillir 2 000 personnes de la Direction des Fabrications et de la Logistique. En se rapprochant des ingénieurs produit-process, des directions des achats et de la qualité, les experts de la fabrication sont mieux à même de faire progresser de manière cohérente la performance et la compétitivité de tous les sites de production de Renault dans le monde (38 sites de production, 7 sites de logistique dans 17 pays en 2008).

Le poids du numérique

Aujourd'hui, 90 % des opérations de conception et de développement sont réalisés à l'aide d'une chaîne numérique : le Technocentre est ainsi doté de 5 000 stations d'ingénierie assistée par ordinateur (IAO), de trois murs de réalité virtuelle permettant de travailler à l'échelle 1 et de douze supercalculateurs qui réalisent des simulations numériques complexes, notamment de crash, en quelques heures seulement. Le site dispose d'une puissance de calcul globale de 4 000 gigaflops. De quoi traiter 10 projets véhicules simultanément.



Etude du Sandero sur un mur de réalité virtuelle (Sebastien Millier)


Plusieurs simulateurs permettent par ailleurs de valider l'éclairage, le comportement, l'ergonomie et la conduite virtuelle des véhicules bien avant leur réalisation physique. L'un d'entre eux, Ultimate, est une première mondiale dans le domaine industriel. Grâce à une plate-forme mobile montée sur six vérins, ce simulateur de conduite à hautes performances dynamiques opère des déplacements longitudinaux et latéraux sur sept mètres. Il reproduit fidèlement les sensations de conduite comme l'accélération, le freinage ou le roulis et permet une mise au point plus rapide du comportement dynamique des véhicules.

Place à l'anniversaire

Mais le Technocentre est aussi une superbe vitrine technologique pour Renault qui l'utilise régulièrement pour des opérations de communication. Le groupe a ainsi organisé dimanche dernier une fête de l'automobile pour 50 000 collaborateurs et leurs proches, à laquelle j'ai pu participer. Bien que quelques véhicules anciens retraçaient l'histoire de la marque et que 7 concepts cars récents défilaient pour montrer les tendances de style, l'accent y a surtout été mis sur les modèles sportifs actuels de la marque : Twingo RS ; Clio F1 Team ; Mégane F1 Team ; Clio Cup ; Mégane Trophy ; Renault F1 R28. Le tout piloté de main de maître par quelques pilotes de la maison sur une piste étroite aménagée sur le réseau routier privé du site.




Parmi eux Fernando Alonso, Champion du Monde de F1 en 2005 et 2006, en invité d'honneur. Après un cours briefing où il nous a annoncé vouloir adopter avec l'écurie une stratégie agressive lors des qualifications du Grand Prix de France de F1 qui se déroulera dimanche à Magny Cours (58) : « Une pole position serait un rêve », il a fait faire aux invités quelques tours de piste impressionnants, avant de faire une démonstration de sa virtuosité sous la pluie au volant de sa Formule Un.

Jean-François Prevéraud




Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles