Nous suivre Industrie Techno

Le surprenant mariage de l'étiquette RFID et du téléphone mobile

Industrie et Technologies
Genève 12-18 octobre. Vu au salon mondial des télécoms : l’association d’une étiquette radiofréquence au portable. Elle ouvre la porte à une foule de nouveaux services.

Telecom World, le plus grand salon mondial des télécoms, qui se déroule tous les quatre ans à Genève, laisse cette année entrevoir un incroyable mariage entre l’étiquette radio RFID et le téléphone mobile. De quoi ouvrir la voie à une foule de nouveaux services en offrant une alternative plus souple et plus économique que les solutions explorées jusqu´ici à base de récepteur GPS.

NEC a ainsi démontré des applications possibles dans les aéroports, les centres commerciaux ou les campus universitaires.

A l`aéroport par exemple, le passager lors de l`enregistrement se voit remettre une étiquette renfermant ses informations personnelles. Lors de ses déplacements dans l`aérogare, il est identifié par des lecteurs radio et accède alors spontanément à des services personnalisés.

 Par exemple quand il s`arrête devant un écran, les informations relatives à son vol comme l`heure et la porte d`embarquement s`affichent automatiquement. Mais ces informations peuvent aussi être envoyées sur son téléphone mobile.

 La compagnie aérienne peut également distribuer à son personnel au sol des étiquettes radio pour les localiser plus facilement en cas de besoin et leur envoyer un message d`appel sur leur portable.

 La démonstration est réalisée avec une étiquette sous la forme d`un petit porte-clés, fabriquée par une filiale de NEC. Mais elle pourrait selon le constructeur japonais s`intégrer demain dans des appareils portables comme les assistants personnels ou le téléphone mobile. L`application s`appuie sur le serveur Wing@Ripple de NEC qui, à partir de l`information d`identification émise par le lecteur, envoie vers le portable les informations correspondant au profil du porteur.

De son coté, NTT DoCoMo, le plus grand opérateur de téléphonie mobile au Japon, a présenté son futur service R-Click basé sur l`identification radio. La démonstration utilise un mobile réalisé pour l`occasion par Sony Ericsson avec une étiquette RFID intégrée.

Trois familles d`applications sont démontrées : le contrôle d`accès, le ticket électronique, et la publicité commerciale.

Ainsi, à l`entrée de son gymnase club habituel, le porteur présente son téléphone mobile à proximité du lecteur de contrôle d`accès. Le portable remplace le badge sans contact. Dans le métro ou le bus, il remplace le ticket de transport en papier. Dans un centre commercial, l`’utilisateur peut demander de recevoir sur son mobile des détails sur une publicité avec le lien vers un site Web. Pour cela, il suffit qu`il présente son portable devant la borne qui passe la publicité en question.

NTT DoCoMo va tester ce service dans le complexe Roppongi Hills, à ToKyo, avec la société Mori Building Co. L’expérimentation s’étendra sur trois mois à partir du 1er novembre 2003 et concernera 4500 abonnés à son service Internet mobile i-mode.

Ridha Loukil
(envoyé spécial à Genève)


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La filière française des télécoms s’active pour l’arrivée de la 5G

La filière française des télécoms s’active pour l’arrivée de la 5G

Depuis ce mercredi 18 décembre, le Comité de filière des télécommunications a enfin une existence juridique. Didier[…]

19/12/2019 | RéseauxTéléphonie
Zoom sur le slicing, dont Nokia démontre les bénéfices lors de son 5G Smart Campus Event

Zoom sur le slicing, dont Nokia démontre les bénéfices lors de son 5G Smart Campus Event

5G : quels sont les 6 projets phares retenus par l’Arcep pour expérimenter la bande 26 GHz ?

5G : quels sont les 6 projets phares retenus par l’Arcep pour expérimenter la bande 26 GHz ?

La 5G dans l’industrie, « pas avant 2022 » selon Franck Bouétard, PDG d’Ericsson France

La 5G dans l’industrie, « pas avant 2022 » selon Franck Bouétard, PDG d’Ericsson France

Plus d'articles