Nous suivre Industrie Techno

Le stockage de l'hydrogène enfin résolu ?

T. M.
Deux équipes de recherche nord-américaines exploitent astucieusement l'oxydation d'un alliage d'aluminium.

Pour produire de l'hydrogène, le principe est élémentaire : on oxyde un métal avec de l'eau, l'oxygène se fixe dans la "rouille" et l'hydrogène est libéré. Le meilleur candidat à cette réaction est l'aluminium. Ce métal s'oxyde en effet de façon rapide, sans produire trop de chaleur. Le hic, c'est que la couche d'alumine (oxyde d'aluminium) qui se forme tue très rapidement la réaction.

L'entreprise canadienne à Vancouver, Global Hydrofuel, semble avoir résolu le problème. Elle incorpore un catalyseur à l'aluminium, ce qui a pour effet de rendre poreuse la couche oxydée, de laisser l'eau passer et de permettre ainsi à la réaction de se poursuivre jusqu'à oxydation complète de l'alliage.

Une production à la demande

Des chercheurs de l'Université de Purdue (Indiana, États-Unis), encadrés par le professeur Jerry Woodall, travaillent à un procédé semblable, utilisant pour leur part un alliage aluminium-gallium. L'immense intérêt du procédé est que l'hydrogène est produit à la demande, à la quantité nécessaire. Ce qui a bien sûr un impact très favorable sur la sécurité.

Les chercheurs américains songent à équiper un petit véhicule du dispositif, doté d'un moteur à combustion interne - l'hydrogène étant simplement brûlé. Ils estiment qu'une voiture embarquant 80 kg d'alliage et d'eau pourrait effectuer une distance de près de 600 km. Le procédé de Jerry Woodall fait d'ors et déjà l'objet d'une exploitation de licence par une start-up de l'Indiana, AlGalCo LLC.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0896

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ifpen se cale sur le calcul intensif pour développer des méthodes de conception réduisant les coûts de l’éolien flottant

Ifpen se cale sur le calcul intensif pour développer des méthodes de conception réduisant les coûts de l’éolien flottant

Grâce à 6 millions d’heures de calcul pour effectuer des simulations sur le supercalculateur Jean Zay, IFP Energies nouvelles[…]

Quand la simulation, l’intelligence artificielle et les capteurs favorisent l’économie circulaire

Quand la simulation, l’intelligence artificielle et les capteurs favorisent l’économie circulaire

« Nous préparons les électrodes des futures générations de batteries lithium », lance Pascal Boulanger (Nawatechnologies)

« Nous préparons les électrodes des futures générations de batteries lithium », lance Pascal Boulanger (Nawatechnologies)

« Pour l’industrie des batteries, la crise du Covid-19 est presque positive », souligne Christophe Pillot (Avicenne Energy)

« Pour l’industrie des batteries, la crise du Covid-19 est presque positive », souligne Christophe Pillot (Avicenne Energy)

Plus d'articles