Nous suivre Industrie Techno

Le stade de Brasilia, champion du monde ... de l’écologie

Philippe Passebon
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le stade de Brasilia, champion du monde ... de l’écologie

Le stade de Brasilia

Le stade de Brasilia conçu à l’occasion de la coupe du monde de football du 12 juin au 13 juillet est présenté par ses concepteurs comme le stade "le plus écologique" au monde.

Le Stade national de Brasilia est le deuxième plus grand stade du Mondial de football pour une capacité de 69 432 spectateurs. Mais il est surtout le plus écologique, selon ses concepteurs. Sur le toit, 9 600 panneaux photovoltaïques d’une puissance cumulée de 2,5 MW doivent permettre de satisfaire jusqu’à la moitié des besoins électriques du stade lors des pics de production. Des LED permettent quant à elles de réduire la consommation énergétique due à l’éclairage. Pour limiter les besoins d’éclairage, la structure recouvrant le stade a également été conçue pour laisser passer la lumière. Elle permet aussi de laisser le stade "transpirer", ce qui lui permet de se passer d’une importante climatisation.

La structure du toit fait enfin sûrement partie des éléments les plus innovants du stade. Elle est constituée d’une membrane photocatalytique capable de capter des particules polluantes de l’air, en particulier les oxydes d’azote. Selon les concepteurs, les particules captées chaque jour représenteraient, en matière de pollution de l’air, l’équivalent des rejets quotidiens de 1 000 véhicules. Mais le toit a aussi été conçu de manière à ce qu’il puisse récupérer l’eau, grâce à 5 réservoirs d’une capacité de plus de 6,8 millions de litres d’eau. L’eau non potable ainsi récupérée pourra être utilisée dans les toilettes et pour arroser la pelouse de manière à satisfaire 80 % des besoins totaux d’eau du site.

La structure du toit a permis au stade d’obtenir l’une des plus hautes certifications environnementales existantes, la certification LEED Platine (Leadership in Energy and Environmental Design). Ses panneaux photovoltaïques et ses économies d’énergie dues aux autres technologies lui permettent en outre de s’arroger le statut de stade "zéro énergie". Le stade produira en effet autant d’énergie qu’il en consommera. Ces performances ont toutefois un prix : 1,4 milliard de dollars pour la reconstruction du stade.

D’autres stades avant lui s’étaient déjà mis au vert en particulier en France. Ainsi le stade Océane du Havre inauguré en 2012 fut le premier stade à énergie positive grâce à 1 500 m² de capteurs photovoltaïques installés sur le toit et à un système de récupération des eaux de pluie. Le stade Allianz Riviera de Nice inauguré en septembre 2013 intègre quant à lui 7 500 m² de panneaux photovoltaïques, un système de récupération des eaux de pluie et un dispositif de ventilation naturelle qui utilise les vents de la plaine du Var.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

En Espagne, la première éolienne offshore télescopique est entrée en service

En Espagne, la première éolienne offshore télescopique est entrée en service

Au large des îles Canaries, la première éolienne offshore espagnole a une particularité : elle est[…]

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles